Vie de parent

Préparons la rentrée

Chaque année à la fin août, vous êtes au bord de la crise de nerfs dans les rayons papeterie bondés de monde et vous jurez qu’on ne vous y reprendra plus. Et si, cet été, vous teniez parole : boucler les cartables en même temps que les valises ! Les derniers jours d’août n’en seront que plus reposants. Pour une rentrée tout en douceur…

Préparons la rentrée - Thinkstock

ACHATS

Éviter le rush et vive la récup’
Ultime effort, donc, avant de boucler les valises et de mettre le cap sur les vacances : faire de même avec les cartables des enfants.
Car, en juillet, les allées papeterie des magasins sont aussi désertes que les rayons bien achalandés. Autre avantage : plus relax, à cette époque, d’embarquer votre rejeton sous le bras afin qu’il puisse choisir lui-même cartable et autres classeurs.
Autre idée : pourquoi ne pas aussi profiter de l’été à la maison pour joindre l’utile à l’agréable et customiser avec vos gamins leurs classeurs et autres cahiers, certes un peu défraîchis, mais encore en bon état ?

BON À SAVOIR

► La Ligue des familles vous aide à préparer votre rentrée en vous donnant des coups de pouce pour réaliser votre groupement d'achat de fourniture scolaire dans l'école de vos enfants

Tenue de rentrée à prix soldé
À coup sûr, votre ado ne voudra pas passer la porte de l’école le 1er septembre avec les mêmes T-shirt-jean-baskets qu’aux délibés.
Alors, pour ne pas se ruiner, on anticipe et on profite des soldes d’été. Le mercure n’a pas vraiment grimpé et la rentrée, ce n’est pas encore l’hiver. Donc, on peut se ruer sur le petit pull léger, le slim (coloré ?) et les pompes à prix cassés sans risquer que sa tenue soit démodée.
Si, en Belgique, les soldes se terminent le 31 juillet, ils peuvent se prolonger au-delà de cette date à l’étranger, notamment en Espagne et en Italie. À retenir, si vous partez en vacances dans ces contrées. Un site pour les autres dates des soldes en Europe : www.radins.com

TRANSPORT

Se familiariser avec le trajet
C’est décidé, votre enfant rentrera désormais seul après l’école. Une perspective qui vous stresse un peu… Mais, dès 10 ou 11 ans, il a suffisamment conscience des dangers pour se débrouiller seul dans le trafic. Profitez de l’été (et n’attendez pas fin août) pour faire tranquillement le trajet avec lui :

  • À pied ? Établissez un itinéraire : le plus court n’étant pas nécessairement le plus sûr. Méfiance, surtout aux carrefours. Un truc : pour vous assurer que votre gamin est fin prêt, suivez-le à distance et observez ses réactions et décisions.
  • En bus, en tram ou en train ? Rappelez-lui que l’important pour arriver à bon port est de prendre le véhicule dans le bon sens ! Trouvez aussi avec lui des repères pour descendre au bon endroit.
  • À vélo ? Accompagnez votre gamin en roulant d’abord à sa gauche (entre lui et la circulation), puis derrière lui, avant de le suivre à distance. Gare aux pistes cyclables : elles donnent parfois une fausse impression de sécurité.
     

BON À SAVOIR

► Plusieurs associations proposent des stages durant l’été pour apprendre à rouler à vélo dans le trafic. Deux sites : www.provelo.be, www.gracq.be

Renouveler l’abonnement
Évitez les files et la cohue de la fin août et profitez des vacances pour demander ou renouveler l’abonnement de bus, tram ou train. Ces précieux sésames peuvent être commandés via internet ou la poste, ou encore être achetés sur place, dans les gares ou les boutiques avant la date d’activation (Délai de un à deux mois, selon les cas). Cadeau du TEC, si vous habitez le Hainaut : pour tout achat d’un premier abonnement pour les 11 à 14 ans avant le 16 août, deux libre-parcours d’un jour offert. De quoi aller repérer, avant la rentrée, le trajet avec votre ado.
Infos pratiques et documents à télécharger sur www.belgianrail.be, www.infotec.be, www.stib.be

JOB

Votre étudiant au boulot !
Sale temps pour les jobs étudiants : crise oblige, ils sont en chute libre cet été. Que votre ado ne perde pas courage : une éclaircie pourrait venir… du ciel. Hé oui ! Il suffirait que le soleil pointe (durablement) son nez pour que le secteur HoReCa et les attractions touristiques aient un besoin urgent de jobistes. 
Côté législation, deux règles importantes à garder à l’esprit : 50 jours de travail, c’est le délai maximum à ne pas dépasser pour jober dans des conditions avantageuses, soit avec des cotisations sociales réduites. 
Important aussi : même diplômé en juin, votre jeune peut bénéficier de ces conditions avantageuses jusqu’au 30 septembre.

