Vie de parent

Prix Versele 2020 : les enfants
ont toujours le virus du livre

Des animaux, des humains, des extraterrestres, de l’humour, des frissons, de l’aventure, des voyages et bien plus encore… Tout cela, c’est à retrouver chez les lauréats du prix Versele 2020. Et comme d’habitude, l’exigeant jury constitué d’enfants ne s’est pas trompé sur la qualité.  

Prix Versele 2020 : les enfants ont toujours le virus du livre

Le Covid-19 nous ayant pris au piège bien avant que le printemps ne nous réchauffe, on aurait pu craindre que la version 2020 manque à l'appel dans les annales du Versele qui fêtait il n'y a pas si longtemps ses quarante années de vie. Car, même si la liste des 25 titres sélectionnés circulait depuis la rentrée de septembre, même si des livres avaient déjà été présentés dans des classes, s'ils figuraient en bonne place dans les bibliothèques publiques, si les enfants avaient lu et s'ils avaient déjà fait leur choix, encore fallait-il que les bulletins de vote soient collectés et rassemblés, qu'ils sortent des tiroirs et prennent le chemin du 109 de l’avenue Émile de Béco afin d'y être triés et encodés. 

En effet, au prix Bernard Versele, le vote reste majoritairement « papier ». Or tout était à l'arrêt. Fallait-il se résigner, se convaincre de ce qu’à l'impossible nul ne soit tenu et se donner rendez-vous l'année prochaine ? C'était sans compter avec la ténacité, l'ingéniosité, l'enthousiasme des passeurs et des passeuses de livres : marquant leur soutien à l'équipe de la Ligue des familles porteuse du projet, aux bibliothécaires, instituteurs et institutrices, volontaires et parents ont conjugué leurs efforts et relevé le défi. 

Du positif 

Évidemment, le taux de participation a subi les conséquences du corona. De toutes parts, des messages ont annoncé l'inévitable baisse. Ainsi celui de Magali, bibliothécaire à Plombières en province de Liège : « Chez nous, ce ne sont pas moins de trois écoles (environ 375 élèves) qui n'auront pas participé. Néanmoins, on compte quand même plus ou moins 650 participants ». Avant de conclure : « Vivement la prochaine édition pour mettre des sourires dans tout cela ». 

Magali a tenu à ajouter : « Voyons le positif ! » à son message. Et du positif, il y en a dans le résultat final de cette cuvée 2020 : 24 508 bulletins de vote ont été encodés. Positif aussi le fait que parfois la lutte a été serrée entre chaque titre de la sélection. Vous trouverez ci-après, pour les cinq catégories « Chouette », celui qui arrive en tête et celui qui le talonne. La carrière de ces livres – et c'est valable pour l'ensemble de la sélection – est loin d'être terminée. Une nouvelle vie, en compagnie de nouveaux lecteurs, les attend. Ils en valent la peine ! 

1 chouette (dès 3 ans) 

Enfin avec ma mamie ! - Taro Gomi (Nobi) 

« Vivre sans tendresse, on ne le pourrait pas », chantait Bourvil. Le vote des enfants ne dit pas autre chose. « Enfin avec ma mamie ! ». Un soupir d'aise que les enfants seront nombreux à pousser après la drôle de période qu'on vient de vivre. Ici, une petite Lola décide soudain d'aller rendre visite à sa grand-mère. Et, à l'improviste, une grand-mère décide de rendre visite à sa petite Lola. Quoi de plus normal ? Le problème, c'est que la petite fille et la vieille dame prennent leur décision exactement au même moment, que la mamie monte dans un train, que la petite Lola monte dans un bus, qu'elles vont se croiser sans se voir, pour ensuite se croiser dans l'autre sens toujours sans se voir… Heureusement, dès le départ, le titre est là pour nous rassurer.   

