0/2 ans

Pour ou contre la tutte

Elles font partie du monde bleu et rose de nos poupons. En silicone et plastique coloré ou en caoutchouc naturel, elles se vendent en grande surface comme en pharmacie et sont parfois offertes à la maternité. Mais les tuttes sont-elles indispensables pour les bébés ? Les mamans ont des avis très divers.

Pour ou contre la tutte

CONTRE

Un allaitement presque raté

« Maya prenait la tutte à quelques mois. Mais je la lui ai retirée vers ses 7 mois, car mon allaitement commençait à foirer. Elle tétait mal, refusait le sein sans prendre de biberon, non plus… Tout est rentré dans l’ordre avec l’arrêt de la tutte. Pour mon deuxième, pas de tutte et l’allaitement se passe sans couacs. »
Nathalie, maman deMaya, 2 ans, et de Milo, 5 mois

Bébé cracheur

« Nous avons essayé de donner une tutute à notre fils quand il pleurait beaucoup, quand il avait environ 1 mois, mais il la crachait systématiquement. On la tenait avec nos doigts, on a essayé différents modèles… Aucune n’a ‘accroché’, donc on a laissé tomber. On s’est dit qu’une tutute n’était pas nécessaire dans la bouche d’un bébé. »
Carla, maman de Mathéo, 10 mois

Des bulles et des babillements

« Je n’ai jamais donné de tétine à ma fille. Je trouve que les tétines servent trop souvent de bouchon pour que les bébés ne fassent pas de bruit et n’embêtent personne. Je trouve qu’ils ont le droit de pleurer et d’être entendus, nos petits loulous ! J’aime tellement les entendre babiller, faire des bulles et rire que je ne peux pas leur mettre un truc en bouche. Et tant pis s’il y a des pleurs à supporter, ça fait partie du package. »
Aurore, maman de Clothilde, 18 mois

La tutte, c’est moche

« J’ai deux enfants pour l’instant (le troisième arrive dans quelques mois). C’était deux téteurs, mais aucun n’a reçu de tutte, parce que je trouve ça trop horrible dans leur bouche. C’est un critère inesthétique, pas très scientifique, je sais, mais, pour moi, ça compte. »
Karine, maman de Jules et Lou

POUR

Mieux que mon doigt

« Mes deux enfants ont eu une tétine. Ma première l’a eue vers 1 mois et demi et c’était une révolution dans notre vie de jeunes parents débordés. On n’en pouvait plus des pleurs, des tétées à rallonge et des longues promenades pour la calmer… La tétine, c’était simple et rapide. Pour le deuxième, j’ai tenté de ne pas la lui donner, mais il suçait mon petit doigt à la place. C’était ridicule. Après 3 mois, je lui ai proposé une tétine. Ça l’apaise et ça l’aide à s’endormir calmement. »
Aurélie, maman de deux enfants de 7 mois et 5 ans

La fashionista

« Pour moi, la tutte est un joli cache-misère. Mon bébé est né avec une lèvre supérieure énorme, on ne voyait que ça sur son visage. Et quand il a une tutte en bouche, on voit ses beaux yeux, ses tout petits cheveux et son joli visage. En plus, il existe des tuttes très mimi à personnaliser avec le prénom ou des modèles rigolos avec des fausses à moustache. Donc, pourquoi se passer de ce joli accessoire ? Surtout que les bébés adorent ! »
Tamara, maman de Georges, 3 mois

Du sein à la tutte

« La tétine a été bien utile lors du sevrage de mon petit gars. Tout petit, je l’allaitais longtemps et il s’endormait souvent au sein. Vers ses 12 mois, j’ai raccourci les tétées et, dès qu’il était endormi, hop, je troquais mon mamelon contre une tutte. Depuis qu’il est sevré, il est devenu accro à la tutte. Par contre, je ne sais absolument pas comment, ni quand on le séparera de cette nouvelle addiction. » Sarah, maman d’Ali, 2 ans

Gros téteurs

« Mes jumeaux ont tous les deux pris la tutte et ont été allaités deux ans et demi sans soucis. Ils avaient un fort besoin de téter. Mais comme j’avais un réflexe d’éjection fort, ils ne pouvaient pas toujours téter mes seins sans risquer de vomir. Donc, la tutte était pratique. »
Solène, maman de jumeaux de 3 ans

« Il y a plus de tuttes et plus de problèmes orthodontiques »

Si la tétine est adoptée par de nombreuses mamans, côté pédiatre, l’enthousiasme est moins grand. Interview du docteur Baya Belhadi, cheffe du service de pédiatrie à la clinique Édith Cavell.

Que pensez-vous des tuttes pour les bébés ?
Baya Belhadi : « Il ne faut pas être excessif et dire qu’on donne ou qu’on ne donne pas du tout une tutte à un bébé. Mais, c’est bien de se poser la question : faut-il vraiment proposer une tétine à un bébé ? La tutte n’est pas quelque chose de naturel, c’est un corps étranger qu’on introduit chez l’enfant. Quand elles tombent par terre, des parents la mettent dans leur bouche avant de la refourrer dans la bouche de leur enfant… ce n’est pas très propre. »

Vous ne pensez pas que la tutte est mieux que le pouce ?
B. B. :
« Non. Le pouce de l’enfant n’est pas un corps étranger. Et puis, on voit bien que malgré l’utilisation des tétines, il y a toujours des enfants qui préfèrent leur pouce. Je pense qu’il y a une intellectualisation trop grande autour de l’enfant. Le bon sens populaire se perd, c’est pourtant la meilleure recette pour éduquer au mieux son enfant. La perfection n’existe pas. »

Mais la tutte peut avoir des avantages…
B. B. :
« Bien sûr, la tutte apaise certains bébés, mais elle n’est pas nécessaire pour tous. Le besoin de succion n’est pas le même chez tous les bébés, d’où l’importance d’être à l’écoute de son bébé. Le besoin de téter des bébés est souvent satisfait par les tétées au sein. Donc, les bébés n’ont pas forcément besoin d’une tétine en plus. Personnellement, je déconseille de donner la tétine à un bébé allaité. Car le mouvement de succion d’une tétine n’est pas le même que lorsque bébé tète le sein de sa mère. Je déconseille absolument de donner une tétine dès la maternité. Si un bébé exprime un fort besoin de téter, qu’il suce ses doigts depuis la naissance, on peut lui proposer une tétine. Si le bébé est satisfait avec sa tétine, c’est qu’il en avait besoin. Par contre, s’il la recrache, ce n’est pas la peine de réessayer, c’est qu’il n’en a pas besoin. Mais si les parents s’obstinent et insistent pour qu’il la prenne, il finira par la prendre sans en avoir besoin. »

Vous conseillez donc une utilisation parcimonieuse de la tutte.
B. B. :
« En fait, je ne suis pas fort pour l’utilisation des tétines. Je vois trop souvent des tuttes fourrées dans la bouche de jeunes enfants pour les faire taire. Si un bébé pleure lors d’une consultation, ça ne me dérange pas. Il a le droit d’exprimer son mécontentement parce qu’il est manipulé. Ses pleurs cesseront lorsque l’auscultation sera terminée. La tutte sert trop souvent à clouer le bec d’un enfant, et ça, je n’aime pas. Il y a trente-cinq ans, quand j’ai commencé en tant que pédiatre, il y avait beaucoup moins de tuttes qu’aujourd’hui… et beaucoup moins de troubles orthodontiques aussi. Cette évolution me préoccupait. Et puis des orthodontistes, qui ont d’ailleurs fait fortune, nous ont alertés : ils ont constaté une augmentation des troubles de déglutition, des troubles de la parole à cause des tuttes. Maintenant, les pédiatres sont un peu plus sensibilisés à l’utilisation excessive des tétines. »

Et jusqu’à quel âge est-il opportun de laisser une tutte à un enfant ?
B. B. :
« Le besoin de succion est surtout important les premières semaines de vie d’un bébé. Si des parents ont un bébé téteur et qu’ils lui donnent une tutte, je leur conseille de l’enlever durant les premiers mois de vie de l’enfant. Un enfant ne doit pas rester plus d’un an avec une tutte. Après, son besoin de succion n’est plus si important et ça devient difficile de lui enlever la tétine. Enlever une tutute à 2-3 ans, c’est presque impossible. Certains petits ont leur tutte accrochée à leurs vêtements, elle fait presque partie de leur corps. Le souci avec la tétine, c’est qu’elle crée une dépendance. Certains enfants en sont dépendants jusqu’à 4-5 ans. Quand je vois des enfants en consultation avec une tutte, je me permets d’intervenir. Et je leur dis : ‘Ta tutte est fatiguée, elle doit rester dans le lit’. Ou bien je propose à l’enfant de la donner à saint Nicolas. Ce sont souvent des parents dépassés qui choisissent la tutte par facilité. Mais apprendre la facilité aux enfants, est-ce toujours la bonne solution ? O.K. pour les machines à laver qui facilitent la vie, mais il y a des limites. »

Propos recueillis par Estelle Watterman

En pratique

Les do et don’t

  • Si vous optez pour une tutte, vérifiez fréquemment son état : pas de petit trou, de bruit bizarre... La durée de vie d’une tétine suçotée quotidiennement est de deux mois. Pensez également à la changer quand bébé grandit. Les modèles 0+ sont prévus pour des enfants sans dents.
  • Surtout, n’accrochez pas de tutte autour du cou de bébé, afin d’éviter tout risque d’étranglement. Même une attache-tétine bien sécurisée, à clipper directement sur les vêtements, n’est pas nécessaire si la tutte n’est utilisée que dans le lit…
  • Ne forcez pas un bébé qui pleure à prendre une tutte. Ses pleurs peuvent signifier beaucoup de choses : j’ai faim, j’ai froid, je veux des câlins, je me sens mal, il y a trop de bruit… et parfois : je veux suçoter quelque chose. Le sein de maman satisfera certainement le bébé : s’il n’est pas disponible, une tutte pourra convenir.
Sur le même sujet

Adieu, le pouce !

Comment faire perdre l’habitude du pouce à un enfant, alors qu’il n’en a absolument pas envie ? La tétine a l’avantage de pouvoir être rendue à saint Nicolas ou à la petite souris... mais votre enfant ne peut pas être amputé de son doigt ! Mission impossible, alors ?

 

Saint Nicolas, j’ai un cadeau pour toi !

La tutte, jadis si pratique pour rassurer notre petit loustic, aujourd’hui inesthétique dans la bouche de notre enfant qui tente de parler comme un grand. C’est sûr, il est temps de s’en débarrasser. Et pour ne pas jouer les grands méchants voleurs de tuttes, pourquoi ne pas suggérer à notre bambin de l’offrir lui-même en cadeau à saint Nicolas ?