6/8 ans

Quand ce sont les lettres qui s'agitent...

La méthode Davis, largement répandue aux Pays-Bas, propose de porter un autre regard sur les troubles de l’attention et de l’apprentissage, notamment sur la dyslexie. Son présupposé : certains enfants pensent en images et la 3D leur parle… D’où le recours à des lettres et des chiffres en pâte à modeler.

Quand ce sont les lettres qui s'agitent... - www.freedigitalphotos.net

Anne Monin est institutrice depuis trente ans. Elle fait feu de tout bois pour aider les petits qui entrent en primaire à aborder l’écrit en toute sérénité, un terme qu’elle aime beaucoup.
« Certains élèves se crispent quand il s’agit d’écrire, souligne-t-elle, ils éprouvent le poids du passage à l’écrit. Ils ressentent la peur de l’échec de leurs parents. On pousse aussi les enfants à écrire de plus en plus tôt, dès la maternelle. Leurs poignets ne sont pas encore prêts. »
C’est là qu’entre en scène la plasticine, qui assouplit le poignet, favorise la concentration et rend concrets des symboles, lettres ou chiffres. Le travail par le modelage, qu’Anne Monin a découvert via la méthode Davis, est complémentaire d’autres approches (comme la logopédie) pour des enfants qui souffrent de troubles de l’apprentissage.
Sabine, maman d’un petit garçon dyslexique, nous raconte : « Mon fils me disait que les lettres des textes dansaient, que ça le rendait malade. Je comprends mieux maintenant pourquoi le b et le p ou le c et le e se ressemblent tellement pour lui. Imaginez un peu les lettres en train de bouger. L’une devient facilement l’autre. Les modeler l’aide à les fixer. »
Chantal Wyseur, enseignante chevronnée, aujourd’hui thérapeute, recourt elle aussi à la méthode Davis : « Nous utilisons la pâte à modeler parce que c'est un matériau en trois dimensions, mais aussi parce que c'est une activité qui sollicite la créativité et dans laquelle l'élève s'implique globalement. L'alphabet cesse d'être quelque chose d'arbitraire et devient quelque chose que l'enfant a fait et qu'il va pouvoir s'approprier. Les mots eux-mêmes font l’objet d’exercices. L’enfant réalise un modelage qui représente la définition du mot. »
Se penser différemment semble se révéler important. Il existe une grande différence entre se croire enfant à problème et se réaliser enfant doté d’une intelligence de tact et de mouvement…

Véronique Janzyk

Sur le même sujet

« J’ai mal au ventre » ou la peur de l’école

Et si on préparait déjà dans notre tête la rentrée prochaine ? Le retour sur les bancs d’école après de longues vacances (et peut-être même déjà après les congés de Pâques !), ça reste un événement pour votre enfant. Excitation à l’idée de retrouver ses copains de classe, teintée parfois d’une légère inquiétude (contrôles de fin d’année, etc.). Mais pour certains, l’école est source de terreur et d’anxiété et ce, à tout moment. Que faire pour les soulager ?

 

La dyslexie n’est pas une maladie

Si la dyslexie était totalement inconnue et donc ignorée il y a trente ou trente-cinq ans, on sait maintenant que chaque classe compte un ou deux enfants atteint(s) de ce trouble de l’apprentissage. Dans notre société, 5 à 10 % de personnes sont concernées. Un pourcentage imprécis puisque la dyslexie n’est pas systématiquement identifiée. Mais la dyslexie, c’est quoi exactement ?

 

La dyslexie, un problème de vitesse

La dyslexie serait due à une mauvaise connectivité entre deux régions du cerveau. Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Et quels changements cela impliquera-t-il lors du prochain rendez-vous chez le logopède ? On fait le point.