Vie de parent

Prix Versele 2016 : vos enfants élisent
leur livre préféré

À présent que la rentrée est toute proche, la voici en détail cette sélection de vingt-cinq titres, soigneusement concoctée pour la cuvée 2016 du Prix Bernard Versele (une première liste avait déjà été dévoilée en primeur dans le Ligueur du 10 juin). A vos enfants de choisir leur livre préféré (avec vous, avec mamy, papy ou avec leur institutrice) et de voter pour lui… d’ici le 30 avril 2016 sur www.liguedesfamilles.be

Prix Versele 2016 : vos enfants élisent leur livre préféré

Divisée en cinq catégories, la sélection rassemble des livres dont la complexité croît avec le nombre de « Chouettes ». En famille, chez des amis, dans les parcs, les plaines de jeux, et avant tout à la bibliothèque ou en classe, les enfants pourront à loisir y dénicher leurs coups de cœur. Pour ensuite pérenniser leurs choix sur un bulletin de vote. Cette année, les organisateurs ont encodé pas loin de 48 000 bulletins de vote ! Encore faut-il que les livres parviennent jusqu’aux enfants.
Cette opération est rendue possible grâce à l’enthousiasme de centaines de passeurs de livres, agissant bénévolement ou dans le cadre de leur activité professionnelle. Du côté des professionnels du livre, ils sont avant tout bibliothécaires, enseignants, animateurs, libraires… Mais ils peuvent être aussi des bénévoles désireux de partager avec des jeunes le plaisir de lire. Ou des parents - et des grands-parents - soucieux de raconter de « bons livres ».
Pour 2016, c’est même à ces grands-parents qu’un appel tout particulier est lancé : et si vous faisiez le Versele cette année ? Toutes les informations nécessaires avant de vous lancer dans l’aventure se trouvent dans l’encadré ci-dessous.
Un dernier mot : il arrive que la catégorie « 5 chouettes » soit négligée par les passeurs de livres. Ils s’en expliquent : « À 11, 12 ou 13 ans, les enfants ont moins de temps pour lire », « En 5 chouettes, les romans sont trop épais », « Les livres sont trop difficiles d’accès »… Alors, cette année, la catégorie 5 chouettes a été l’objet de tous les soins : prenez la peine de feuilleter les titres retenus. Ils vous étonneront. Certains sont drôles, d’autres sont émouvants. Certains sont à la fois drôles et émouvants. Trois d’entre eux sont des albums : il n’y a pas de raison de priver les « grands » d’images !

1 chouette

Un peu perdu, Chris Haughton - Éditions Thierry Magnier
Un peu perdu, on le serait à moins ! Imaginez Bébé Chouette assoupi à côté de sa maman sur la plus haute branche d’un arbre. Il n’a pas encore l’habitude de dormir debout, ce petit. Et hop, le temps de tourner la page, Bébé Chouette perd pied et se retrouve sur le sol. Indemne, mais sans sa maman, évidemment. Écureuil est bien décidé à sauver la situation. Mais, hélas, il n’est pas physionomiste. Heureusement Grenouille, elle, a l’œil. Tout s’arrange… provisoirement, en tous cas.
L’Irlandais Chris Haughton a publié trois albums à l’intention des petits. Pensés et travaillés jusque dans les moindres détails - y compris la typographie -, ce sont de grands bonheurs de lecture. Il n’est guère étonnant que deux d’entre eux soient retenus dans cette sélection 2016.

Tranquille comme Fossile, Natacha Andriamirado, ill. Delphine Renon - Hélium
Fossile le crocodile aime la tranquillité. Le sourire béat que le saurien affiche sur la couverture en est la preuve. Par contre, ses nombreux amis ne l’entendent pas de cette oreille. Ils aiment faire la fête et leur terrain de jeu de prédilection se trouve être le vaste dos de Fossile.
Un album qui se laisse lire et relire. Avant tout pour le suspense : Fossile - un crocodile a tout de même une solide réputation - va-t-il perdre patience ? Mais aussi pour s’intéresser à chacun des amis, le suivre page après page, tenter de retenir son nom et de retenir aussi le code couleur qui lui est associé.

