9/11 ans

Plus de sécurité : à la maison
de 116 à 158 cm (moins de 14 ans)

Jouer au ballon, se balancer, manger dehors, quel bonheur ! La maison, c’est aussi le jardin. Pour que celui-ci reste un havre de paix, cela mérite un petit tour de piste des dangers potentiels.

Plus de sécurité : à la maison - de 116 à 158 cm (moins de 14 ans)

Sécurisez le barbecue

Première évidence : choisissez un endroit où votre barbecue est bien stable. Deuxième évidence : de la première flamme à la dernière braise, interdisez à votre enfant de s’en approcher.
N’utilisez jamais d’alcool à brûler pour démarrer le feu, car les projections d’alcool enflammé sont très dangereuses.
Mettez les allumettes et autres produits toxiques hors de portée de l’enfant et prévoyez un seau d’eau ou de sable à proximité pour éteindre le feu si nécessaire. En cas de brûlure, la première chose à faire est de placer le membre atteint sous l’eau froide pendant au moins 20 minutes.

La nature, pas toujours bonne

Un jardin sans plantes, ce n’est pas vraiment un jardin. Mais certaines plantes communes peuvent se révéler toxiques lorsqu’on les ingère : le muguet, la glycine, le colchique, le buis, la baie de houx, le narcisse… D’autres peuvent provoquer des brûlures, des irritations et des démangeaisons lorsqu’on les manipule : les anémones, le céleri, la clématite, les renoncules…
Vous ne voulez pas renoncer à votre jardin fleuri ?

  • Contenez les plantes à épines (rosiers) ou piquants (cactus) dans les zones où les enfants ne jouent pas.
  • Apprenez-leur le plus tôt possible à connaître le danger des plantes, la différence entre les baies comestibles et les baies toxiques.
  • À l’achat d’une plante, il est utile de conserver l’étiquette avec son nom placée sur le pot. Faites aussi un inventaire reprenant les noms des plantes présentes pour que, en cas d’accident, les informations utiles soient à portée de main.
  • Consultez le guide des plantes toxiques afin de rendre votre jardin plus sûr.

Outils et jardin : rangez encore !

Jardiner veut aussi dire utiliser des produits chimiques, des engrais et autres produits toxiques. Choisissez les produits qui donnent le plus d’informations sur l’étiquette : parmi ceux-ci, certains sont moins nocifs que d’autres. Ne conservez jamais ces produits chimiques au même endroit que les aliments et gardez-les toujours dans une armoire fermée à clé, hors de portée des enfants.
Vous pouvez pulvériser les engrais, les herbicides et les insecticides le soir, quand les enfants sont au lit.
Dernière recommandation : ne laissez pas traîner sécateurs, serpettes, râteaux, binettes, tondeuse, échelle ou escabeau.

La sécurité d’abord !

Du matériel pour vous aider

  • Bloque-porte
  • Entrebâilleur
  • Pince pour poignée de meuble
  • Cale-porte
  • Bloque-tiroir et armoire
  • Cache-prise
  • Câble d’arrêt
  • Antidérapant pour tapis de bain
  • Coins de table en plastique
  • Protection pour la cuisine
  • Pince pour la nappe
  • Anneau de bain avec ventouses pour asseoir bébé
  • Couverture anti-feu
  • Disjoncteur différentiel
     

Adresses utiles sur le frigo 

  • Centre antipoison : 070/245 245
  •  Ambulance/pompiers : 100
  • Croix-Rouge : 105
  • Pour les grands brûlés : 02/649 85 89
  • SOS Médecins (Bruxelles) : 02/513 02 02

En savoir +

Des publications peuvent être obtenues auprès de l’ONE (02/542 12 11)

Sur le même sujet

Plus de sécurité en auto, à pied, à vélo… dans la cuisine, l’escalier…

Les premiers mois, l’enfant est entièrement dépendant de votre vigilance, mais un jour il devra courir tout seul en sachant où mettre les pieds. Cette autonomie, il ne peut la conquérir que s’il reçoit des consignes claires, autrement dit des règles. Mais à partir de quel âge comprend-il que le vase qui trône sur la table basse risque de lui tomber sur la tête s’il n’y prend pas garde ?

 

Plus de sécurité : en voiture

Les abords des écoles ont été fortement sécurisés ces dernières années, avec notamment l’introduction des zones 30. Des efforts qui ont porté leurs fruits mais qui peuvent encore être améliorés. Selon l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), « en période scolaire, près de deux tiers des accidents impliquant des enfants (65,5 %) n’ont pas lieu aux abords des écoles, mais en agglomération ». Afin de limiter les risques, quelques réflexes simples à adopter.

 

Plus de sécurité : à pied

Être piéton, cela s’apprend. Et tôt. Or, l’enfant est particulièrement vulnérable dans la rue : sa petite taille ne lui permet pas de voir, comme nous, les voitures, ni d’être vu par elles. À nous, parents, de lui enseigner les pièges du trafic.

 

Plus de sécurité : à vélo

La circulation, la pollution, les changements de mentalités nous incitent de plus en plus à utiliser le vélo comme moyen de transport. C’est bon pour la santé, ça ne consomme pas de carburant, c’est facile à garer et c’est écologique… Mais rouler à vélo signifie aussi prendre des précautions. Passage en revue des « incontournables » avec l’Institut belge de la sécurité routière.

 

Plus de sécurité : à la maison - de 0 à 75 cm (moins de 1 an)

Il est tout-petit et reste là où vous l’avez déposé. Mais l’enfant grandit vite, découvre ses mains, ses pieds. Il pédale, bouge tout son petit corps. Jusqu’au jour où, sur son coussin à langer, il tourne sur lui-même. Émerveillez-vous de son audace sans vous laisser surprendre. Rappel des toutes premières précautions.

 

Plus de sécurité : à la maison - de 75 à 116 cm (moins de 6 ans)

Vers 12 mois, votre petiot se tient debout en s’arc-boutant sur tout ce qu’il voit. Peut-être même marche-t-il déjà ? Sinon, soyez sur vos gardes, car ça ne va pas tarder ! À cet âge, il commence à comprendre la signification du « Non ». C’est le moment pour vous de lui imposer les limites qu’il ne peut dépasser. Pour rappel : les accidents sont la première cause de mortalité chez les moins de 5 ans et 4 enfants sur 10 en Belgique en sont victimes au cœur de la maison.