0/2 ans

Plus de sécurité : à la maison
de 0 à 75 cm (moins de 1 an)

Il est tout-petit et reste là où vous l’avez déposé. Mais l’enfant grandit vite, découvre ses mains, ses pieds. Il pédale, bouge tout son petit corps. Jusqu’au jour où, sur son coussin à langer, il tourne sur lui-même. Émerveillez-vous de son audace sans vous laisser surprendre. Rappel des toutes premières précautions.

Plus de sécurité : à la maison - de 0 à 75 cm (moins de 1 an)

Il dort

Il vient de naître et le choix du berceau s’impose. Choisissez un matelas plutôt ferme aux dimensions exactes du berceau. Un nourrisson s’enfonce naturellement en dormant, il est donc recommandé de ne pas le border et d’éviter l’oreiller. Pensez à coucher votre enfant sur le dos, il respirera mieux.
Rappelez-vous que la couette ne convient pas avant 36 mois et attendez quelques 12 mois pour mettre des peluches dans son lit. Si vous choisissez un lit à barreaux, respectez les normes européennes et vérifiez l’espace entre les barreaux : il doit être compris entre 45 et 65 mm. Et, bien sûr, les animaux ne sont pas admis dans la chambre de votre petit.

Le bain

C’est l’heure de la détente et du plaisir pourvu que vous restiez vigilant. Afin d’évitez les brûlures, vérifiez avec un thermomètre que l’eau est à 37°C avant de mettre votre petit dans le bain. Installez des robinets thermostatiques : ils permettent de contrôler facilement la température de l’eau.
Les sièges de bain vous évitent de tenir le petit une fois qu’il peut s’asseoir, mais attention, n’imaginez pas qu’il est en sécurité. Ne vous éloignez pas de lui, même un court instant. Quelques centimètres d’eau sont malheureusement suffisants pour qu’un nourrisson se noie en silence.

Il joue

Avant de lui acheter un jouet, quelques vérifications sont nécessaires. La réglementation européenne est très stricte pour les jouets qui arrivent sur son marché, particulièrement pour les moins de 3 ans (par exemple : matériel incombustible pour la peluche, tension d’un jouet électronique qui ne doit pas dépasser 24 volts, etc.).
Le marquage CE est obligatoire sur l’ensemble des produits et est indiqué en toute connaissance de cause par la très grande majorité des marques. Mais dans les faits, il n’y a pas de contrôle. Pas de panique : seuls les jouets sans marque sont suspects ! Retenez aussi que le jouet le plus sécurisé peut être dangereux s’il n’est pas adapté à l’âge de votre enfant.

Il fonce à quatre pattes

C’est l’étape de tous les dangers car, curieux, votre petit profite de sa nouvelle compétence - pouvoir se déplacer - pour fureter dans tous les coins.
Ne le quittez pas des yeux, que ce soit dans la cuisine, le salon, la salle de bain, mais aussi le garage ou le jardin.
Tout ce qui l’attire, en vrac : le bout de la nappe (aïe, le café brûlant !), l’armoire aux produits d’entretien, le four (il existe des portes de four isothermes), le tabouret, les prises, les cacahuètes sur la table basse…
Misez sur la prévention :

  • rangez les produits dangereux dans une armoire inaccessible ;
  • bloquez les tiroirs, les placards, placez des cale-portes, pare-feux, cache-prise ;
  • vérifiez si les liquides sortis du four à micro-ondes sont à bonne température ;
  • pensez à déposer le relax sur un support stable quand votre petit explorateur a besoin de souffler.
Sur le même sujet

Plus de sécurité en auto, à pied, à vélo… dans la cuisine, l’escalier…

Les premiers mois, l’enfant est entièrement dépendant de votre vigilance, mais un jour il devra courir tout seul en sachant où mettre les pieds. Cette autonomie, il ne peut la conquérir que s’il reçoit des consignes claires, autrement dit des règles. Mais à partir de quel âge comprend-il que le vase qui trône sur la table basse risque de lui tomber sur la tête s’il n’y prend pas garde ?

 

Plus de sécurité : en voiture

Les abords des écoles ont été fortement sécurisés ces dernières années, avec notamment l’introduction des zones 30. Des efforts qui ont porté leurs fruits mais qui peuvent encore être améliorés. Selon l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), « en période scolaire, près de deux tiers des accidents impliquant des enfants (65,5 %) n’ont pas lieu aux abords des écoles, mais en agglomération ». Afin de limiter les risques, quelques réflexes simples à adopter.

 

Plus de sécurité : à pied

Être piéton, cela s’apprend. Et tôt. Or, l’enfant est particulièrement vulnérable dans la rue : sa petite taille ne lui permet pas de voir, comme nous, les voitures, ni d’être vu par elles. À nous, parents, de lui enseigner les pièges du trafic.

 

Plus de sécurité : à vélo

La circulation, la pollution, les changements de mentalités nous incitent de plus en plus à utiliser le vélo comme moyen de transport. C’est bon pour la santé, ça ne consomme pas de carburant, c’est facile à garer et c’est écologique… Mais rouler à vélo signifie aussi prendre des précautions. Passage en revue des « incontournables » avec l’Institut belge de la sécurité routière.

 

Plus de sécurité : à la maison - de 75 à 116 cm (moins de 6 ans)

Vers 12 mois, votre petiot se tient debout en s’arc-boutant sur tout ce qu’il voit. Peut-être même marche-t-il déjà ? Sinon, soyez sur vos gardes, car ça ne va pas tarder ! À cet âge, il commence à comprendre la signification du « Non ». C’est le moment pour vous de lui imposer les limites qu’il ne peut dépasser. Pour rappel : les accidents sont la première cause de mortalité chez les moins de 5 ans et 4 enfants sur 10 en Belgique en sont victimes au cœur de la maison.

 

Plus de sécurité : à la maison - de 116 à 158 cm (moins de 14 ans)

Jouer au ballon, se balancer, manger dehors, quel bonheur ! La maison, c’est aussi le jardin. Pour que celui-ci reste un havre de paix, cela mérite un petit tour de piste des dangers potentiels.