Réveillés les premiers !, Komako Sakaï - l’école des loisirs
La nuit est noire. Ce n’est pas encore l’heure bleue. Et pourtant, c’est cette couleur bleue que l’artiste japonaise privilégie ici pour raconter l’escapade de la petite Anna à travers la maison endormie. Réveillée la première, Anna a tenté, sans succès, d’appeler sa sœur. Par contre, le chat Shiro - créature de la nuit - ne s’est pas fait prier. En compagnie du matou, Anna va transgresser, en toute impunité, un certain nombre d’interdits : chiper des cerises dans le réfrigérateur, prendre la poupée de la grande sœur, sa boîte à musique, son cahier, sa trousse et même, sans doute, utiliser ses crayons de couleur…

Dans sa maison, un grand cerf, Jutta Bauer - l’école des loisirs (lutin poche)
Jutta Bauer revisite ici une célèbre ritournelle. Qui d’entre nous ne l’a pas chantée avec mime à l’appui ? Mais, au couplet que l’on connaît - ouf, le lapin a échappé au chasseur ! -, l’artiste en rajoute d’autres. Avec comme conséquence qu’à la dernière page, non seulement le lapin, mais aussi le renard et même le chasseur affamé et son chien, se retrouvent à l’abri dans la maison du cerf. Comme ces événements se déroulent sur quatre saisons, couleurs et atmosphères varient. Quant à la réconciliation finale entre le lapin et le chasseur de la chanson, elle permet de boucler la boucle !

Le 1er c’est canard, Olivier Douzou - Rouergue
Cet album ludique, construit en boucle, sans page de titre ni page de garde, nous invite à suivre une ribambelle de « personnages » - Canard, Cochon, Loup, Renard… mais aussi Œuf et Fromage - revendiquant chacun d’être premier dans une file. Ils se font tous avoir, car il y en a toujours un devant et un derrière !
Un album coquin et malin qui se gausse du désir très répandu d’être « le premier ». Proposant une multitude de lectures et de références culturelles, il s’adresse à tous les âges de la vie.

2 chouettes

M. Tigre se déchaîne, Peter Brown - Circonflexe
Un jour, une idée folle traversa l’esprit de M. Tigre : lui qui en avait assez de toujours bien se tenir, décida de marcher à quatre pattes, de galoper derrière les gens, de grimper sur les toits, de pousser de grands cris sur les bancs publics et même de jeter ses vêtements aux orties. Comme ce ne fut pas du goût de tout le monde, il fut obligé de quitter ses amis pour aller vivre dans la nature. Mais ses amis ne tardèrent pas à lui manquer et il décida de rentrer. Ne soyez pas déçus : une heureuse surprise l’attend dès son retour en ville !

Chut ! On a un plan, Chris Haughton - Éditions Thierry Magnier
Seconde perle signée Chris Haughton retenue dans cette sélection 2016, cet album utilise avec virtuosité l’humour noir et les outils de l’informatique. Quatre personnages. Les trois premiers - armés de filets à papillons - n’ont qu’une idée en tête : priver de liberté tout ce qui leur échappe. Mais leurs plans successifs ne représentent pas une grande menace face aux ailes d’un oiseau ou à la vélocité d’un écureuil. Et leur course-poursuite s’avère vite vouée à l’échec. D’autant plus que le quatrième personnage, le petit, fait preuve d’une persévérance à la fois sage, naïve et pleine de fantaisie, à contrecarrer leurs efforts.

Le lion et l’oiseau, Marianne Dubuc - La Pastèque (Pamplemousse)
D’habitude dans les albums, les lions sont des rois et ils regardent s’activer le bon peuple. Mais ici, Lion, en salopette, travaille la terre. C’est l’automne. Les feuilles mortes jonchent le sol et les oiseaux migrent vers le sud. Et voici que l’un d’entre eux, blessé, gît sur le sol. Lion l’emporte chez lui, le soigne, l’héberge pour l’hiver. Tout deux deviennent complices. Mais que va devenir cette amitié toute neuve lorsque la neige aura fondu et que le beau temps sera revenu ? Suspense !

