12/15 ans

Règles : la toute première fois…

Y a-t-il des règles… pour les règles de votre jeune adolescente ? Pour certains parents, le sujet est tabou, pour d’autres, pas du tout. La qualité de la relation avec l’ado joue aussi un rôle, de même que la situation familiale. Famille classique, recomposée, monoparentale… à qui revient la tâche délicate d’en parler ? Que mettre en place pour le « jour J » ? Nos conseils pour préparer au mieux cette étape.

Règles : la toute première fois…

Première question à régler : votre fille sait-elle ce que sont les règles ? De prime abord, vous avez envie de répondre oui. Les jeunes ne savent-elles pas tout grâce à internet et aux copines ? Elles croient connaître, mais connaissent mal. Une mise au point est donc la bienvenue, surtout de la part de la maman qui vit « la chose » tous les mois et qui peut transmettre son expérience à sa petite fille devenue grande.
L’important est d’utiliser des mots simples et compréhensibles pour une fillette de 10-12 ans sans rentrer nécessairement dans les détails. « Maman a des œufs dans son ventre pour fabriquer les bébés. Une fois par mois, si aucune petite graine/spermatozoïde n’est allée dans l’œuf, il se dissout et s’évacue sous forme de sang ». Et de passer ensuite aux questions pratiques : combien de temps ça dure, est-ce que ça fait mal, est-ce que ça se voit, comment ne pas se salir, etc.

► Laurence, 40 ans : « Tout, plutôt que l’ignorance »
Ma mère était super-pudique et ne m’avait jamais parlé des règles. Quand ça m’est arrivé, j’ai cru que j’avais un grave problème. Aussi, j’ai toujours été très ouverte avec mes filles. Le jour où mon aînée a eu ses règles, elle est venue me le dire en toute simplicité. D’ailleurs, sa sœur attend aussi avec impatience d’avoir les siennes pour être enfin une grande.
►Nina, 13 ans : « Entre copines »
Je crois que j’ai toujours su ce que c’était, les règles. Aussi loin que je me souvienne, j’ai vu ma mère acheter des tampons ou mettre des serviettes. Aujourd’hui, on en parle plutôt avec les copines, mais je sais que je peux aller voir ma mère si j’en ai besoin.

N’en faites pas tout un fromage

Le jour où votre fille aura ses règles, n’en faites pas tout un fromage. Inutile de prévoir un cadeau, de déboucher le champagne ou d’appeler toute la famille pour les prévenir que « Ça y est, elle est devenue demoiselle ! », comme on disait jadis.
Avoir ses règles, c’est intime et, au début, parfois un peu perturbant. Soyez présent pour votre fille si elle en a besoin, mais faites-lui aussi confiance et laissez-la vivre ce moment en toute discrétion.

► Gwenaëlle : « Vigilante, mais pas assez »
Ma fille a 11 ans. Elle sait ce que sont les règles et que ça peut lui arriver à tout moment. Pour éviter un stress à l’école, je lui ai expliqué comment placer une serviette hygiénique et je lui en ai donné une qu’elle a glissée dans une des poches secrètes de son cartable. A priori, elle est donc parée. Mais je me rends compte que je ne pense pas à tous les cas de figure. Pour le moment, elle est en classe de neige et elle n’en a pas sur elle. Je devrais être encore plus vigilante.
►  Irina, 14 ans : « Pitié, pas de taches »
Dès mon entrée en humanités, ma mère m’avait donné une petite pochette avec une culotte de rechange et des serviettes hygiéniques. Mon grand stress était d’avoir mes règles à l’école et que ça fasse des taches à travers mon pantalon. Pendant des mois, je n’ai mis que des pantalons noirs pour être sûre. Finalement, personne n’a rien vu quand c’est arrivé. J’évite quand même les pantalons clairs quand je les ai.

Famille recomposée : qui prend le relais ?

Peut-on parler des règles avec sa belle-fille ? Dans l’idéal, on répondrait que oui, mais tout dépend de la relation que vous avez avec celle-ci. Si les relations sont bonnes, vous pouvez en toucher un mot sans prendre la place de la maman (à vous d’amener le propos avec légèreté). Lui dire simplement que si nécessaire, vous êtes là pour l’aider ou pour lui acheter ce dont elle a besoin.
Si les relations sont tendues, et c’est souvent le cas à l’adolescence, tournez-vous vers le papa et proposez-lui d’aborder le sujet avec sa fille si ça ne le gêne pas trop (Pas toujours évident pour les papas de parler de « ces choses-là » avec leur·s fille·s). S’il ne se sent pas d’attaque pour mettre le sujet subtilement à l’ordre du jour, veillez au moins à avoir des protections à la maison si l’événement arrive le jour où vous l’hébergez.

► Agnès, 15 ans : « Pas pressée »
Je n’ai pas encore mes règles, mais je ne suis pas pressée. Ça me stresse un peu. Ma mère dit que ça lui fait mal, ma belle-mère qu’elle ne se rend même pas compte qu’elle les a. Je sais qu’elle a acheté ce qu’il faut pour moi. Mais j’espère quand même que ça m’arrivera plutôt quand je suis chez ma mère.
► Louis : « Faire abstraction des conflits »
Mes deux filles ont eu leurs règles alors qu’elles étaient chez moi. Mes relations avec mon ex sont (très) mauvaises, mais les filles ont toutes deux voulu lui téléphoner pour le lui dire et j’ai trouvé ça normal. Il faut parfois savoir faire passer les conflits au second plan.

