6/8 ans9/11 ans

Profitez-en !

Il y a des moments magiques dans une vie de parent. Celui, par exemple, où vos enfants jouent à cœur joie avec leurs copains. Il y a une telle force de vie dans cette scène-là que vous ne pouvez que ressentir une vague de bien-être vous envahir. Du bonheur à l’état pur ! C’est sans nul doute entre 6 et 10-12 ans que les parents connaissent le plus souvent cet état de grâce. Parce que les jeux ne tournent pas tout de suite aux larmes, comme quand ils étaient plus jeunes. Parce qu’ils n’ont pas encore les questions de l’adolescence qui les tourmentent.

Profitez-en ! - Thinkstock

Certes, les inquiétudes demeurent : « Il n’a pas beaucoup de copains », « Il n’aime pas aller à l’école », « Il ne lis pas beaucoup de livres », « Il ne fait pas beaucoup de sport », «Il n’aime pas aller au musée »… Mais ces questions (est-ce l’époque qui met une telle pression sur nos épaules pour que la relation que nous entretenons avec nos petits tourne à l’anxiété ?) n’empêchent pas nos bambins de se dire heureux pourvu que le « tout-éducatif » ne les dégoûte pas de grandir.
C’est ce que révélait en tous les cas notre enquête publiée en 2007. 57 % des enfants se déclaraient heureux et 39 % très heureux. Bien plus heureux que dix ans auparavant, malgré la morosité ambiante. Gageons qu’il en est de même aujourd’hui ! Les témoignages qui suivent tendent à nous le faire croire.

Léna, 11 ans : « Un enfant heureux, est un enfant qui a sa liberté, qu’on n’embête pas trop et qui a envie de réussir à l’école pour trouver un bon métier plus tard. »

Hugo, 7 ans : « Un enfant heureux, c’est un enfant qui n’a pas de problèmes avec ses parents. Ils sont gentils avec lui et lui aussi il est gentil avec eux. »

Ariel, 9 ans : « C’est un enfant qui n’est pas triste et pas méchant avec les autres enfants. Ça se sent à l’intérieur quand on est heureux. On se sent bien. Moi souvent je chante quand je me sens comme ça. »

Maureen, 9 ans : « C’est une enfant qui a des parents qui l’aiment et qui a la chance d’aller à l’école et d’avoir des copines. »

Léna, Hugo, Ariel et Maureen nous le disent avec leurs mots : être heureux pour un enfant est lié au plaisir d'exister. Autrement dit, ne pas connaître de problèmes scolaires, ni des parents qui se disputent. Avoir plein de copains à l'école, ne pas se sentir seul. Être heureux est de l'ordre du relationnel, du rire, du lien...
Nous avons voulu, avec ce dossier, explorer les lieux et approcher ceux avec qui vos 6-12 ans puisent leur envie de grandir : l’école, les copains, les frères et sœurs… Pour vous inviter à davantage les partager, pour vous aider aussi à ce qu’ils restent le plus longtemps possible, source de bien-être.
Nous avons voulu enfin être porte-parole de vos enfants qui sont dans cette tranche d’âge et vous dire, haut et fort, qu’ils sont bien avec vous. Logique ! S’ils sont heureux, c’est parce qu’ils ont de bons parents. Des parents adéquats. Car qu'est-ce que le bonheur pour un enfant, si ce n'est se sentir en sécurité et en confiance ? Avec vous, ses principaux modèles. Avec aussi, à cet âge-là bien sûr, les profs, les éducateurs, les Akela et autres animateurs, tous ceux qui les accueillent dans les autres lieux que le toit familial et qui, comme vous, ont la conviction que seule l'éducation peut faire progresser le monde.

Myriam Katz

Sur le même sujet

École : ne le dégoûtez pas !

Un des premiers espaces où la vie d’enfant de votre 6 ans et plus va s’organiser en dehors de la maison familiale (et donc loin de vous !), c’est l’école. S’il est possible, même à cet âge-là, d’avoir mal au ventre le matin par crainte de l’école, il n’en reste pas moins que c’est l’époque bénie où la plupart des gosses ont une soif d’apprendre et de se nourrir du monde qui les entoure.

 

Copains : les bienvenus

Tendresse, rupture, trahison, partage, confiance… autant d’apprentissages que votre enfant découvre avec les copains. Des copains sans qui il ne pourrait se construire. Alors, ouvrez-leur tout grand la porte et soyez attentifs : les ruptures d’amitié peuvent être très douloureuses à cet âge.

 

Frères et sœurs, si près… si loin

Vêtements, sorties, argent de poche, télévision, ordinateur… tout est prétexte à discussions et à comptes d’apothicaire. Chaque enfant défend sa chapelle et se compare à son frère ou à sa sœur, à qui on passe tout, bien sûr ! À tel point que vous, parents, finissez par douter de votre impartialité à leur égard. Comment satisfaire chacun selon son âge et sans inégalités ?