Cache-cachette, Ezra Jack Keats - Le Genévrier (Caldecott)
L’auteur est un enfant de Brooklyn. C’est probablement dans ce quartier de New York qu’il a choisi le cadre de cet album, une décharge, non loin d’un parking. Archie et Peter viennent d’y découvrir des lunettes de motard. Alors qu’ils rentrent chez eux avec leur trophée, des grands s’interposent. S’ensuit une course poursuite. Mais les deux amis connaissent parfaitement le terrain. Et Willie, le basset de Peter, est drôlement débrouillard.
Un album qui date de 1969 et qui n’a pas pris une ride.

Anton et les rabat-joie, Ole Könnecke - l’école des loisirs (Lutin poche)
Sans doute connaissez-vous Anton ! L’auteur a déjà consacré un certain nombre d’albums à ce Petit Nicolas pour tout-petits. Mais voici sans doute le meilleur Anton de la série. Ne le manquez pas. Textes et dessins vont à l’essentiel avec la même intelligence fine des interactions entre enfants que l’auteur a déjà révélée. Tout est concentré… et les enfants aussi, car « jouer, c’est sérieux ». Tout est réjouissant : les mimiques des protagonistes, le déroulement du scénario, les déplacements des personnages et même l’approche décomplexée de la mort.

3 chouettes

L’incroyable histoire de Jemmy Button, Jennifer Uman et Valerio Vidali - Circonflexe
L’histoire a beau être incroyable, elle est véridique : au début des années 1800, un enfant indien, né sur la Terre de Feu, fut échangé contre un simple bouton et emmené en Angleterre pour y être civilisé. Plus tard, quand il rentra chez lui, Charles Darwin était du voyage. Des illustrations qui se font poétiques pour suggérer la forêt, l’océan ou le ciel nocturne. Humoristiques pour dépeindre le monde occidental, ses foules, ses constructions et ses modes. Critiques, voire agressives, pour évoquer tout ce qui est lié à l’achat de l’enfant.

Un ami très cool, Toni Buzzeo, ill. David Small - Le Genévrier (Caldecott)
Une histoire délirante qui débute par un quiproquo et s’achève par une révélation !
Elliot est un jeune homme distingué, appréciant le calme et la compagnie d’une tribu d’animaux en peluche. Il vit avec un père à l’allure dégingandée et à la mine rigolote, dont une des lectures favorites semble être le National Geographic. Bref, la nature et les animaux semblent fort appréciés dans la famille. Lorsqu’au cours d’une visite à l’aquarium municipal, Elliot demande : « Puis-je avoir un pingouin, s’il vous plaît ? », le père, assis devant une promotion d’animaux en peluche, acquiesce sans la moindre hésitation…

L’invitation faite au loup, Christian Oster, ill. Anaïs Vaugelade - l’école des loisirs (Mouche)
Qu’il est craquant, ce loup benêt qui se fait piéger par un cochon rusé. Ce cochon était fatigué de passer sa vie à courir pour échapper au loup. Il lui a proposé de passer une épreuve. En cas de réussite, le cochon se laisserait manger. En cas d’échec, le loup cesserait de le poursuivre. Dès les premières lignes, on adhère à cette histoire, à la fois déjantée, profonde et d’une implacable logique. On est séduit par la langue du conteur, son amour des mots et des jeux avec les mots. On se régale d’une fin totalement inattendue.

Les trois pires histoires de pirates, Thomas Bretonneau, ill. Perceval Barrier - l’école des loisirs
Un album qui lorgne vers la bande dessinée, où les dialogues iconoclastes et drôles contrastent avec le ton classique de la narration. Notre vision des pirates y est rudement bousculée. Sans perdre leur pouvoir d’attraction, les écumeurs des mers deviennent ici des sortes d’antihéros plutôt sympathiques. On y rencontre une pirate en herbe insolente et maligne, un garçon qui s’en fiche pas mal d’être pirate ou non, une déesse millénaire recyclée en perroquet fabricant de gaufres, un vieux pirate misanthrope devenu ami des enfants. Une folle association de chercheurs de trésors motivés par le plaisir d’être ensemble.

L’ombre de chacun, Mélanie Rutten - Éditions MeMo
Une nature luxuriante et somptueusement colorée. Cinq personnages : un cerf, un lapin, un chat, un petit soldat et un livre. À leur manière, ce sont des voyageurs. Ils se croisent, se rencontrent, échangent, discutent, posent et se posent des questions. Le lecteur comprend que le cerf est inquiet, que le lapin veut apprendre à être grand, que le chat fait toujours le même rêve sans arriver à le terminer, que le soldat est toujours en colère et que le livre n’aime pas ne pas savoir. Et l’ombre ? Dans un premier temps, elle fait peur à certains. Mais, en pleine lumière, elle se révèlera bienveillante et protectrice.

