Vie de parent

Pourquoi nos adolescents
réagissent si violemment ?

Lorsque leurs parents leur font des reproches, les adolescents ne tiennent plus compte de l'émotion de leurs parents. Leur cerveau se met en « pause », selon une étude américaine.

Pourquoi nos adolescents réagissent si violemment ?

Non, ils ne sont pas tout simplement sans cœur. Oui, ils nous aiment toujours. Mais les adolescents ne tiennent pas compte de l'émotion des parents lorsqu'ils entendent les critiques de leur mère, selon une étude des universités de Pittsburgh, California-Berkeley et Harvard. Leur cerveau se met en mode « pause ».
Pour les chercheurs, qui ont scanné le cerveau de 32 adolescents, âgés de 14 ans en moyenne, pendant qu'ils écoutaient les reproches de leur mère à travers un clip de 30 secondes, la partie du cerveau qui traite les émotions négatives s'active de manière significative. A contrario, les zones qui servent à contrôler les émotions génèrent moins d'activité. Cela expliquerait pourquoi les jeunes réagissent parfois de manière disproportionnée.
« La zone du cerveau qui gère la sociabilité (soit la capacité à comprendre l'émotion de l'autre) se désactive également. Cela permettrait aux adolescents de ne pas tenir compte de l'émotion de leur parent lorsqu'ils réagissent violemment à la critique. Ce qui expliquerait pourquoi les adolescents ont tendance à se disputer facilement avec leurs parents », expliquent les scientifiques.

Et nous, parents, on gère comment ?

Les parents doivent avant tout arrêter de culpabiliser lorsque son ado entre en conflit, parfois violent, avec eux. Ce n'est pas de leur faute. « Une meilleure compréhension de la réaction des adolescents à la critique parentale pourrait fournir des indications aux parents sur la manière de gérer le comportement de leur jeune » et pourrait permettre d'éviter les conflits, précisent les chercheurs.
Face à un adolescent en crise, il faut se rappeler que son comportement participe à son développement, à la transition entre l'enfance et l'âge adulte. Qu'il se cherche, cherche aussi à se construire en se distinguant de ses parents. Ils acceptera de vous ressembler plus tard.
Attention, « le comprendre » ne signifie pas non plus « tout accepter ». Paradoxalement, l'adolescent(e) rejette l'autorité parentale, alors que c'est aussi le moment où il a le plus besoin d'un cadre, qu'on lui mette des limites. C'est une forme de test, inconscient, qui vous met au défi, pour voir si vous vous inquiétez de ce qu'il fait. Il vous rejette tout en ayant besoin de toute votre attention.

Comment faire preuve d'autorité sur son ado ?

Comment se faire entendre et respecter alors par cet adolescent du 21e siècle ? Exit la figure de « pater familias » à l'autorité incarnée. Aujourd’hui, l’argument du « parce que je suis ton père » ne fonctionne plus. Il ne recevra qu'un joli bras d’honneur. Il doit faire autorité naturellement, parce que son fils ou sa fille lui reconnaît une position de référence, de conseil, de maturité ou de soutien, et plus un argument de droit divin. Le parent contemporain n'a plus comme arme que sa capacité à convaincre.
« Il faut que les parents réagissent autrement qu’en voulant à tout prix imposer leur autorité et leur supériorité. Ils doivent aussi impérativement aider leur progéniture à élaborer elle-même des repères, des critères, qui remplacent le discours de la morale », avance Jean-Paul Gaillard, thérapeute de la famille.
L'idéal est donc de négocier, argumenter, expliquer le bien fondé des limites que l'on pose. On ne peut plus imposer ses choix sans motif. L'ado demandera à comprendre le pourquoi de ces choix. Reste à justifier ses décisions, en s'adaptant au tempérament, à l'âge et au sexe de son ado.

Stéphanie Grofils