Passage obligé par la case ONEM
Une page se tourne : votre aîné vient de terminer ses études et le monde du travail s’ouvre désormais à lui. Ouf ! Une démarche à faire, le plus rapidement possible, même s’il a déjà un boulot en vue : s’inscrire comme demandeur d’emploi (via le Forem en Wallonie ou Actiris à Bruxelles). Et ce, afin de faire débuter son stage d’insertion - qui dure désormais 12 mois - le plus vite possible.

EN SAVOIR +

Un site incontournable, avec les infos, la législation et aussi, la possibilité de calculer son nombre de jours déjà prestés. 

Pour le stage d’insertion, avec la possibilité de s’inscrire en ligne : www.forem.be,www.leforem.be, www.actiris.be

SECONDE SESS’

Faire rimer étudier et été
Pas facile d’étudier pendant les vacances. Mais quand on a une 2e sess’, il faut pouvoir jongler avec les barbecues, le transat, les festivals, les événements sportifs (à la télé), les frères, sœurs et copains qui se la coulent douce… et les cours.
Si on est du genre à vite se laisser distraire, on peut opter pour la bibliothèque, la pension complète chez mamy ou le blocus monastique. Sinon, on dresse le calendrier des deux mois : on s’accorde un jour de festival, un BBQ et une aprèm’ détente pour bien avancer, sans trop couper les ponts avec les joies de l’été.
Et si on est en secondaire et qu’on a besoin d’un coup de pouce sur les matières, on n’hésite pas à faire appel aux cours de rattrapage d’Échec à l’échec.
Nos conseils pour réussir un bon blocus. 

KOT ET BOURSES

Chasse au kot : il est temps
Pas encore de kot pour la rentrée prochaine ? Vite, il est grand temps de s’y mettre ! Embarquez votre jeune dans l’aventure, il pourra faire jouer le fameux bouche à oreille et ainsi partager un logement avec le « copain-du-cousin-de-la-voisine ». Sinon, plusieurs pistes s’offrent à vous : 

  • Les services logements des universités d’abord, qui rassemblent les résidences universitaires, mais souvent aussi des offres de particuliers à proximité du campus. Un site web incontournable, qui centralise les offres des particuliers, partout en Wallonie et à Bruxelles.  
  • Autre alternative : les logements intergénérationnels où votre jeune louera une chambre chez un senior. Pas mal pour une première expérience loin de la maison. À découvrir sur www.1toit2ages.be
  • Et si vous vous posez des questions sur les kots, côté législation (contrat de bail, domiciliation, charges et loyer…) : www.droitsquotidiens.be
     

Bourses : prenez de l’avance
Pas d’urgence, par contre, pour les fameuses bourses d’études, cette aide qui, selon vos revenus, peut être octroyée pour le secondaire ou le supérieur : les demandes doivent être rentrées pour le 31 octobre, au plus tard. Mais ce qui est fait n’étant plus à faire, pourquoi ne pas profiter des vacances pour rassembler les documents nécessaires (composition de famille, copie de l’avertissement extrait de rôle, certificat d’études…) ?

RENTREE

Détendez-vous !
Et si la rentrée qui se profile est une étape particulière pour votre enfant - comme pour vous - quelques conseils pour, l’air de rien, faire en sorte que ce grand saut se passe au mieux.