Parent solo : qui fait le boulot ?

Comme on parle traditionnellement de ce sujet entre femmes, c’est bien sûr plus facile si cela se passe chez maman. Mais les règles arrivent sans crier gare. Autant s’assurer que sa préado sache que faire, peu importe le parent chez qui elle se trouve. Mieux encore, tenir votre ex informé. Saura-t-il quoi dire à sa fille si elle est réglée chez lui pour la première fois ? A-t-il prévu les protections nécessaires ? Est-il envisageable que vous lui fournissiez un petit stock, au cas où ? Peut-il (ou votre fille) vous appeler le cas échéant ?
Et si ça arrive chez papa qui vit seul ? Rassurez votre fille sur le fait qu’elle peut venir vous voir sans gêne si la situation se présente et qu’elle pourra évidemment téléphoner à sa maman pour annoncer la nouvelle. Vous-même, n’hésitez pas à demander à une amie, une sœur, une collègue… ce qu’il y a à dire, à savoir ou renseignez-vous auprès d’un professionnel.
Que vous soyez en couple, en famille recomposée ou papa solo, les règles de votre fille peuvent aussi arriver un jour où vous serez seul à la barre. Votre fille approche de l’âge fatidique ? Ne vous laissez pas surprendre. C’est le moment de vous poser quelques questions et de vous tenir prêt. Ma fille sait-elle quoi faire ? Ai-je à la maison les protections nécessaires si cela arrive ? Osera-t-elle venir m’en parler ?
Vous préparer un minimum vous permettra de vous sentir moins déboussolé face à cette première fois vécue par votre fille. Si vous ne vous sentez vraiment pas à l’aise, demandez à votre médecin traitant d’aborder le sujet avec elle ou orientez-la vers un planning familial où elle pourra poser ses questions en toute discrétion à un·e professionnel·le de la santé.

► Nolwenn, 15 ans : « J’ai un peu profité de la situation ! »
La première fois que j’ai eu mes règles, j’étais chez mon père. Ma mère m’avait tout expliqué, donc pas de souci. Mais pour mon père, c’était quelque chose ! J’avoue que j’ai un peu exagéré mon mal de ventre pour ne pas aller à l’école pendant deux jours.
► Gérard : « Totalement pris au dépourvu ! »
Vivant en famille recomposée, je ne me suis jamais vraiment préoccupé des règles de ma fille. Sa maman lui avait expliqué ce que c’était et ma compagne était aussi là en cas de besoin. Et puis, Chloé a eu ses règles une semaine où elle était chez moi, alors que ma compagne était en voyage. Entre le sang sur les draps, son mal au ventre et la multitude de serviettes hygiéniques disponibles au magasin, j’étais totalement pris au dépourvu et j’ai un peu paniqué.

Gaëlle Hoogsteyn

En pratique

  • Quelques signes avant-coureurs peuvent vous mettre la puce à l’oreille : mal au ventre, douleurs dans le bas du dos, poitrine qui pousse… Il est temps de prévoir le nécessaire.
  • Serviette ou tampon ? En général, les jeunes filles utilisent d’abord des serviettes, le temps de se familiariser avec cette nouvelle contrainte. Toutefois, il n’y a aucune contre-indication à utiliser des tampons dès les premières règles. Certaines marques proposent d’ailleurs des formats « minis » spécialement conçus pour les ados.
    Quant aux serviettes, il en existe de différentes tailles et textures. Comme vous ne savez pas encore ce qui conviendra le mieux à votre fille, vous pouvez prévoir deux ou trois modèles différents. Si elle le souhaite, vous pouvez aller les acheter ensemble, mais ne la forcez pas, au risque de la mettre mal à l’aise et de bloquer le dialogue.
  • Vérifiez que votre fille sait comment utiliser ces protections. Comment les mettre, quand les changer, où les jeter ? À vous de déterminer jusqu’où vous devez aller dans vos explications (voire vos démonstrations). L’idée étant que votre fille sache tout ce qu’il y a à savoir sans rentrer trop dans son intimité. Faites confiance à votre feeling !
  • Prévoyez une pochette discrète contenant deux serviettes et une culotte propre qu’elle peut emporter dans son sac là où elle va pour être parée le jour J.
Sur le même sujet

Acné : pour être bien dans sa peau…

Mon ado a des boutons. L’acné a fait son apparition. Quoi de plus normal à l’adolescence ? Oui, mais justement, cette période de la vie n’est pas évidente pour notre jeune qui se dépatouille notamment avec cette fameuse image de soi. Soins du visage, chasse aux faux amis et avis du dermato : on fait le point sur les points noirs de votre ado.

 

Puberté précoce : un esprit d’enfant dans un corps de jeune fille

L’isolement. Être assise au milieu de la classe et se sentir comme une extra-terrestre. Changer ses serviettes périodiques alors que les autres jouent à touche-touche à la récré. Ce sont les douloureux souvenirs de Mia, qui a vécu une puberté précoce, comme un nombre toujours croissant de petites filles. Comment en reconnaître les signes ? Peut-on la traiter ? Quelles en sont les causes et les effets ?