Vie de parent

Pourquoi certaines crèches seront-elles fermées ce mercredi ?

Ce mercredi, certains parents vont devoir s’organiser, la crèche de leurs petits risque d’être fermée ou de ne proposer qu’un service minimum. Ce mouvement de grogne est organisé en front commun syndical, avec la compréhension de fédérations d’employeurs. On fait le point.

Pourquoi certaines crèches seront-elles fermées ce mercredi ? - UNESSA / Serge Dehaes

« L’accueil de la petite enfance - qui dépend de la FWB - est toujours en souffrance et manque de moyens, particulièrement en ces temps de crise sanitaire. Après les promesses et les déclarations d’intention sans lendemain, les acteurs de terrain n’en peuvent plus d’attendre et sont fatigués de devoir manifester leur colère pour se faire entendre. » Cette expression de découragement et d’énervement, on la trouvait, il y a quelques jours, dans un communiqué publié par l’UNESSA, la fédération de l'accueil, de l'accompagnement, de l'aide et des soins aux personnes.

Le cadre

Le secteur de l’accueil de la petite enfance rassemble des milliers de travailleuses et de travailleurs. Ils et elles sont en attente d’une réforme qui tarde à se mettre en place et cela crée des tensions. Ce personnel sort aussi un peu épuisé de cette crise sanitaire. Il a été quasiment toujours en action durant les mois qui viennent de s’écouler. En première ligne.

Le secteur craint aussi pour son avenir. Il a l’impression que la Fédération Wallonie-Bruxelles n’est pas prête à mettre à l’argent sur la table pour assurer le futur de l’accueil de la petite enfance. Il a réclamé des assurances en avril, mais il n’a pas été rassuré. Résultat: le mouvement de grève de ce mercredi pour mettre la pression.

Le moment choisi

Pourquoi maintenant ? À l’UNESSA, on donne l'éclairage sur l’agenda. « L’espoir du secteur réside aujourd’hui dans les discussions d’ajustement budgétaire, menées actuellement au sein de la FWB. Depuis le début de cette semaine, nous avons attiré l’attention du Gouvernement de la FWB en publiant des cartoons à peine caricaturaux (NDLR: voir illustrations), décrivant le quotidien des crèches. UNESSA espère donc que cet ajustement soit l’occasion de libérer les budgets nécessaires à la pérennité du secteur. »

Les revendications

Dans le cadre de l'action de grève prévue, le front commun syndical, lui, a listé trois grands objectifs.

Réforme | « Mettre en œuvre la réforme ambitieuse des milieux d’accueil de l’enfance (y compris une amélioration des norme d’encadrement) et du secteur de l’accueil temps libre. »

Salaires | « Garantir le passage au statut de salarié de l’ensemble des accueillantes d’enfants conventionnées d’ici 2025 »

Équilibrage | « Conduire un accord social non-marchand pluriannuel ambitieux permettant au personnel de l’enfance de bénéficier de barèmes et de conditions de travail équivalentes aux autres professionnels du non marchand »   

Le message

Dans la conclusion de son message annonçant la grève, l’UNESSA se veut alarmiste. « Si aucune marge n’est dégagée pour soutenir le secteur, l’accueil de la petite enfance sera en danger. Des structures devront fermer alors que les besoins de places sont criants. Le personnel au bout du rouleau, écœuré et épuisé raccrochera le tablier. Non seulement, la qualité de l’accueil des enfants en subira les conséquences directes, mais aussi la société dans son ensemble. »

T.D.

Sur le même sujet

Réforme des milieux d’accueil : la formation des accueillantes au cœur du débat

Avec la réforme des milieux d’accueil (Milac) se joue la réforme de la formation de base des accueillantes de votre bébé. L’idée est de la renforcer. Mais tout le monde n’est pas d’accord sur la manière de le faire. Pourquoi et comment revoir la formation du personnel en crèche ? Débat. 

 

Les parents sondés sur leur "expérience crèche"

En ce début mai, les maisons d’accueil pour la petite enfance sont à la une de l’actualité. Entre grève, marge budgétaire et craintes toujours vivaces, une enquête est lancée par l’Unessa, la fédération de l'accueil, de l'accompagnement, de l'aide et des soins aux personnes. Et cela afin, notamment, de mieux connaître l’expérience  des parents face à l’accueil de la petite enfance.