3/5 ans6/8 ans9/11 ans

Piqûres d’insectes : comment
les éviter et les soigner ?

Revoilà l’été et son lot de petites bestioles : moustiques, guêpes, abeilles, araignées, taons et autres tiques vont à nouveau se régaler. Comment protéger vos enfants et que faire en cas de piqûre, de morsure ou de réaction allergique ? On répond à vos questions.

Piqûres d’insectes : comment les éviter et les soigner ?

Pour commencer, rappelons ces quelques conseils de bons sens qui permettent déjà de se mettre à l’abri de ces indésirables insectes au jardin, à la plage comme en balade :

Les insectes volants étant attirés par les boissons et les aliments sucrés, évitez ces derniers au maximum (ou refermez le récipient rapidement) lors de votre pique-nique.
Les guêpes aiment les couleurs vives tandis que les moustiques apprécient les tissus foncés : autant y penser au moment de s’habiller. L’idéal étant donc de privilégier les couleurs claires ce qui est, en prime, parfait contre la chaleur.
Évitez aussi de laisser votre enfant se balader pieds nus dans l’herbe car il pourrait marcher sur une de ces bestioles qui en profiterait pour le piquer.
Les insectes volants (la guêpe et le frelon, assez agressifs, et l’abeille et le bourdon, plus paisibles) attaquent et piquent s’ils se sentent menacés ou effrayés. Évitez donc à tout prix les gestes brusques à leur approche.
Le taon - une grosse mouche brune reconnaissable à son vol bruyant - adore les peaux mouillées. D’où l’importance de se sécher rapidement en sortant de la piscine.

QUELS RÉPULSIFS POUR QUELS INSECTES ?

Les répulsifs à base de DEET (notre conseil : Moustimug en spray ou en roller) ou à base d’IR3535 (Moustimug en spray et Lait Kids) sont efficaces contre presque tous les insectes volants et rampants. Important : ces produits doivent être appliqués après la crème solaire. Pour cette dernière, on privilégiera d’ailleurs un indice solaire élevé car les répulsifs ont tendance à diminuer leur efficacité.
Attention : ne pas utiliser le produit à base de DEET pour les enfants en bas âge et les femmes enceintes. En dessous de 12 ans, utilisez de préférence un produit DEET d’un dosage de moins de 30 %. Et si vous voyagez en zone tropicale, cette protection est d’autant plus importante car les insectes comme le moustique peuvent être porteurs de maladies (malaria, dengue, chikungunya) : dans ce cas, parlez-en à votre pédiatre.

Les huiles essentielles ou extraits de plantes peuvent aussi être efficaces :

contre les moustiques : la citronnelle est bien connue pour ses propriétés répulsives. Elle n’a pourtant pas une longue durée d’action. On lui préfèrera donc l’eucalyptus citronné qui, dilué dans une huile végétale, peut aussi être utilisé pour soulager une piqûre. Les bracelets anti-moustiques, vendus en pharmacie, utilisent d’ailleurs ces huiles essentielles.
contre les araignées : un peu d’extrait de marron d’Inde, placé à différents endroits de la maison, repoussera les arachnides sans les tuer car, rappelons-le, ces dernières sont importantes pour notre écosystème.

QUE FAIRE EN CAS DE PIQÛRE (OU DE MORSURE) ?

Moustique ou araignée

La camomille, la calendula et la lavande apaisent les démangeaisons. On retrouve ces plantes dans de nombreuses crèmes (notre conseil : la crème Calmiderm-Tilman).
L’huile essentielle d’eucalyptus citronné (diluée dans une huile végétale) peut aussi être utilisée. Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, elle diminue aussi les gonflements. Attention cependant à ne pas l’utiliser chez le jeune enfant ou la femme enceinte.
Le froid est un bon anesthésique : un spray d’eau thermale, un glaçon ou un peu d’eau fraîche soulageront instantanément.
Les crèmes à base d’antihistaminiques sont efficaces, surtout si la piqûre démange fort.
Les crèmes à base de cortisone : à utiliser (avec parcimonie) si la peau est rouge et gonflée. Consultez un médecin aux premiers signes d’infection.

