0/2 ans3/5 ans6/8 ans9/11 ans

Plus de sécurité : en voiture

Les abords des écoles ont été fortement sécurisés ces dernières années, avec notamment l’introduction des zones 30. Des efforts qui ont porté leurs fruits mais qui peuvent encore être améliorés. Selon l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), « en période scolaire, près de deux tiers des accidents impliquant des enfants (65,5 %) n’ont pas lieu aux abords des écoles, mais en agglomération ». Afin de limiter les risques, quelques réflexes simples à adopter.

Plus de sécurité : en voiture

Quel siège auto ?

La priorité : choisir un siège auto correspondant au poids ou à la taille de votre enfant. Évitez de prendre un siège trop grand afin de gagner quelques années avant l'achat du suivant.

Il pèse moins de 13 kilos (+ ou - 2 ans) : ce sera un siège auto, installé de préférence dos à la route, soit avec la tête de l'enfant orienté vers la vitre arrière du véhicule. La raison ? En cas de choc, la tête et le dos sont en appui contre le dossier du siège, ce qui diminue le risque de lésions. Lors de l’achat du siège, essayez-le dans votre voiture afin de vous assurer que la ceinture de sécurité est assez longue pour pouvoir fixer celui-ci correctement.
Un siège « dos à la route » s’installe de préférence à l’arrière du véhicule, mais si vous décidez de le placer à l’avant, il est obligatoire de désactiver l’airbag passager, car son déclenchement brutal pourrait blesser votre bébé.
Si vous décidez d’utiliser une nacelle, sachez qu’elle se fixe sur la banquette arrière, perpendiculairement à la route, la tête de votre bébé vers le centre. Elle sera fixée avec les ceintures trois points ou à l’aide de sangles spéciales reliées au point d’ancrage des ceintures. Veillez à ce que ces sangles soient bien tendues et les ceintures non vrillées. Conformez-vous toujours au mode d’emploi du fabricant. Évitez les sièges auto valables pour plusieurs tranches de poids. Pour plus de sécurité, à chaque étape, un siège adapté : telle est la devise à adopter.

Il pèse de 13 à 18 kg (2 à 6 ans) : le siège face à la route est tout indiqué. Il doit avoir cinq sangles. Faites voyager votre enfant le plus longtemps possible dans son siège jusqu’à ses 18 kg.

Il pèse plus de 15 kg et atteint 1,10m : vous pouvez décider de l’installer sur un rehausseur qui permet d’utiliser la ceinture adulte dans de bonnes conditions. Il existe des rehausseurs avec dossier et sans dossier. Les spécialistes recommandent celui avec dossier et protections latérales, plus confortable et plus sécurisant. Le dossier est doublement recommandé si le siège de la voiture n’est pas équipé d’un appuie-tête.

Le siège auto, côté installation

Isofix, devenu une norme (ISO 13216) en 2003, est un système qui permet de se passer de la ceinture de sécurité et d’un éventuel risque de mauvaise installation du siège. Deux solides anneaux métalliques, solidaires de la voiture, sont dissimulés dans la banquette arrière, entre l’assise et le dossier. Le siège Isofix, lui, est doté de deux pinces métalliques rigides qui se clipsent, par simple poussée, dans les deux anneaux du véhicule.

Ses avantages ?

  • Une meilleure retenue du siège en cas de choc.
  • Une installation simple et sans risque d’erreur, grâce aux indicateurs sonores et lumineux qui confirment que le siège est correctement installé.
  • Il sera plus aisé de vérifier si le siège auto convient à votre voiture grâce à l’homologation universelle et un étiquetage commun dans la voiture et sur le siège auto. Vérifier avec votre garagiste si ce système est déjà installé sur le modèle de votre voiture.

Ceintures : ce que dit la loi

Le constat de l’IBSR est sans appel : au moins un enfant sur deux n’est pas correctement attaché en voiture et un enfant sur dix n’est pas du tout attaché.  Depuis le 1er janvier 2013, la non-utilisation ou l’utilisation incorrecte d’un système de retenue pour enfant devient une infraction du 3e degré, soit une amende de 150 €. Et pour les adultes, une amende de 100 €.
Les enfants peuvent voyager à l’avant, à tout âge, pour autant qu’ils soient attachés comme la loi le prescrit. Seule restriction : il est interdit d’installer un enfant dans un dispositif de retenue dos à la route à une place de la voiture équipée d’un airbag frontal passager, sauf si celui-ci est désactivé.

Combien d’enfants peut-on transporter ?

Chaque enfant doit disposer d’une place entière dans la voiture. On peut donc transporter autant d’enfants qu’il y a de places assises dans la voiture. Pour plus de renseignements : consultez la brochure éditée par l’IBSR, Attachons les enfants en voiture.

Bon à savoir

Cette année, les élèves de l’Athénée de Namur ont pu profiter des jours dits « blancs » pour passer leur permis de conduire théorique. Cette formation était dispensée par le Royal Automobile Club Belge. Avis aux directeurs d’établissements scolaires intéressés pour des activités similaires l’année prochaine…
Voir aussi le permis de conduire à l’école proposé depuis 2008 à toutes les écoles secondaires de Flandre et de Bruxelles et soutenu par les autorités flamandes.

