Quand mon yaourt est-il périmé ?

Parce qu’on déteste le gaspillage, on a tous eu cette hésitation au moment de donner à son enfant un yaourt, un jus ou un biscuit dont la date de péremption était juste dépassée. Saviez-vous que l’étiquette du produit vous dit absolument tout ? Décryptage en cinq questions-réponses. Histoire de faire vos choix en toute connaissance de cause. Et aussi, de mettre progressivement vos enfants et vos ados dans le coup.

Quand mon yaourt est-il périmé ?

À quoi correspond la date sur l’emballage ?

Dans les rayons des magasins comme à la maison, on a tous ce (mauvais) réflexe de prendre uniquement en compte la date indiquée sur l’emballage. Peu le savent, mais cette dernière va obligatoirement de pair avec une autre information, également indiquée sur l’emballage : « À consommer jusqu’au », ou « Consommer de préférence avant le ». Des indications qui ne veulent pas dire la même chose et qui ne se retrouvent d’ailleurs pas sur les mêmes catégories de produits.

► La mention « À consommer jusqu’au » est utilisée pour les aliments rapidement périssables : viandes et poissons préemballés, charcuterie, salades préparées, yaourts, certains fromages… À retenir, pour vous faciliter la vie au moment de faire vos courses : il s’agit des produits qui, dans les magasins, sont stockés dans des présentoirs ou des rayons réfrigérés.
► La mention « Consommer de préférence avant le » se retrouve sur les produits ayant une plus longue durée de conservation : biscuits, pâtes, riz, lait, jus de fruits, aliments en conserve ou en bocal… Bref, il s’agit des produits qui, dans les magasins, ne sont pas au frais.

Attention : sur bon nombre de produits, la mention « Consommer de préférence avant le » ou « À consommer jusqu’au » ne se retrouve pas directement en regard de la date qui peut, par exemple, être sur le couvercle et non sur l’étiquette. Autre piège, qui concerne certains produits vendus en portions individuelles (yaourts, biscuits, compotes…) : la fameuse mention est présente sur l’emballage extérieur et pas nécessairement sur chaque portion individuelle.

Quels sont les aliments qui peuvent être consommés après la date de péremption ?

Tout dépend de la mention évoquée dans la question précédente.

► Les produits estampillés « À consommer jusqu’au » ont une date limite de conservation (DLC) parce qu’ils sont hautement périssables d’un point de vue microbiologique : dès que cette date est dépassée, la gastro ou, pire, l’intoxication alimentaire vous guette. Pour éviter tout risque inutile, mieux vaut donc ne plus consommer ce produit après la date indiquée. Ces produits ne peuvent d’ailleurs plus être vendus en magasin une fois la date dépassée.
► Les aliments portant la mention « À consommer de préférence avant le » ont une date de durabilité minimale (DDM) : la fraîcheur et la qualité du produit diminuent progressivement après la date indiquée. Exemples : les biscuits vont devenir plus secs ou moins croquants, le chocolat va se couvrir d’une pellicule blanche, les épices vont perdre de leur saveur… Tous ces produits peuvent donc encore être consommés après la date indiquée sur l’emballage à condition qu’ils aient été conservés dans de bonnes conditions (voir question 4). Durant combien de temps ? Fiez-vous à votre bon sens : durant une poignée de jours pour un produit dont la DDM arrive rapidement après l’achat (biscuits à la confiture) à bien davantage si la DDM est beaucoup plus longue (pâtes, riz…).

Combien de temps un produit peut-il se conserver après ouverture ?

Important à avoir à l’esprit : une fois l’emballage ou le récipient ouvert, la date de péremption n’est plus de mise et l’aliment ne se conserve que quelques jours. Respecter cette date n’est donc pas tout, il faut aussi veiller à conserver l’aliment dans de bonnes conditions après ouverture. Là encore, tout est indiqué sur l’étiquette : elle nous renseigne quant au délai dans lequel le produit doit être consommé, mais aussi les conditions dans lesquelles le produit doit être conservé (au frais, au sec, à l’abri de la chaleur…). Gare, par exemple, à la bouteille de jus de fruit ou de lait oubliée le matin sur la table du petit déjeuner, surtout s’il fait chaud : son contenant deviendra plus vite mauvais que s’il est conservé au frais, comme conseillé.

Tous les aliments ont-ils une date de péremption ?

► Ne cherchez pas la date de péremption sur les produits frais (légumes et fruits) : ils n’en possèdent pas. Par contre, s’ils sont emballés et non vendus en vrac, une date peut se trouver sur certains de ces produits : dans ce cas, elle indique la date de récolte ou encore la date à laquelle ceux-ci ont été mis sous plastique. L’absence de date de péremption ne signifie évidement pas que ces produits frais ne deviennent pas mauvais. Un simple coup d’œil permet à l’aliment de juger l’état de fraîcheur de celui-ci : la tomate va se flétrir, les champignons vont noircir, la banane va se couvrir de taches noires…
► Le pain et autres viennoiseries vendus au rayon boulangerie des grandes surfaces n’ont pas, non plus, de date de péremption. Ils parlent aussi d’eux-mêmes côté fraîcheur : le pain va devenir rassis ou va moisir. Attention, le pain et les sandwichs pré-emballés ont, eux, bien une date de péremption : ils portent la mention « À consommer de préférence avant ».

Puis-je me fier à ma vue et mon odorat pour repérer un produit périmé ?

Le respect de la date de péremption et des conditions de conservation ne doit pas vous faire oublier votre sens critique et ce, aussi bien au magasin qu’à la maison. Conseils qui découlent du bon sens : ne glissez pas dans votre caddie des tranches de jambon qui ont mauvaise mine ou encore un emballage déchiré ou une boîte de conserve bombée. Idem chez vous : un simple coup d’œil permet de voir que le lait a caillé dans le goulot, que le beurre est rassis, que des moisissures apparaissent dans le fromage ou que de petites bêtes se logent dans la farine. En résumé : en cas de doute quant à la fraîcheur d’un produit, ne le consommez pas.

Anouck Thibaut

ACTU

Produits périmés : consommation en hausse

En Belgique et selon l’Enquête nationale de consommation publiée en février dernier par l’Institut national de Santé publique, 67 % des consommateurs (âgés de 15 à 64 ans) déclarent avoir déjà consommé un produit dont la date péremption était dépassée. Un écart qui concerne principalement les produits suivants : yaourts, fromages blancs et produits secs (farine, café et épices).
Interpellant : en dix ans, ce pourcentage est en forte augmentation puisqu’il est passé de 39 % (en 2004) à 67 % (en 2014). Plus que probablement un effet de la crise économique.
Cette même enquête met également le doigt sur la méconnaissance des consommateurs quant aux différentes mentions qui sont obligatoires sur les emballages : seuls 30 % des Belges savent interpréter ces indications correctement.
Pour en savoir + sur cette enquête : fcs.wiv-isp.be/fr

EN BREF

5 règles pour consommer malin

  • Faites une liste des courses et planifiez les menus de la semaine, histoire d’éviter le gaspillage.
  • Dans le magasin, regardez les dates de péremption en tenant compte des mentions « À consommer jusqu’au » ou « À consommer de préférence avant le ».
  • À la maison, tenez les dates de péremption à l’œil et respectez les consignes de conservation.
  • Faites appel à votre sens critique (vue, goût, odorat) : dans le doute, évitez de consommer le produit.
  • Un aliment à consommer rapidement ? Le site lebruitdufrigo.fr vous donne des recettes selon les ingrédients dont vous disposez.
 
 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus