Vie de parent

Protection solaire : ne tournons pas autour du pot

Que les vacances se passent ici ou ailleurs, la protection solaire est de mise. L’enfance et l’adolescence sont des périodes cruciales pour la peau. Ce qui est moins clair, par contre, c’est comment s’y retrouver dans cet imbroglio de crème, huile, spray, brumisateur, vêtements anti-UV. Le Ligueur a frappé à la porte d’Olivier Parvais, pharmacien, et Dominique Tennstedt, dermatologue, pour vous aider à y voir plus clair.

Protection solaire : ne tournons pas autour du pot

L’enfant, comme le parent, rechigne au tartinage de crème solaire. Un petit pschitt de brumisateur par ci pour aller plus vite, une noisette de crème par là qu’on étale rapidement et qu’on oublie de renouveler. Vous vous reconnaissez ? Et pourtant, il ne suffit pas de disposer d’une bonne crème solaire, encore faut-il l’appliquer correctement comme le rappelle Olivier Parvais, pharmacien. Selon lui, une bonne utilisation tient en trois gestes :

► Mettre de la crème en quantité suffisante : pour un enfant, comptez l’équivalent de 4-5 cuillères à soupe.
► Renouveler l’opération toutes les 3 à 4 heures.
► Ne pas s’exposer quand le soleil est au zénith soit entre 12h et 16h.

Dominique Tennstedt complète : « Les enfants devraient revenir de vacances aussi blanc qu’ils sont partis. Le soleil est un faux ami. Bien sûr, nous en avons besoin, mais pas sans protection. Le meilleur moyen d’éviter le coup de soleil reste le vêtement protecteur. Il existe toute une gamme de vêtements anti-UV qui fonctionne très bien à assortir d’un couvre-chef et de lunettes solaires ».

Au-delà de l’aspect douloureux, les coups de soleil sont-ils vraiment délétères ?
Dominique Tennstedt  :
« Le soleil abîme le patrimoine génétique des cellules cutanées. Les coups de soleil de l’enfance font le lit des cancers cutanés à l’âge adulte. Pour bien comprendre, il faut faire la différence entre les UVA qui sont des rayons ultraviolets qui entrent dans la peau et les UVB qui s’arrêtent dans les couches superficielles de la peau.
Les UVA sont à l’origine du vieillissement de la peau et donnent moins de cancer. Les UVB provoquent les coups de soleil et sont responsables des cancers de la peau. Plus de la moitié des cancers diagnostiqués en Belgique sont des cancers de la peau et 80% d’entre-eux sont causés par le soleil. Le soleil est vraiment un faux-ami ! »

Comment choisir une bonne protection solaire ?
D. T. :
« Il existe deux types de protection : les écrans et les filtres. Les écrans, comme leur nom l’indique, font écran et forment une barrière qui réfléchit les rayons du soleil. Ils sont fabriqués à base de minéraux comme l’oxyde de zinc ou le dioxyde de titane. Le grand problème des écrans, c’est qu’ils sont visibles et s’apparentent à une pommade blanche et comme ils ne pénètrent pas vraiment la peau, ils perdent leur efficacité dès qu’il y a frottement. Les filtres pénètrent la peau et absorbent les rayons du soleil dans les cellules de la peau.
Pour un bébé qui ne bouge pas trop, je conseillerai un écran. Par contre, pour un enfant qui est actif, je privilégierai les filtres puisqu’ils résistent mieux aux frottements. 
Si l’enfant a une peau très sèche, l’huile qui est plus grasse peut mieux convenir. Attention, toutefois, à ce que l’indice de protection reste élevé et protège des UVA comme des UVB.
Je suis plus réservé par contre sur les nouveaux spray brumisateur à vaporiser,car c’est une micro-diffusion qui n’est pas aussi qualitative, elle ne pénètre pas vraiment. Ce genre de bombe libère aussi des nanoparticules respirées par l’enfant dont on ne connaît pas les effets. »

Et côté indice solaire ?
Olivier Parvais :
« Depuis cinquante ans que la pharmacie existe, nous ne tergiversons pas et préconisons toujours un indice de protection 50 pour les enfants comme pour les adultes. Il faut faire attention à ce que la mention 'UVA et UVB' soit bien reprise sur le contenant. »

Une crème vendue en pharmacie est-elle plus qualitative qu’une de grande surface ?

D. T. : «Les marques commercialisées en pharmacie s’associent à des dermatologues et effectuent des tests à la fois en laboratoire et sur des êtres humains. Les grandes surfaces ne disposent pas de ce genre d’expertise. »

O. P. : « Il n’y a pas de bonne crème solaire valable pour tous. Mieux vaut demander conseil à un·e spécialiste, dermatologue ou pharmacien·ne. Il pourra vous conseiller en fonction de votre type de peau, d’un traitement éventuel qui pourrait interférer, ce que ne peut proposer une grande surface. »

Clémentine Rasquin

Quatre bons plans parents

► Pas d’exposition entre 12 et 16h : c’est lorsque le soleil est au zénith que les rayons sont verticaux et donc les plus agressifs.

► Protégez un maximum par les vêtements : évitez les tons clairs ou les matières trop légères.

► Ne soyez pas avare en crème : comptez 4 à 5 cuillères à soupe par enfant.

► Renouvelez toutes les 3 à 4 heures si c’est un indice 50.

Sur le même sujet

8 conseils du soleil lui-même en cas de forte chaleur

Il est beau, il est chaud notre été. Alors pour être certain d'avoir les bons réflexes et protéger ses petits au mieux, nous sommes allés poser directement nos questions au Soleil. Il nous a donné d'excellents conseils. Rappelant que, qui dit températures élevées, dit mise en garde pour la santé de son enfant et la vôtre. Rafraîchissez-vous des bons réflexes de cette sympathique boule jaune.

 

Peau de bébé : un joyau à préserver

Avec l’été et les grosses chaleurs qui approchent, on revient sur la peau de bébé et sa toilette. Comment prendre soin au mieux de cette peau si précieuse et particulièrement fragile durant les premiers mois de la vie ? Conseils et produits incontournables, à glisser éventuellement dans la valise avant de partir en vacances.