Vie de parent

Pour faire comme papa et maman

Les jeux d’imitation et ceux appelés « petits univers » sont une grande famille de jouets, fondamentaux pour grandir. Avec eux, l’enfant apprend à singer notre monde, celui des adultes, pour mieux s’y projeter. Parents, attention, nos enfants nous regardent !

Pour faire comme papa et maman

Dès 2 ans, l’exploration du monde

La jungle

Un singe, un éléphant et son bébé, un crocodile qui ouvre la gueule, deux personnages, une barque, un avion et quelques grosses briques colorées : de quoi faire galoper l’imagination de votre petit qui s’en saisira pour s’inventer des histoires tout en développant sa fine motricité avec ce premier jeu de construction. Des boîtes à prix variés pour explorer d’autres régions de la planète sont aussi disponibles dans cette nouvelle gamme Around The World. Jusqu’à 4 ans. Autour de 40 €.
(Duplo)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Indémodables et inusables, les briques Duplo - faciles à saisir et à emboîter par de petites mains - sont incontournables dans un coffre à jouets. L’occasion de rappeler que si les (grands-)parents sont souvent séduits par l’esthétisme des jouets en bois, les enfants eux, sont davantage attirés par le réalisme des jouets en plastique.

Dès 3 ans, dans la peau d’un autre

La cuisinière de Gaby

Une petite cuisinière en bois (45 cm de haut) au look vintage, avec un four dont la porte s’ouvre et ses accessoires (casserole, bassine, couverts, salière et poivrière). Amusant : les robinets et les boutons se tournent en faisant un joli cliquetis mécanique. De quoi jouer à « faire semblant » en imitant les adultes, une activité des plus sérieuses à l’âge de la maternelle. Elle permet d’endosser un rôle et de se projeter dans le monde des grands. Jusqu’à 5 ans. Autour de 60 €.
(Djeco)

► Ce qu’en pense notre journaliste
On aime la taille lilliputienne de cette cuisinière (idem pour le packaging), pratique si vous vivez dans un petit espace : elle peut se poser éventuellement sur une table pour être à la hauteur de l’enfant. Loin des cuisinières mastodontes en plastique, celle-ci ne fera pas tache dans votre salon. Un jouet qui demande une bonne demi-heure et quelques tours de tournevis pour la monter. Pensez-y avant de l’acheter.

Maison Flisat

Une grande maison en bois brut (60x60 cm), sans accessoires : un décor minimaliste qui peut servir de maison de poupée et - pourquoi pas ? -, de repaire pour les pirates et autres superhéros, de garage pour les autos ou même d’enclos pour les dinosaures ou les animaux sauvages. Pratique : lorsque votre enfant n’aura plus l’âge de jouer à quatre pattes dans le salon, cet objet pourra s’accrocher au mur et se transformer en petite étagère jusqu’à l’adolescence pour exposer figurines, souvenirs et autres bijoux. Jusqu’à 12 ans. Autour de 25 €.
(Ikea)

► Ce qu’en pense notre journaliste
On aime ce genre d’objet minimaliste qui laisse libre cours à l’imagination et à la créativité de votre enfant. Une idée à lui souffler : fabriquer avec du papier et de la colle - ou tout matériau de récupération - des petits meubles à installer dans cette grande maison. De là à ce qu’il construise lui-même (ou avec vous) ses jouets, notamment avec des caisses en carton, il n’y a qu’un pas.

Grande grue

Une grande grue en bois (68 cm) qui fonctionne manuellement selon le même principe qu’un vrai engin ! Le chariot se déplace sur la flèche tandis que le crochet monte et descend, ce qui permet de transporter des matériaux. De quoi donner à votre salon des allures de chantier et permettre à votre enfant de se plonger dans les plaisirs des jeux dit des « petits univers » : en mettant en scène personnages, véhicules et autres animaux, il va s’inventer tout un monde et ainsi développer son imagination et son langage. Jusqu’à 6 ans. Autour de 55 €.
(Villac)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Une grue, de prime abord, moins attirante que les modèles en plastique avec moteur et piles, mais qui permet à l’enfant d’être réellement aux manettes de ses jeux tout en se familiarisant avec le système de câbles et de poulies. À mélanger avec d’autres jouets, éventuellement en plastique puisqu’on l’a vu plus haut, les enfants préfèrent le réalisme de ces derniers. Amusant : la thématique du chantier fait fureur pour l’instant auprès des enfants. Les travaux, nombreux à Bruxelles comme en Wallonie pour l’instant, y seraient-ils pour quelque chose ?

