3/5 ans

Pour ou contre les bisous
sur la bouche ?

Françoise Dolto disait qu’embrasser son enfant sur la bouche, ça ne se faisait pas. La France, de son côté, s’apprête à rendre cette pratique condamnable. Pourtant, qui n’a jamais vu un enfant se précipiter vers son parent à la sortie de l’école et lui faire un gros « smack » ? Marque d’affection naturelle et spontanée pour certains, pratique limite incestueuse pour d’autres, embrasser son enfant sur la bouche fait débat.

Pour ou contre les bisous sur la bouche ?

POUR

Gwenaëlle, une fille de 4 ans

J’embrasse ma fille sur la bouche depuis toujours. En fait, je dois dire que je la dévore de bisous : dans son cou, sur les joues, sur ses petites mains, ses petits pieds, son ventre… elle adore ça. Ça la fait rigoler et elle ne s’en lasse pas. Moi non plus, je l’avoue.
Le plus souvent, « en société », elle m’embrasse sur la joue. Mais le soir dans son lit, quand elle a un gros bobo ou qu’elle est malade ou qu’elle a simplement envie d’être câline, elle réclame son bisou sur la bouche. Avec son papa, c’est différent. Jusqu’à un certain âge, on n’y voyait pas d’inconvénient. Mais depuis qu’elle s’intéresse beaucoup « aux zizis et aux zézettes », nous avons un peu revu notre position. Si elle le prend par surprise, on ne dit rien. Sinon, on essaye quand même d’éviter. Il y a quelque temps, elle a reçu un déguisement de mariée et s’est « mariée » avec son papa. Depuis, c’est son mari à elle, plus le mien. Même si c’est un jeu, il ne faut pas l’encourager dans ses idées œdipiennes.
Malgré tout, je suis persuadée que ça reste innocent. À l’école, sa meilleure copine et elle se font aussi tous les soirs un bisou sur la bouche. Ça ne veut pas dire pour autant qu’elles deviendront homosexuelles ! Je pense que cela passera tout seul. En grandissant, elle comprendra que les bisous sur la bouche sont réservés aux amoureux. On a beaucoup érotisé la bouche, mais, au final, elle reste avant tout un moyen de communication. Je ne m’en fais pas pour ça. Malgré tout, je reconnais que je préfère que ce « privilège » me soit réservé. Je n’aimerais pas qu’elle embrasse toute la famille sur la bouche.

CONTRE

Madeline, un fils de 1 an

Je ne suis pas favorable aux bisous sur la bouche entre parents et enfants. Selon moi, quel que soit l’âge de l’enfant, ça risque de lui apporter de la confusion. À mon sens, il ne faut pas mélanger... Si maman embrasse papa sur la bouche, alors quelle est ma place dans la famille si j'embrasse aussi maman ou papa sur la bouche ? Pour moi, il y a dans le bisou sur la bouche une forte représentation d'intimité sexuelle. Il y a tellement d'autres moyens de montrer son amour à son enfant ! Pourquoi choisir celui qui risque de provoquer dans le futur des problèmes dans sa construction sexuelle ou des œdipes démesurés ?
Et d’ailleurs, qui est le plus demandeur de ces bisous ? L’enfant ou ses parents ? L’enfant ayant naturellement envie de satisfaire ses parents, je ne suis pas sûre qu'il oserait le dire si ça le dérange, lorsqu’il est plus grand, par exemple. Même si je comprends que l'amour qu'on a pour son enfant est tellement énorme qu'on a envie de passer par là, il faut d'abord penser à lui.
Entre enfants, c’est différent. Tout d’abord, c’est bien plus difficile à contrôler, car cela se passe le plus souvent à la crèche ou à l’école, quand on ne peut pas intervenir. Donc, à part donner des consignes très claires à l’institutrice (sans certitude qu’elle les respecte car elle doit bien souvent gérer un grand groupe), on ne peut rien y faire. Il y a déjà tellement de microbes qui circulent à l’école, inutile de favoriser leur transmission en s’embrassant sur la bouche. Après, je pense que si on ne le fait pas à la maison en expliquant bien à son enfant pourquoi, il aura peut-être moins tendance à embrasser (ou se laisser embrasser) par d’autres enfants de sa classe.

