12/15 ans

Premier soutien-gorge : oui, mais quand ?

Indispensable dès que les seins pointent sous le tee-shirt ? Peut-être pas. Judicieux ? Tout dépend des attentes de votre jeune demoiselle, parfois pudique, parfois pressée d’être une femme.

 

Premier soutien-gorge : oui, mais quand ?

Les médecins disent qu’il n’y a pas d’urgence avant le bonnet A, car le poids est quasi nul et les tissus sont peu sollicités. Le rôle du soutien-gorge étant de prévenir le relâchement des tissus et de maintenir les seins. Il faut se rappeler que les seins sont dépourvus de muscles internes et seule la peau, dotée de micro-muscles, assure le maintien. C’est pourquoi, passé le bonnet A, il faut reconsidérer la question afin de limiter les risques de relâchement et de vergetures.

QUEL MODÈLE ?
Au début, misez sur des modèles en coton, confortables et sans baleine. De nombreuses enseignes proposent des modèles adaptés aux toutes jeunes filles dans des couleurs et des motifs mode. Mais attention, la mode joue parfois les tentatrices : certaines marques proposent des brassières dès 3 ans ! Et des soutiens-gorges rembourrés pour créer un effet balconnet dès 10 ans ! N’oublions pas de laisser le temps à nos filles de grandir et de profiter de vêtements qui ne les stigmatisent pas. Chaque chose en son temps, le moment viendra…
Qu’elles soient généreuses, petites ou moyennes, toutes les poitrines sont belles. Mais lorsqu’il s’agit de choisir un soutien-gorge, il est très important de trouver la taille parfaite. N’oubliez pas de vérifier régulièrement s’il est encore à la bonne taille et n’hésitez pas à renouveler la lingerie aussi rapidement que nécessaire.

LA BONNE TAILLE ?
Les quelques conseils à donner à votre fille pour qu’elle puisse se retrouver dans ces nouveaux codes.

  1. Utiliser un mètre ruban pour mesurer son buste, juste sous les seins. Ajouter 13 cm si c’est un nombre impair, 10 cm si c’est un nombre pair. Ce chiffre correspond à la taille de son soutien-gorge.
  2. Pour la taille des bonnets, mesurer son tour de poitrine à la pointe des seins. La différence entre les deux indique la taille du bonnet.
  • Si les 2 chiffres sont les mêmes, il lui faut un bonnet AA.
  • S’il y a une différence de 2,5 cm, il lui faut un bonnet A.
  • S’il y a une différence de 5 cm, il lui faut un bonnet B.
  • S’il y a une différence de 7,5 cm, il lui faut un bonnet C.
  • S’il y a une différence de 10 cm, il lui faut un bonnet D.
  • S’il y aune différence de 12,5 cm, il lui faut un bonnet E.

Imaginons que la première mesure est de 70 cm, rajouter 10 cm, ce qui fait 80 cm. Imaginons que son tour de poitrine soit de 85 cm, la différence entre les deux est de 5 cm, il lui faudra un bonnet B. La taille du soutien-gorge sera un 85 B.

Karin Mantovani

DES PAPAS NOUS DISENT...

 Patrick : Un sujet délicat
« Il y a deux semaines, c’était à mon tour d’avoir mes deux filles chez moi. Évidemment, c’était le moment choisi par mon ex pour me dire : ‘Au lieu d’acheter des soutiens-gorges à Nina (qui a 10 ans), tu ferais mieux d’en faire porter à Lucie (13 ans)’. Le sujet est plutôt délicat à aborder pour moi, vu que je suis le papa, mais je suis bien obligé de m’en occuper. Leur mère ne les conseille jamais vraiment, elle ne communique pas avec elles et ne s’occupe pas assez des filles quand elles sont chez elle. Pas le temps, vie professionnelle trop dense, paraît-il ! Mais ça, c’est un autre problème… Lucie, l’aînée, ne porte pas de soutien-gorge, préférant les brassières, ce que je peux comprendre vu qu’elle n’a pas du tout de poitrine, alors que sa sœur en a déjà à seulement 10 ans. Suite à la remarque de mon ex, j’en ai parlé avec Lucie et lui ai proposé qu’on aille faire les boutiques. Elle s’est acheté deux soutiens-gorge, mais, d’après ce que me dit Nina, elle ne les met jamais. Elle préfère toujours les brassières. Je lui en ai parlé. Elle m’a promis qu’elle les mettra pour le sport, le mardi et le mercredi. On verra bien, mais je ne vais pas la forcer. Pas envie d’avoir des conflits, la vie est déjà assez compliquée… »

Julien : De l’embarras…
« Je suis papa solo d’une grande fille de 11 ans, Margot. Sa maman est décédée lorsque Margot avait 5 ans. Certains sujets comme les règles, le port du soutien-gorge, la sexualité me font un peu peur car je ne sais pas vraiment comment les aborder. C’est difficile pour un père de parler ou de conseiller sa fille, notamment quand c’est le bon moment de porter un soutien-gorge ! Heureusement, c’est sa prof de gym qui m’a convoqué pour me dire qu’il était temps de lui en acheter un. J’en ai parlé avec Margot, mais elle ne veut pas en porter pour l’instant. On a donc convenu ensemble qu’elle porterait des brassières pour les jours de gym. Je crois qu’elle s’imagine que le fait de porter un soutien-gorge ne lui permettrait plus de profiter de son statut d’enfant. Elle a sans doute envie de le prolonger. J’avoue que parfois je suis un peu perdu face à cela. Mais, que voulez-vous, je n’ai pas le choix, je suis à la fois papa et maman de Margot. »

Mario :L’affaire des femmes !
« Je suis issu d’une famille méditerranéenne, chez nous ce sont les femmes qui s’occupent des problèmes de logistique. J’ai deux filles et un garçon, et je ne me suis jamais investi dans l’achat de vêtements pour les uns et les autres. C’est ma femme qui s’occupe de tout cela. De plus, je ne me vois pas aller acheter un soutien-gorge avec mes filles ! J’imagine le regard de la vendeuse, un père qui demande un soutien-gorge pour sa fille, c’est surement un ‘drôle de coco’. Bref, il n’en est pas question, et je ne pense pas que ma femme imagine me le demander, mes filles non plus d’ailleurs ! »