Dès 4 ans, un univers plus complexe

Maison familiale

Une habitation modulable, composée d’éléments en plastique et en bois (murs, sols, toits) qui peuvent s’imbriquer de diverses manières pour construire, par exemple, une maison de plain-pied ou sur plusieurs étages. Fourni avec figurines et accessoires, ce jouet modernise le concept de maison de poupée qui permet à l’enfant de reproduire des scènes de sa vie quotidienne ou d’en inventer d’autres. Avec cette nouveauté, la célèbre marque de train en bois sort des rails : la gamme Brio World (avec cette maison, mais aussi une école, une plaine de jeux, un magasin…) permet de créer tout un univers, à combiner ou non avec les rails et les véhicules qui les accompagnent. Jusqu’à 8 ans. Autour de 60 €.
(Brio)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Une (belle !) tentative pour rapprocher les filles de l’univers des trains ou inviter les garçons vers celui des maisons de poupées. Le Ligueur vous le rappelle, chaque veille de Saint-Nicolas, les jouets n’ont pas de sexe : s’il vous le réclame, n’hésitez donc pas à offrir une poupée à votre fils et un camion de pompier à votre fille.

Camion de pompier Junior Kit

Un camion de pompier que votre enfant montera lui-même, en suivant pas à pas les étapes du plan de montage. Contrairement aux « vraies » maquettes, ici, pas besoin de colle : les pièces se clipsent ou se vissent à l’aide d’un gros tournevis. Un jeu « 2 en 1 » puisqu’une fois assemblé, le véhicule est assez solide pour que votre enfant joue avec lui en se glissant ainsi dans la peau d’un sapeur-pompier. Jusqu’à 7 ans. Autour de 30 €.
(Revell)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Avec cette nouvelle gamme, la célèbre marque de maquettes pour adultes (et ados) a décliné à merveille son savoir-faire pour la rendre accessible aux plus jeunes : le plan de montage est précis et limpide et le décrypter est déjà un apprentissage en soi. De quoi donner envie à votre gamin(e) de se lancer dans le modélisme avec colle et peinture cette fois. Un plaisir aussi à partager entre enfant et adulte.

Dès 6 ans, l’Histoire avec un grand H

Pyramide du pharaon

Une grande pyramide en 3D pour remonter dans le temps et se plonger dans les mystères des pharaons. À l’intérieur : un labyrinthe, des portes et des chambres secrètes qui mènent tantôt vers des pièges - gare aux araignées et au fantôme ! -, tantôt vers des trésors dont le fameux sarcophage dans lequel se glisse une momie. Avec une foule de petits éléments réalistes (bijoux, amulettes, tête de mort, lanterne…) dont Playmobil a le secret. Jusqu’à 10 ans. Autour de 50 €.
(Playmobil)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Avec cette gamme History, Playmobil se démarque de ses univers traditionnels (pirates, chevaliers, pompiers, véhicules de chantier) et ouvre aux enfants de nouveaux horizons : les Égyptiens, les Romains ou encore les Vikings. De quoi faire travailler son imagination et s’inventer des histoires plus ou moins probables, comme faire combattre le pharaon contre son tyrannosaure. Cette thématique moins enfantine devrait séduire votre enfant qui, en grandissant, aimera toujours jouer avec pareilles figurines.