L’avis de la psy

Selon la psychologue Olivia Surquin, innocent pour le parent, le baiser sur la bouche peut en revanche être déroutant pour l'enfant. « Dans notre culture, un baiser sur la bouche est lié à une intimité amoureuse, à des rapports adultes sexualisés. Si les parents s'embrassent, c'est parce qu'ils sont amoureux ». Bien sûr, quand un parent fait un bisou sur la bouche de son enfant, il voit cela comme un simple geste d'affection. Mais l'enfant, lui, peut l'interpréter différemment. « Ce n'est pas forcément perturbant à court terme, mais cela peut s’inscrire en lui et le déstabiliser plus tard, au moment où intervient l'Œdipe, par exemple, ou encore s'il constate que d'autres enfants n'ont pas cette habitude-là avec leurs parents ».
Pour la psychologue, le baiser sur la bouche peut créer un flou dans l’esprit de l’enfant : « Quelle est ma place dans la famille ? Plus tard, serai-je l'amoureux de maman ? » sont autant de questions qu’il peut se poser. Or, l'enfant a besoin de codes sociaux clairs, de limites, pour se construire dans un environnement sécurisant. « Le flou, au contraire, peut faire place à l'imagination toujours très fertile des enfants et les amener finalement à beaucoup d'inquiétudes », avance Olivia Surquin.
Bien sûr, ceci est à nuancer selon le sexe du parent et de l'enfant, la personnalité de chacun, le contexte familial… bref, en fonction d'une multitude de facteurs. Malgré tout, pour la psychologue, mieux vaut s'abstenir afin de permettre à l'enfant de grandir dans une famille où chacun a une place claire et lui permettre ainsi de se construire plus sereinement et de comprendre plus rapidement certains de nos codes socio-culturels.

L’avis de l’instit’ maternelle

Non contents d’embrasser leurs parents sur la bouche, certains enfants font déjà allègrement des bisous à leurs petits camarades de classe. Sarah, institutrice en maternelle, confirme : « À partir de la 2e maternelle, il arrive régulièrement que les enfants se fassent des bisous sur la bouche. La majorité du temps, c’est lorsqu’ils jouent à des jeux symboliques. S’ils sont en train de jouer au papa et à la maman, ils trouvent cela normal de se faire un bisou sur la bouche, comme le font leurs parents à la maison ».
Pour l’institutrice, ces petits baisers sont totalement innocents. « Pour moi, il s’agit simplement du phénomène d’imitation, que l’enfant applique à bien d’autres situations. Je ne pense pas qu’il y ait la moindre pulsion sexuelle derrière cela ». Pourtant, si cela devenait trop répétitif, Sarah interviendrait malgré tout : « Si deux élèves passaient leur temps à se bécoter, je leur expliquerais quand même que normalement les bisous sur la bouche, c’est pour les amoureux, les papas et les mamans, et pas pour les enfants ».
Par contre, l’institutrice n’accepterait en aucun cas que ses élèves tentent de l’embrasser sur la bouche : « Certains enfants sont très affectueux et me font beaucoup de câlins et de bisous. Idem dans les classes de mes collègues. Après tout, nous passons tout de même beaucoup de temps avec eux. Mais il faut savoir mettre des limites. En tant que professeurs, nous avons une relation d’autorité vis-à-vis des enfants, ce qui rend ce type de pratiques inacceptable », conclut-elle.

Gaëlle Hoogsteyn

En pratique

Si c'est votre enfant qui prend l'initiative du bisou sur la bouche, s'il essaye d'en faire un jeu par exemple, embrassez-le sur la joue et expliquez-lui que les bisous sur la bouche sont pour les amoureux. « Par contre, il ne faut pas culpabiliser l'enfant qui, en fait, reproduit ce qu'il observe », précise Olivia Surquin.
Par ailleurs, en fonction de l'âge de l'enfant, un bisou sur la bouche n'a pas la même signification. « Si vous avez pris l'habitude de faire un bisou sur la bouche de votre bébé qui, entre-temps, a grandi et que vous souhaitez arrêter, surtout ne dramatisez pas, conseille notre experte. Expliquez-lui que maintenant qu’il est grand, ça ne se fait plus d’embrasser son papa ou sa maman sur la bouche. Et, bien sûr, n'hésitez pas à toujours lui donner de l'affection, le prendre dans vos bras, lui faire des bisous sur la joue, sur le front, etc. », conclut-elle.

Sur le même sujet

De 0 à 2 ans : rien à voir avec votre sexualité

Un papa angoissé apprend qu’il va être le père d’une petite fille et l’imagine déjà le soir de sa nuit de noces. Une maman ne sait pas trop quoi faire avec le zizi de son fiston… Vos questions concernant la sexualité de votre enfant commencent tôt, très tôt. Annie Dumont, pédiatre, et Mireille Pauluis, psychologue, arrivent en renfort pour vous aider à y répondre !

 
 
 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus