Vie de parent

Proposition des experts pour un retour à l’école : la Ligue des familles réagit

Ce matin, le rapport des experts mandatés par le Conseil national de sécurité pour fixer les contours du déconfinement en Belgique a fuité. Une date pour une reprise progressive des cours a été avancée. Ce serait le 18 mai. Une rentrée échelonnée. Pour certaines années d’abord, avec des mesures spécifiques. Le tout devant encore être précisé. Ce ne serait qu’un cadre. Mais la Ligue des familles a pris les devants et a déjà réagi.

Proposition des experts pour un retour à l’école : la Ligue des familles réagit

C’est le Soir qui a révélé le contenu de ce rapport qui doit être remis aujourd’hui, comme nous le signalions déjà ici. Selon le quotidien, le rapport préconiserait la réouverture partielle des écoles, dans une deuxième phase, après le redémarrage d’une partie de l’économie le 4 mai. Pourquoi ce décalage ? Il n’est pas possible de faire les deux en même temps affirmerait le rapport. La date du 18 mai est donc une proposition, qui sera soumise au monde politique et aux acteurs de l’enseignement.

Les experts, selon le Soir, proposeraient de garder les classes maternelles fermées, de rouvrir partiellement le primaire, en donnant priorité dans l’ordre à la 6e année, puis la 1re, puis la 5e. Les classes seraient plus petites. Pour le secondaire, le groupe d’experts préconise de se limiter au rhétos.

On le répète, tout cela ne sont que des propositions. Qui doivent être débattues. Cette « fuite » doit aussi être un peu analysée. Si « fuite » il y a, c’est que quelqu’un avait intérêt à ce que ça fuite. Une fois l’information jetée en pâture, cela permet de voir comment l’opinion réagit. Mais aussi comment les acteurs de terrain analysent la chose. Cela permet de prendre le pouls en somme.

Un problème de phasage

Sans surprise, la Ligue des familles a réagi au quart de tour dans un communiqué envoyé ce matin. « Les experts préconisent la reprise du travail dans de nombreux secteurs dès le 4 mai, alors même que la situation n’aurait pas changé dans les écoles ni les crèches à cette date. Même 15 jours plus tard, seule une partie des élèves reprendraient le chemin de l’école. La Ligue des familles comprend l’importance de la relance économique. Mais de nombreux parents se retrouveraient donc à devoir travailler, sans aucune solution pour leurs enfants. Pour la Ligue des familles, il est indispensable que les mesures de déconfinement prennent en compte la situation des parents ».

Il est vrai que les experts proposent, dès le 4 mai, la reprise d’une partie importante de l’économie. Cela va du commerce de gros à l’industrie manufacturière en passant par les garagistes.  « De très nombreux travailleurs et, parmi eux, de très nombreux parents, s’ajouteraient à tous ceux qui ne se sont pas arrêtés de travailler malgré le confinement ».

Quelles solutions pour les parents ?  

« Que devraient alors faire les parents ?, s’interroge Christophe Cocu, directeur général de la Ligue des familles. Mettre leurs enfants massivement en garderie, alors même qu’on leur explique que ces mêmes enfants ne peuvent pas encore retourner à l’école dans des conditions satisfaisantes ? Évidemment non. Mais quel autre choix ? Prendre un congé parental rémunéré seulement 765 €/mois ? Financièrement, c’est impossible pour de nombreux ménage. Les parents sont donc sans solution ».  

La Ligue des familles attend vendredi et les décisions du Conseil national de sécurité de pied ferme. « Ne rien prévoir pour les familles n’est pas une option ! Il faut éviter à tout prix que les parents mettent massivement leurs enfants dans les garderies scolaires parce qu’ils n’ont pas d’autre solution. La Ligue des familles appelle depuis des semaines à un congé spécifique, correctement rémunéré, pour tous les parents qui n'ont pas d’autre possibilité – qu’ils télétravaillent ou travaillent à l’extérieur de chez eux. C’est devenu une véritable urgence ».

Et ce ne sont pas les modalités de congé parental (jugées non suffisantes) mises sur la table hier par la ministre Nathalie Muylle qui mettront la revendication de la Ligue en veilleuse.

Thierry Dupièreux

Sur le même sujet

Éventuelle reprise des cours : comment ça se passe ailleurs ?

Plusieurs réunions sont organisées cette semaine pour tracer les contours d’une éventuelle reprise des cours dans les écoles en Fédération Wallonie-Bruxelles. Des questions sont sur la table. Beaucoup de questions. Ce mercredi, les acteurs du secteur doivent encore se rencontrer. Vendredi, les parents devraient avoir des précisions officielles lors du Conseil national de sécurité. Quelles sont les pistes ? Où en sont nos voisins ? Quels sont les points de friction ? On tente de faire le point.

 

Retour à l'école : « Avant tout, il faut protéger la santé de nos enfants »

Hier, l’idée d’un éventuel retour à l’école a fait débat sur notre page Facebook. Une thématique sensible où les parents se projettent dans un avenir flou, aux contours incertains. Un avenir menaçant, aussi, parce que la maladie est toujours là. Qui rôde. Un retour à l’école dans le cadre d’un éventuel déconfinement suscite une angoisse compréhensible et légitime. Avec toujours la santé en point d’équilibre.

 

Confinement : « Lorsque tout cela sera terminé, la santé mentale de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire »

C’est un texte qui va faire du bien aux parents qui s’inquiètent pour la scolarité de leur·s enfant·s. Il a été posté ce week-end par un directeur d’école dont le message se veut apaisant, plein de bon sens et, surtout, tourné vers le bien de l’enfant. Un message qui fait mouche. Sur la page Facebook de ce directeur bienveillant, ce texte s’est offert plus de mille partages et des centaines de likes. On voulait aussi vous en faire profiter.

Un texte de Christophe Lambert, directeur d'école « attentif au bien-être des parents et des élèves »

 

Confinement : « Mais de quoi vous plaignez-vous ? »

Au départ, il y a ces réactions de pères et de mères à une enquête de la Ligue des familles. La confrontation à plus de 2 000 petites phrases déposées dans le cadre d’une question ouverte. Des mots pour exprimer leurs sentiments face au confinement. « Entre enfer et paradis » qui s’impose comme un titre explicite. Miroirs de perceptions radicalement différentes. Avec à la clé, un constat : inégalités et incompréhensions font trop bon ménage.