4 chouettes

Le chant des génies, Nacer Khémir, ill. Emre Ohrun - Actes Sud Junior (Encore une fois…)
Nacer Khémir - écrivain, cinéaste, acteur, dessinateur, sculpteur, calligraphe - s’inspire ici d’un conte originaire de la région aride du Sahel. Un paysan pauvre s’était juré de ne pas laisser à son fils la pauvreté en héritage. C’est pourquoi, un jour, n’en pouvant plus, il a osé cultiver un champ censé appartenir aux génies. Mal lui en a pris. Il fut entraîné dans un engrenage infernal…
Une fable où il est question de bêtise et de générosité factice, de libre-arbitre et de fatalité, du pouvoir de la parole et de la puissance des nombres.

Le pirate et le Gardien de phare, Simon Gauthier, ill. Olivier Desvaux - Didier Jeunesse
S’inspirant à la fois d’un roman de Jules Verne et d’un conte traditionnel, voici le premier album d’un auteur québécois. Suspense bien mené et langue savoureuse !
Les personnages ? Un vieux gardien de phare solitaire, toujours de bonne humeur, un pêcheur sans le sou à l’esprit vif et avisé, père de famille nombreuse et un pirate borgne sanguinaire à la recherche du secret du bonheur. Il y a aussi la mer immense, le ciel si changeant et surtout ce phare, omniprésent dans le texte comme dans l’image.

Le petit pêcheur et le squelette, Chen Jiang Hong - l’école des loisirs
Pour ceux qui adorent avoir un peu peur, voici un conte fantastique. Tong, le petit pêcheur, vit tout seul dans une cabane en bambou, non loin d’une ville où le béton et les tours règnent en maître. « Il ne faut jamais sortir en mer quand les nuages sont couleur de suie et que les oiseaux fuient vers le rivage ». Un conseil que répétait son père, jadis. Aujourd’hui, les nuages sont couleur de suie et les oiseaux fuient vers le rivage. Mais Tong embarque quand même dans sa jonque fragile…

Tout d’un loup, Géraldine Elschner, ill. Antoine Guilloppé - L’élan vert
Le loup n’a pas bonne réputation. Et quand un chien ressemble à un loup - même s’il est doux comme un agneau -, son sort risque d’être peu enviable. Le chien qui nous raconte son histoire et qui, chaque soir, hurle de tristesse, est voué à finir sa vie enfermé derrière les barreaux d’un chenil de la ville. Mais, un jour, un éleveur de moutons passe par là. Il regarde le chien dans les yeux. Il ne lui dit pas : « Tu as tout du loup ». Il lui dit : « Tu as tout d’un berger ». Et il l’emmène loin de la ville.

Elle est où la ligne ?, Davide Cali, ill. Joëlle Jolivet - Oskar éditeur (Trimestre)
Thomas, 10 ans, voyage tout seul pour la première fois. Il attend sa grand-mère dans le hall de la gare. Il est abordé par Victor, un clochard. Avec lui, il partage un sandwich, une boisson et surtout des mots. Leur conversation est simple et profonde à la fois. « Quel rapport avec le titre, c’est quoi cette ligne ? », demanderez-vous. Ce que Thomas appelle « les lignes » préoccupe en permanence le jeune garçon. Par exemple, la ligne que Victor a traversée en devenant clochard. Ou la ligne qui sépare l’amour qui continue de l’amour qui s’arrête. Les parents de Thomas sont en train de se séparer…

5 chouettes

Le ciel d’Anna, Stian Hole - Albin Michel Jeunesse
A-t-on jamais aussi bien parlé - en mots et en images - de la perte d’un être cher ? « Aujourd’hui quelqu’un fait tomber une averse de clous sur nos têtes », dit Papa. « Mais peut-être que demain ce sera une pluie de fraises et de miel… », murmure Anna. Et d’entraîner Papa dans ses rêves et ses questions. Et tous deux de profiter « d’un trou dans le ciel » pour y plonger résolument. Dieu est très présent dans le ciel d’Anna. « Pourquoi il n’arrive pas à inventer un système qui permettrait à une douleur de se transformer en douceur ? », interroge la petite fille. Peut-être que ce système, Anna l’a découvert toute seule.