Actu

Une nouvelle législation édictée par l’Union européenne vient de voir le jour. Elle imposera dorénavant la norme iSize pour les sièges auto. La classification se fera par taille et sera compatible avec les voitures équipées en Isofix. Cette nouvelle norme n’est pas encore obligatoire et cohabitera avec la législation actuellement en vigueur jusqu’en 2016.

La sécurité d’abord !

UN BON SIÈGE AUTO DOIT

  • toujours être attaché. Même lorsqu’il n’est pas occupé car en cas d’accident, il pourrait se transformer en projectile et vous blesser.
  • impérativement être remplacé après tout accident ou choc. Lors d’un petit accrochage, le siège peut avoir été endommagé de manière non apparente. Votre assurance prend en général en charge le remplacement selon le contrat souscrit.
  • être conforme. Depuis le 10 mai 2008, tous les dispositifs de retenue pour enfants utilisés doivent satisfaire aux normes européennes les plus récentes : R44/03 ou R44/04. Les sièges qui ne satisfont pas à ces normes ne peuvent plus être utilisés.
     
Sur le même sujet

Plus de sécurité en auto, à pied, à vélo… dans la cuisine, l’escalier…

Les premiers mois, l’enfant est entièrement dépendant de votre vigilance, mais un jour il devra courir tout seul en sachant où mettre les pieds. Cette autonomie, il ne peut la conquérir que s’il reçoit des consignes claires, autrement dit des règles. Mais à partir de quel âge comprend-il que le vase qui trône sur la table basse risque de lui tomber sur la tête s’il n’y prend pas garde ?

 

Plus de sécurité : à pied

Être piéton, cela s’apprend. Et tôt. Or, l’enfant est particulièrement vulnérable dans la rue : sa petite taille ne lui permet pas de voir, comme nous, les voitures, ni d’être vu par elles. À nous, parents, de lui enseigner les pièges du trafic.

 

Plus de sécurité : à vélo

La circulation, la pollution, les changements de mentalités nous incitent de plus en plus à utiliser le vélo comme moyen de transport. C’est bon pour la santé, ça ne consomme pas de carburant, c’est facile à garer et c’est écologique… Mais rouler à vélo signifie aussi prendre des précautions. Passage en revue des « incontournables » avec l’Institut belge de la sécurité routière.

 

Plus de sécurité : à la maison - de 0 à 75 cm (moins de 1 an)

Il est tout-petit et reste là où vous l’avez déposé. Mais l’enfant grandit vite, découvre ses mains, ses pieds. Il pédale, bouge tout son petit corps. Jusqu’au jour où, sur son coussin à langer, il tourne sur lui-même. Émerveillez-vous de son audace sans vous laisser surprendre. Rappel des toutes premières précautions.

 

Plus de sécurité : à la maison - de 75 à 116 cm (moins de 6 ans)

Vers 12 mois, votre petiot se tient debout en s’arc-boutant sur tout ce qu’il voit. Peut-être même marche-t-il déjà ? Sinon, soyez sur vos gardes, car ça ne va pas tarder ! À cet âge, il commence à comprendre la signification du « Non ». C’est le moment pour vous de lui imposer les limites qu’il ne peut dépasser. Pour rappel : les accidents sont la première cause de mortalité chez les moins de 5 ans et 4 enfants sur 10 en Belgique en sont victimes au cœur de la maison.

 

Plus de sécurité : à la maison - de 116 à 158 cm (moins de 14 ans)

Jouer au ballon, se balancer, manger dehors, quel bonheur ! La maison, c’est aussi le jardin. Pour que celui-ci reste un havre de paix, cela mérite un petit tour de piste des dangers potentiels.

 

2014, un tournant pour les voitures ?

On vous l’a dit dans les pages précédentes, 2014 est l’année du mieux vivre ensemble. À l’aube du Salon de l’auto, on vous propose d’appliquer aussi cette idée à ce qui touche à la voiture et à ceux qui les conduisent. 

 

3 enfants sur 4 sont mal attachés en voiture

L'institut Vias, le nouvel IBSR communique une fois de plus des chiffres qui font froid dans le dos : 3 enfants sur 4 sont mal attachés en voiture. 13% voyagent carrément sans ceinture. Il est plus que temps de rappeler l’importance de la ceinture à l’avant et à l’arrière, du siège auto bien choisi et bien mis et d’une conduite sans risque. 5 réflexes incontournables pour la sécurité de tous. En voiture... avec prudence.

 

Sécurité : comment briefer les jeunes sur la route ?

Qu’ils soient conducteurs, piétons ou cyclistes, les jeunes sont encore trop souvent impliqués dans les accidents de la route. Ils sont parfois blessés, grièvement… On n’ose imaginer le pire. Alors, tandis que se tiennent les Etats généraux de la sécurité routière, rappelons à nos jeunes les règles qui s’imposent  pour éviter que « ça nous arrive à nous aussi ».

 

AutoFF : pensez-y sur le chemin de l'école !

Aux abords des écoles, il y a pas mal de réflexes à avoir en tête. Dont un, précieux, oublié par la plupart des parents : couper son moteur. C’est justement la nouvelle campagne Autoff menée par la Fédération Inter Environnement Wallonie, avec le soutien du ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio. En pleine semaine de la mobilité, ça tombe plutôt pas mal.