  • Il entre à la crèche ? Pas grand-chose à faire, si ce n’est les visites de familiarisation. L’appréhension liée à la séparation est surtout de votre côté : à vous de vous y préparer en relativisant et/ou en la partageant avec d’autres parents qui sont déjà passés par là.
  • Direction la maternelle ? Aïe, il n’est pas encore tout à fait propre. Pas de panique. L’été et les vacances sont propices à cet apprentissage puisqu’il peut courir tout nu (ou presque), ce qui simplifie les choses lorsqu’il faut filer d’urgence sur le pot… ou gérer les accidents.
  • Bientôt la 1re primaire ? Surtout, ne vous ruez pas sur ces cahiers de vacances, censés apprendre à écrire et calculer avant l’heure. Rappelez-vous, par contre, que les congés sont souvent des périodes où votre futur écolier fait des bonds de géant tous azimuts côté apprentissages : vocabulaire, langage, débrouillardise, comportement… Ne lésinez donc pas sur les activités (visites, musées, balades) à partager en famille, mais laissez-le également s’ennuyer : cela le fait aussi progresser.
  • Et s’il met le cap vers le secondaire ? À cet âge, c’est aux copains qu’il faut surtout veiller. Ceux que votre presque ado ne va plus fréquenter quotidiennement. Et les nouveaux qu’il va se faire. Pour ne pas perdre le lien ou le tisser : proposez-lui d’inviter les uns et les autres à la maison durant les vacances.
     

EN PRATIQUE

 Répondez à ses questions, s’il en a : inutile d’en ajouter et de lui mettre dans la tête des craintes ou soucis qu’il n’aurait pas. 

► Le stress est contagieux : prenez sur vous afin d’éviter de lui faire passer vos propres peurs, d’ailleurs souvent irrationnelles.

 En vacances, oubliez la montre et les horaires ! Mais pour que l’enfant ne soit pas trop décalé, il est bon de remettre les pendules à l’heure avant la fin août. Et retrouver le bon rythme, tout en douceur, pour aller se coucher à la bonne heure.

Stéphanie Grofils et Anouck Thibaut

Sur le même sujet

Rentrée en première année : « Tu es un grand, maintenant ! »

Sam est rentré en 1re année primaire. La période des grosses colères est passée. Il semble avoir bien intégré que tout n'est pas permis, qu'il y a des règles à respecter, qu'il ne se mariera pas avec sa maman… Et pourtant. Si sa maman (ou son papa) lui demande d’éteindre la télé, de sortir du bain ou d’aller se coucher, il a bien du mal à obéir. Il sait bien qu'il y a des règles à respecter, mais il aimerait tellement les établir lui-même.

 

Achat de fournitures scolaires : jouez collectif !

Juin approche, voici revenu le temps des cerises… et de la sempiternelle liste des fournitures scolaires que les écoles vont vous donner fin juin, lors de la remise du bulletin. Grandes surfaces ou papeterie ? Équitable ou branché ? Recyclable ou jetable ? Tout de suite ou à la veille de la rentrée ? C’est le moment de se poser les bonnes questions pour la planète et le cartable vert de vos enfants. Plus facile à dire qu’à faire. Passage à l’action… pour les enfants du primaire.

 

Frais scolaires : un pas plus loin

L'adage nous dit que la persévérance est avantageuse. La Ligue des familles l'a bien compris, au point qu'elle ne se contentera pas d'une première victoire. La diminution des frais scolaires est une bataille que nous menons depuis des années. Et qui porte ses premiers fruits... Marie-Dominique Simonet, la ministre de l’Enseignement, a annoncé un plan d'action pour réduire la facture scolaire. Des avancées réelles sont en perspective, d'autres restent à conquérir. La Ligue des familles est déjà un pas plus loin. Et tenace, résolument.

 

Les fournitures scolaires : vous êtes 54 % à refuser de payer les manuels scolaires

Les fournitures scolaires regroupent le petit matériel (des crayons aux cahiers en passant par la calculatrice), les revues et manuels scolaires, bref, les outils pour suivre les cours. Différentes questions vous étaient posées, pour sonder à la fois votre avis sur la liste des fournitures scolaires (exagérée ou non ?) et ce qu’il faudrait mettre en place, selon vous, pour améliorer le système.

 

Réduire les frais de l’école, ça vaut le coût

Réduire les frais scolaires : nous avions promis de ne pas lâcher le morceau.  Engagement tenu !  Nous maintenons le cap vers un seul objectif : faire bouger concrètement les choses à l’échelle de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour diminuer les coûts scolaires dans toutes les écoles. L’enquête citoyenne que la Ligue des familles a menée, avec l’appui de l’institut Dedicated, donne une indication claire : 6 personnes sur 10 pensent que les frais de fournitures scolaires sont excessifs.