Ils ont aimé aussi 

Petite baleine - Jo Weaver (Kaléidoscope) 

Cette petite baleine est née dans une lagune chaude de la côte mexicaine. À présent qu'elle est assez forte, elle remonte avec sa mère vers l'Alaska. Ou peut-être vers la mer de Beaufort. En tous cas, là où leur famille les attend. La petite baleine est impatiente mais tellement courageuse. Le voyage est dangereux mais la maman tellement attentive. On aurait pu craindre que ce presque "noir et blanc" ne décourage les lecteurs. Et ce fut tout le contraire. Même si les cadrages et les points de vue sont impressionnants, chaque double page respire la tendresse et la sécurité. Et les fusains gris et bleu foncé utilisés par la créatrice ont fasciné les enfants.  

2 chouettes (dès 5 ans) 

Qu'il soit pimenté de frissons ou qu'il déborde d'inventions bienveillantes, l'humour a été apprécié. 

Menace verte - Aaron Reynolds et Peter Brown (Le Genévrier) 

La mère du jeune Jasper avait acheté pour son fils trois paquets de culottes en honnête coton blanc. Mais le gamin avait quand même réussi à s'en faire offrir une d'un étonnant vert fluo. « Une culotte d'enfer, si effrayante, si confortable ! », disait la publicité. L'ennui, c'est que, dans ce cas-ci, la publicité disait vrai. Et même quand on est un « grand », il y a de quoi être un tantinet effrayé lorsque la nuit, ladite culotte se met à émettre une lueur verte macabre. Vous objectez qu'il suffit de s'en débarrasser ? Mais comment faire si la culotte résiste ? C'est haut la main que cet album hilarant est arrivé premier dans les votes. 

Ils ont aimé aussi 

Les voisins - Einat Tsarfati (Cambourakis) 

Comme les adultes qui avaient sélectionné ce livre, les enfants ont suivi sans hésiter la petite fille au sourire espiègle de la couverture. Elle les a entraînés dans tous les étages de son immeuble. Ils ont constaté qu'à chaque palier, tout était différent. Quant aux voisins qui habitent derrière les portes, ils les ont vus plus extravagants les uns que les autres. En tous cas, c'est ainsi dans l'imagination de la jeune demoiselle. Et comme cette imagination est particulièrement foisonnante, les doubles pages foisonnent de détails loufoques. Mais chez elle, au 7e étage, comment est la vie derrière la porte ? Est-ce cette dernière surprise qui a achevé de séduire les enfants ? 

3 chouettes (dès 7 ans) 

Ici aussi, l'humour a gagné. Un humour à la fois tendrement déjanté et bigrement quotidien.  

Claude et Morino - Adrien Albert (l'école des loisirs) 

Voici Morino, un jeune taureau qui, pour la première fois de sa vie, part en vacances tout seul, sans papa et maman. Sous l'endroit précis où Morino vient de garer sa caravane charrette à bras, voici Claude, un squelette vert pomme, qui se reposait sous terre depuis quelque temps. Claude est malchanceux, gaffeur, pot de colle et attendrissant. Dès la page de garde, on devine que les deux compères vont devenir amis. Les adultes qui avaient sélectionné cette nouvelle pépite de l'auteur de Simon sur les rails se doutaient bien que cet album, construit en chapitres comme une bande dessinée, rencontrerait un certain succès. Mais avaient-ils imaginé qu'il remporterait plus de la moitié des votes de la catégorie ?  

Ils ont aimé aussi 

Le plein de Blorg - Mathieu Sylvander et Perceval Barrier (l'école des loisirs - Mouche) 

Un vrai roman de 50 pages avec des extraterrestres et plein de suspense. Qui est désopilant et qui fait réfléchir. Pas étonnant que les enfants qui commencent à lire tout seuls aient été séduits. En deux mots, juste aux pieds de la jeune Ninon, une grosse boule tombe du ciel. Elle vient de Pluton et ses occupants sont bien décidés à détruire notre belle planète, qui a le tort de se trouver sur le chemin de leurs projets autoroutiers. Heureusement que la jeune Ninon est futée et bonne négociatrice, que le vaisseau spatial est en panne de carburant, que, sur Pluton, le carburant, c'est évidemment le blorg, et que ce blorg - contre toute attente - n'est pas une denrée rare sur notre planète. 