Guêpe, abeille ou bourdon

Enlever rapidement le dard - s’il est toujours présent - afin d’éviter que le venin ne se répande sous la peau. Oubliez la pince à épiler et optez plutôt pour… une carte de crédit : avec le bord de celle-ci, vous pouvez raclez la peau sans comprimer le sac à venin accroché au bout du dard.
Pour réduire la quantité de venin, utilisez un aspi venin ou, si vous n’avez pas ce petit ustensile sous la main, la chaleur via une flamme ou, mieux encore pour éviter les brûlures, un sèche-cheveux. Par contre, rincer à l’eau (froide) ou apaiser la piqûre avec un glaçon est un mauvais réflexe car le froid conserve le venin.
Éviter l’inflammation (rougeur, douleur et gonflement) en utilisant une crème ou un produit apaisant à base d’huile essentielle (par exemple : le roller anti-pique Puressentiel) ou des granules homéopathiques (Apis).
En cas de réaction allergique légère (chatouillements ou gourmes), utilisez des antihistaminiques mais rendez-vous aux urgences si la piqûre provoque des difficultés respiratoires ou des palpitations.

Dans tous les cas : demandez toujours conseil à votre pharmacien ou votre médecin pour les doses de médicaments à utiliser. En effet, elles sont différentes selon l’âge de l’enfant.

Charlotte Costenoble

ZOOM

Piqûres : pourquoi ça gratte ?

En piquant, le moustique injecte sa salive anticoagulante pour éviter que le sang ne bouche sa trompe. L’araignée et les insectes à dard injectent, quant à eux, du venin. Ces substances, non reconnues par le corps humain, vont être la cible de nos défenses immunitaires. La réaction allergique va donc se mettre en place pour les combattre. Pourquoi certaines personnes se grattent moins que d’autres ? Simplement parce que leur corps ne reconnaît pas la substance injectée comme nocive : la réaction allergique est moins forte, ils se grattent moins.
Les piqûres peuvent aussi laisser place à des infections : en grattant, nous créons des petites blessures, véritables portes d’entrée aux bactéries. Il est fréquent qu’une piqûre se surinfecte. D’où l’importance d’éviter au maximum de se gratter ou, s’il est impossible de résister, de désinfecter la plaie. Si la piqûre est douloureuse ou si elle présente des signes clairs d’infection ou d’inflammation (forte rougeur, chaleur, œdème, pus), consultez un médecin.

VRAI OU FAUX ?

Le sang sucré attire les moustiques

Contrairement à certaines idées reçues, notre consommation de sucre n’influence en rien la préférence du moustique pour une peau plutôt qu’une autre. Par contre, le moustique est sensible à certaines odeurs corporelles et à certaines phéromones qu’il trouve plus attirantes. Cela peut-être dû à différents facteurs : la sueur, les parfums… mais aussi à la composition bactérienne de notre peau !

EN SAVOIR +

Gare aux tiques !

La tique est un acarien qui se nourrit de sang animal et humain : on la trouve notamment dans les hautes herbes et les forêts, d’où l’importance d’inspecter votre enfant - elle adore les endroits chauds et humides tels plis de l’aine, les aisselles, le cuir chevelu - après avoir été au grand air. Pour la retirer, si elle est accrochée à la peau, on oublie l’éther qui stresse la tique et on utilise une pince spéciale qui ôte le parasite en entier. On désinfecte ensuite la blessure et on la surveille : si un halo rouge et migrant apparaît autour de la morsure, on consulte immédiatement. Pour se protéger de cet indésirable tout comme de son cousin, l’aoûtat (de couleur rouge et dont la morsure provoque des petits boutons de la même couleur) : les vêtements couvrants et des sprays à base de DEET.
Plus d’infos en lisant notre article : Comment protéger les enfants des tiques ?