0/2 ans

Quel sport pour mon enfant :
6 mois et +

Votre petit se retourne désormais sur la table à langer. Bientôt, il explorera le monde à quatre pattes, puis sur ses deux pieds. À cet âge, pas question de sport, évidemment ! Par contre, il n’est jamais trop tôt pour débuter l’éveil corporel.

Quel sport pour mon enfant : 6 mois et + - Thinkstock

Quelles activités physiques à cet âge ?

Depuis sa naissance, votre bébé a naturellement mis son corps en mouvement, apprenant sans cesse de nouveaux gestes. Autant de progrès dont vous êtes l’observateur privilégié. Comme le rappelle Cécile Delens, professeur à l’UCL, à la Faculté des sciences de la motricité, il est indispensable de le stimuler dans son développement moteur : « Pour cela, apprenez d’abord simplement à regarder votre bébé. Observez sa motricité, son tonus, son calme, sa motivation à faire tel ou tel geste. Ici, on est loin de l’activité physique planifiée, mais tout simplement dans la culture du corps. Aidez-le ensuite à être acteur de ses mouvements, en le sollicitant à bon escient dans le bain, dans son parc puis, plus tard, à la plaine de jeu... »

La piscine, tous ensemble

Pas tout seul, bien sûr, mais encadré par un professionnel avec vous, papa et/ou maman, prêts à partager les plaisirs de l’eau. Avant 3 ans, ces activités aquatiques se vivent ensemble, sauf… si vous avez une peur phobique de l’eau telle que vous risquez de la lui transmettre.
Plusieurs méthodes existent. À éviter absolument : celle où l’on jette le nouveau-né dans l’eau. Préférez les méthodes ludiques et relationnelles, dites « d’éveil aquatique ». L’enfant y apprend à se laisser bercer par l’eau et à apprivoiser ce milieu. Petit à petit, il se risquera même à mettre la tête sous l’eau en apprenant à fermer la bouche et pourra alors chercher des objets au fond de la piscine. Surtout, laissez-le patauger comme un petit chien, car c’est trop tôt pour apprendre à nager : son développement, notamment sa coordination des mouvements, ne le permet pas encore. Avec le temps, il découvrira tout naturellement les mouvements qui le feront avancer.

La psychomotricité : tiens, je saute !

Les séances de psychomotricité qui se déroulent, comme pour la piscine, en votre présence. Ici, c’est sur la terre ferme que votre petit apprendra à faire mieux connaissance avec son corps, ce qui l’aidera dans son développement psychomoteur. Selon son âge, il va ramper, marcher, courir, grimper, sauter, le tout encadré par un moniteur et avec du matériel adapté (grosses mousses, ballons, cerceaux, tunnels, parachute…). Intéressant pour vous également : on vous montrera, par exemple, comment porter votre petit selon que vous voulez le rassurer… ou l’ouvrir au monde. Ou encore l’aider au mieux dans son apprentissage de la marche. Et même pour les tout-petits, comment les solliciter sur la table à langer. Ici, encore, on est loin des apprentissages sportifs.

« J’aimais bien me retrouver à patauger avec ma fille qui n’avait pas encore 1 an. Mais des bronchiolites à répétition ont incité mon pédiatre à me déconseiller de me rendre à la piscine avec elle. Le chlore plus l’urine (ben oui, difficile d’empêcher ces petits de faire pipi dans l’eau !) provoque de belles allergies. En attendant de trouver la piscine idéale, sans chlore, je vais à la plaine de jeux. Pourvu qu’elle bouge… »
Marianne, maman de Fleur, 14 mois

« J’ai un petit garçon qui n’a pas l’air d’apprécier tout ce qui bouge ! Même les carrousels lui font peur. On veut lui faire plaisir en l’installant dans la voiture de pompier et il se met à hurler… J’ai essayé une fois de lui faire faire un tour entier, il était là, en pleurs, avec sa main tendue vers moi. Plus jamais ça ! »
Nadia, maman d’Elias

Anouck Thibaut

Les conseils du Ligueur

  • Faites-vous confiance : vous n’êtes pas sportif et la simple idée de développer l’éveil corporel de votre marmot vous effraye ? Pas de panique, dans ce domaine aussi vous êtes compétent ! Vous pouvez faire appel à des professionnels qui, en quelques séances d’éveil aquatique ou de psychomotricité, vous donneront des idées pour vous débrouiller ensuite, seul avec votre bambin.
  • Faites confiance à votre bambin : laissez-lui l’initiative et ne devancez pas ses gestes sous prétexte de vouloir le faire progresser. Exemple : s’il se déplace à quatre pattes en poussant son petit trotteur devant lui, ne le mettez pas de force sur ce dernier. Il y arrivera seul le temps venu.
  • Le coffre à jouet, une mine d’exercices : la balle à faire rouler sur le sol, les petites voitures et jouets à pousser (d’abord) et à tirer (ensuite), les perles à enfiler… Autant d’exercices physiques profitables à votre petit. Sans oublier le tricycle et, dès qu’il est sur ses deux pieds, la fameuse draisienne ou vélo sans pédale, préférable au vélo avec stabilisateurs. 

En pratique

  • Renseignez-vous auprès de votre commune, crèche et autres connaissances pour dénicher une activité et méfiez-vous de beaux discours : assistez à une séance pour vous forger un avis.
  • Votre petit hurle avant et pendant l’activité ? Ne le forcez pas, car sans plaisir aucune activité ne peut être bonne pour lui.
  • Le chlore est responsable de problèmes respiratoires. Renseignez-vous auprès des piscines proches de chez vous : certaines, sans chlore, sont conçues spécialement pour les bébés, notamment celle du centre sportif Blocry à Louvain-la-Neuve. Température idéale de l’eau : autour de 30°C.
Sur le même sujet

Le sport, oui mais...

« Jules a 4 mois et sait se retourner », s’exclame cette maman. Elle a raison d’être fière des premiers exploits de son tout jeune athlète. Lui, tout occupé à faire et refaire ses roulés-boulés, n’a cure du regard admiratif de sa mère : c’est son corps qu’il découvre et les mille et une possibilités que celui-ci lui réserve. 

 

Quel sport pour mon enfant : 3 ans et +

Courir, sauter et grimper : telle une balle magique, votre bambin fait désormais preuve d’une énergie débordante. L’activité physique entre tout naturellement dans sa vie. Pas encore sous forme de sport, heureusement, car à cet âge, cela n’a aucun intérêt pour lui.

 

Quel sport pour mon enfant : 6 ans et +

Votre gamin(e) à l’école primaire : désormais assis sur une chaise toute la journée, il a plus que jamais besoin de se dépenser après l’école. C’est aussi l’âge d’or des apprentissages, également du côté des activités physiques.

 

Quel sport pour mon enfant : 9 ans et +

Votre enfant se mue en un pré-ado. Après la découverte des différentes disciplines sportives, place désormais aux matchs et aux tournois. Du moins pour ceux qui accrochent à l’esprit de compétition.

 

Quel sport pour mon enfant : 12 ans et +

L’adolescence est la phase critique pour votre jeune sportif : ça passe ou ça casse ! Avec un risque de décrochage plus grand encore chez les jeunes filles. Et pourtant, leur besoin de bouger reste fondamental.

 

Comme un poisson dans l'eau…

Vous rêvez d’évoluer avec votre bébé dans les eaux bleues d’une piscine ? Mais n’est-ce pas trop tôt, n’est-ce pas néfaste pour nos petits bouts ? Avant de vous lancer et pour éviter tout risque pour sa santé, lisez notre mode d’emploi.