Remédiation en ligne : efficace
au Québec, bientôt en Belgique ?

Votre enfant bloque devant un devoir ? Votre ado désespère la veille du contrôle de maths ? Bonne nouvelle : un projet de remédiation par téléphone pourrait prochainement voir le jour chez nous. Ce système, qui cartonne déjà au Québec depuis plus de vingt ans, vise à épauler l’élève dans ses devoirs via le soutien de professeurs volontaires. On vous explique tout.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet

Après-4 heures : la tête dans les devoirs

L’école est finie. Vous, parents, vous êtes en majorité encore au travail. Pendant ce temps, qu’ils soient à la garderie, à l’étude, à multiplier les activités auxquelles vous les avez inscrits ou simplement à flâner dehors, vos enfants sont en mouvement, loin des cours. Un presque avant-goût de liberté pour eux, une inquiétude pour vous qui espérez les occuper au mieux.

 

Remédiation privée ou privés de remédiation ?

À Pâques ou en été, c'est la même question qui se pose : « Mon enfant doit-il suivre des cours de soutien ? » Des offres qui carburent à la publicité, il y en a pléthore. Pour tenter de s'y retrouver, le Ligueur s'est immergé l'été dernier au sein d'une initiative plutôt sympathique : Échec à l'échec. Proposée par l'association des Jeunesses scientifiques de Belgique, elle offre des cours à des prix abordables et met en avant sa vocation « sociale ».