4 chouettes (dès 9 ans) 

« Cela ne se fait pas ! ». Il y a quelque chose de cette injonction si familière aux enfants dans l'album et le roman qui arrivent en tête. 

Une super histoire de cow-boy - Delphine Perret (Les fourmis rouges) 

Dans les mots, la « super histoire » est plutôt costaude : le cow-boy est impitoyable, il fume et boit des litres de whisky, il est sale et puant, il jure, se bagarre, cambriole des banques et fuit sur son cheval à travers les grands espaces. Mais les illustrations - à l'instar de la couverture - nous offrent l'image d'un jeune singe qui mange poliment une banane, se brosse les dents, fait du sport et se lave les mains avant le repas. Les adultes sélectionneurs avaient souhaité partager avec les enfants cette délicieuse critique de la censure - et surtout de l'autocensure - qui sévit plus vite que son ombre. N'ont-ils pas été légèrement surpris de constater que les enfants aient embrayé au quart de tour ?  

Ils ont aimé aussi 

Robot sauvage - Peter Brown (Gallimard Jeunesse) 

Un robot - ou plus exactement une robot - à l'allure humanoïde échoue sur une île. Seule rescapée du naufrage d'un bateau dont la cargaison ne comportait que des machines semblables à elles. Petit à petit, elle se fait accepter par le monde animal qui peuple l'île. Elle se transforme, éprouve des sentiments, apprend des langages. Le sommet est atteint lorsqu'elle adopte un oison orphelin. Bref, Roz - c'est son nom - devient en quelque sorte un robot sauvage. Or, ses concepteurs, qui ont fini par retrouver sa trace, n'apprécient pas du tout cette tentative de subversion. Est-ce qu'un robot a le droit de devenir sauvage ? La question mérite réflexion et, en tous cas, elle a éveillé l'intérêt des enfants.  

5 chouettes (dès 11 ans) 

On peut être polar ou roman d'aventures et parler de la vie en société !  

Jefferson - Jean-Claude Mourlevat et Antoine Ronzon (Gallimard Jeunesse - Roman junior) 

Accusé à tort du meurtre d'un blaireau coiffeur, le jeune hérisson Jefferson décide de mener l'enquête pour découvrir le vrai coupable. Et de nous entraîner dans un univers constitué de deux mondes que sépare une frontière perméable : celui des animaux où les humains sont rares et celui des humains où les animaux sont tolérés. Les pérégrinations de Jefferson chez les humains l'amènent à d'intéressantes conclusions sur les rapports entre les animaux et les humains. Il est rare que ce thème, si débattu en littérature générale, soit abordé à l'intention des enfants. Jean-Claude Mourlevat a pris le risque de s'y lancer. Le roman est dédicacé à ses propres enfants qui, dit-il, lui ont ouvert les yeux. Les enfants lecteurs ne s'y sont pas trompés. 

Ils ont aimé aussi 

Captain Mexico - Guillaume Guéraud et Renaud Farace (Rouergue - dacodac) 

Le cadre : un petit village mexicain au bord du Rio Grande. Les entreprises américaines y font la loi, les prisons sont surpeuplées, pas mal de familles vivent dans des taudis. De l'autre côté du fleuve, ce sont les États-Unis tentaculaires et leur président, Donald Trompette, grand ami du terrible général Mapache, chef de la Sécurité mexicaine. Le personnage central de l'histoire, c'est Paco, 9 ans environ. Il ne veut rien savoir des super-héros américains genre Big Boss ou Captain America. Lui, son idole, c'est le révolutionnaire Emiliano Zapata. Un beau jour, un sombrero tombe littéralement du ciel. Étrange… Encore plus étrange, chaque fois que Paco s'en coiffe, il y gagne d'étonnants pouvoirs. On a compris, voici à nouveau une histoire pleine d'imagination - l'auteur est passionné de comics et de séries B - ancrée en même temps dans la vie réelle. Ici aussi, les lecteurs ont apprécié le cocktail. 

Maggy Rayet

Avec le soutien de