Anouck Thibaut

Le témoignage de Catherine

« Depuis peu, notre Élise, 11 ans, rejoue à nouveau avec ses Barbies et ses Playmobil. Comme ça, tout d’un coup, alors qu’on pensait que cette période était révolue. Elle joue seule, s’invente des histoires, tantôt fantastiques, tantôt très réalistes et même en lien avec son quotidien. C’est amusant de la voir jouer ainsi, en étant encore pleinement dans le monde de l’enfance, alors que l’heure d’avant, elle écoutait des chansons d’ados sur YouTube. Un peu comme si elle était à cheval entre deux âges. Ça complique un peu les choses pour la Saint-Nicolas. Doit-on encore lui apporter ce type de jouet au risque qu’elle s’en lasse très vite d’ici quelques mois ? »
Comme Élise, certains (pré)ados éprouvent encore le besoin et l’envie de jouer, sans que ce ne soit pour autant un signe d’immaturité, voire de régression. Tout comme les peluches (on vous en parle en page 12), ne nous privons donc pas d’offrir des jouets à nos enfants sous prétexte qu’ils sont trop grands pour cela.

La question de Virginie

« J’ai toujours admiré les parents qui savent tout laisser tomber pour jouer avec leurs enfants. Chez nous, Marguerite, 6 ans, nous le réclame encore souvent. Mais c’est difficile, simplement parce qu’avec six enfants à la maison, il y a toujours mille et une choses à faire. Ce qui m’arrive, c’est de vite jouer avec elle une partie de cartes sur un coin de table de la cuisine. Ou alors simplement m’asseoir à côté d’elle et la regarder jouer, ce qui lui plaît aussi. J’avoue, parfois, je culpabilise. Car partager du temps de jeu avec ses enfants, n’est-ce pas cela le vrai cadeau qu’on peut leur faire ? »
Offrir un jeu pas cher et qui se joue rapidement est souvent un bon choix. Car, derrière ce cadeau, il y en a un autre : le partage de votre temps, souvent compté !

Sur le même sujet

Des jouets tout doux

Des doudous tendres à offrir à votre tout-petit pour l’apaiser au moment du coucher. Des poupées ou des peluches pour qu’il se sente accompagné. Autant de jouets qui sont de véritables boules de tendresse et auxquels votre enfant s’attachera pour de nombreuses années.

 

Des robots et cie

En 2016, l’électronique et la technologie virtuelle s’introduisent toujours davantage dans l’univers du jouet en apportant un vrai plus du côté des apprentissages et des plaisirs de jeu.

 

Pour être bien dans son corps…

Du hochet au diabolo, ils sont nombreux ces jouets qui aident votre enfant à explorer ses cinq sens avant d’affiner son adresse et sa dextérité. Bref, des jeux qui aident tout simplement à être bien dans son corps et dans sa tête, puisque certains explorent aussi les émotions.

 

Jeux de société

Activité rassembleuse par excellence, le jeu de société est un secteur toujours aussi foisonnant tant l’imagination des créateurs, aussi bien du côté du matériel que des mécanismes, semble sans limite. Nos élus, parmi les quelque mille sorties en 2016, conjuguent plaisir du jeu, qualité des apprentissages et simplicité de la règle.

 

Des jeux qui dopent le cerveau

Très tendance aussi, les jeux qui développent tout particulièrement les neurones et les connaissances de vos enfants. Une manière pour eux d’apprendre à s’occuper tout en s’amusant… tout seuls, pour le plus grand plaisir des parents !

 

Du côté des artistes en herbe

Ringards, les bricolages ? Les enfants du numérique y trouvent toujours autant de plaisir que leur prédécesseurs et sont tout aussi fiers d’exposer leurs œuvres. Cette année, cette catégorie de jeux est pourtant maigrichonne tant les marques ont été peu inspirées par ce type d’activité. Dommage pour les enfants. Tant mieux pour ceux qui ont produit des boîtes de bricolage les années précédentes : pour les retrouver, rendez-vous dans nos coups de cœur.

 

Notre sélection jeux-jouets 2016. Le choix de 5 mamans et leurs enfants

Un rendez-vous qui sent bon les rires et les cris de joie. Enfin ! Après les jeux olympiques de la rentrée qui nous replongent dans une course effrénée après le temps, sans compter les premiers bobos de l’automne qui bouleversent notre calendrier, la venue de saint Nicolas est une vraie pause-plaisir. Pour les enfants, bien sûr, mais aussi pour nous, les parents.