La mécanique du diable, Philip Pullman, ill. Peter Bailey - Flammarion Jeunesse
Voici un court roman du grand Philip Pullman, l’auteur de la trilogie À la croisée des mondes. Écrit il y a vingt ans, il n’a rien perdu de sa force. Le cadre : une petite ville d’Allemagne, par une froide nuit d’hiver, à une époque où les horloges étaient encore mécaniques. Et des horloges, il en sera beaucoup question. Voici d’abord la grande horloge de la ville, au mécanisme si complexe qu’il met douze mois pour achever sa rotation. Et puis voici L’Horloge, titre de l’histoire que, ce soir, Fritz l’écrivain conteur a commencé à lire à haute voix. Une histoire pour faire frissonner les clients de la Taverne du Cheval Blanc. Une histoire qui devient vraiment terrifiante lorsqu’elle débarque dans la réalité.

Temps de chien pour les requins, Morris Gleitzman - Les Grandes Personnes
Comment trouver 11 000 dollars en une semaine ? C’est l’angoissante question que doit résoudre le jeune Oliver. En effet, son ancienne gouvernante vient de kidnapper un chien, celui-là même qu’Oliver rêvait d’acheter. Et elle menace d’exécuter le malheureux cabot si elle ne récupère pas l’argent qu’elle a perdu en bourse par la faute des parents d’Oliver. Eh oui, les parents d’Oliver sont banquiers ! Oliver ne voit de solution que dans l’imitation des méthodes de ses parents… au niveau de la cour de récréation.
De ses années passées en Angleterre, avant d’émigrer en Australie, l’auteur a, en tous cas, conservé un solide sens de l’humour.

Mon papa pirate, Davide Cali, ill. Maurizio A. C. Quarello - Sarbacane
Quand le travail est pénible et dangereux et que la réalité est trop dure à affronter, et qu’en plus il faut expliquer tout cela à un enfant, on est tenté de changer le monde et on en fait une très belle histoire pour rêver : c’est parce que papa est un grand pirate qu’il est toujours parti et ne revient qu’une fois l’an en Italie !
Un album touchant qui raconte avec pudeur le travail dangereux dans les mines de Belgique, le déclin et la fin des charbonnages et aussi l’immigration italienne au début du XXe siècle.

Le Baron bleu, Gilles Baum, ill. Thierry Dedieu - Seuil Jeunesse
Le Baron avait construit son avion de ses propres mains. Et l’avait peint de la couleur du ciel pour mieux observer les oiseaux. Quand la guerre arriva, le Baron décida d’apporter son aide à l’effort de guerre. De son avion repeint en vert, il bombarda l’ennemi avec les livres les plus lourds qu’il trouva dans sa bibliothèque. Le dernier, un roman russe, intitulé Guerre et Paix, manqua sa cible mais « assomma de lecture » le général ennemi. Le Baron n’en resta pas là…
Un album dont l’humour faussement bon enfant peut parler à tous les âges de la vie. Mais, c’est probablement dans cette catégorie 5 chouettes que pourra le mieux s’apprécier la subtilité des références et des jeux avec les mots.

Maggy Rayet

En pratique

Comment voter ?

  • En ligne sur liguedesfamilles.be avec un accès pour les enfants afin qu’ils puissent voter individuellement.
  • Par bulletin papier : les bulletins sont à envoyer à Ligue des Familles - Prix Bernard Versele, avenue Émile de Béco, 109 - 1050 Bruxelles

Tous les votes doivent nous parvenir pour le 30 avril 2016 au plus tard. Les lauréats et labels du Prix Versele seront annoncés en juin 2016.

Pour les demandes de bulletins de vote, veuillez nous les adresser par téléphone au 02/507 72 11 ou par mail à prixversele@liguedesfamilles.be ou encore par courrier postal (voir adresse ci-dessus) en précisant la quantité, la (les) catégorie(s) choisie(s) et une adresse complète pour l’expédition.

Avec la participation de :