Vie de parent

Retour de l’uniforme à l’école :
pour ou contre ?

Les élèves du lycée Guy Cudell de Saint-Josse-ten-Noode devront obligatoirement porter un uniforme dès la prochaine rentrée scolaire. Ce retour au code vestimentaire imposé dans l’enseignement fait débat.

Retour de l’uniforme à l’école : pour ou contre ?

On ne pensait plus voir nos bambins habillés à l’identique sur le chemin de l’école, sauf peut-être dans l’enseignement privé. Et pourtant, les élèves du lycée Guy Cudell de Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles) devront porter l’uniforme dès la prochaine rentrée scolaire. Le conseil communal a adopté lundi soir le nouveau règlement d’ordre intérieur du lycée qui impose un code vestimentaire à ses étudiants. Une première dans l’enseignement officiel francophone.

À la rentrée, les élèves devront porter du bleu marine uni pour les pantalons, les jupes et les cardigans, du blanc uni pour les chemisiers, les T-shirts, les polos et les sous-pulls. Longueur minimale de la jupe : sous les genoux. Le non-respect du code vestimentaire peut être un motif d'exclusion d'un élève.

La nouvelle a suscité des protestations dans les rangs des élèves et des professeurs. Des élèves ont lancé une pétition contre le nouveau règlement et une cinquantaine ont montré leur mécontentement devant la maison communale. Par peur de représailles, la plupart des professeurs ont gardé le silence mais condamnent discrètement le projet et le manque de concertation.

Les réactions fusent également en dehors de l’école. Et le débat s’étend même au-delà de la commune :

POUR

L’échevin de l’Enseignement Philippe Boïketé (PS) de Saint-Josse-ten-Noode :

  • La motivation première est de lutter contre les inégalités sociales  qui « ressortent au travers des tenues vestimentaires » et de « mettre tous les élèves sur un pied d’égalité ».
  • Via ce code vestimentaire, il entend « redresser l’établissement (à discrimination positive) qui a connu des difficultés ».
  • Il souhaite également « faire des élèves des ambassadeurs de l’établissement » et éviter que les riverains (habitants et commerçants) qui reprochent « des comportements inappropriés «  aux élèves qui n’en sont pas responsables.
  • L’uniforme rassure les parents qui ont des petits moyens : ils font un investissement au début, ensuite ils ne doivent pas étoffer la garde-robe de l’enfant avec la dernière marque à la mode.
  • L’uniforme va permettre à l’enfant d’affirmer sa personnalité autrement que par le port d’un vêtement particulier.

CONTRE

  • C’est rétrograde et conservateur.
  • Pour le syndicat (majoritaire), imposer l'uniforme et un règlement plus strict est injustifié dans une école communale de Saint-Josse où « il n’y a pas de violence particulière ».
  • On conserve les différences même en portant l’uniforme : même en bleu marine et blanc, si pas les profs, les élèves verront toujours une différence entre celui qui a un pull de marque et un autre qui porte un vêtement bon marché.
  • L’égalité d’apparence ne résout pas les différences sociales mais les détourne : elle peut se reporter sur l’accessoire (le portable, les chaussures, les bijoux…).
  • L’uniforme gomme les gros écarts mais n’empêche pas la discrimination : toute différence peut devenir l’objet d’une discrimination.
  • Les élèves doivent pouvoir exister, se démarquer et affirmer leur identité  et exprimer leur créativité à travers leurs vêtements sans pour autant faire des dépenses astronomiques.
  • Ce peut être frustrant de (voir ses enfants) partir tous les jours à l’école avec les mêmes couleurs.

Tous les mêmes ?

L’inégalité face à la surconsommation est sans fin. On n’imagine pas fournir aux enfants un uniforme complet et interdire à l’école l’usage des téléphones et autres tablettes, consoles de jeux… Lutter de cette façon, à l’école, contre les méfaits de la société de consommation est impossible aujourd’hui.

Et puis, n’est-il pas naturel et humain de chercher à se distinguer des autres, quel que soit le milieu, l’environnement, le contexte et l’âge ? Si l’on peut rêver d’une société où nous serions tous égaux, a-t-on vraiment envie d’un monde normalisé et uniformisé où nous serions tous d’apparence identique, de la tête aux pieds ?

Stéphanie Grofils

Sur le même sujet

Refuser de lui acheter des vêtements de marque, peut-être une fausse bonne idée…

Le vêtement, c’est aussi une manière de communiquer. L’image que l’on veut donner de soi transparaît à travers ce que l’on porte. Combien de fois n’a-t-on pas entendu son ado s’écrier : « Je n’ai plus rien à me mettre ! », devant une garde-robe remplie de vêtements, et nous supplier d’aller faire du shopping ? Un caprice ? Peut-être pas.

 

Grand Méchant Look : parents et ados face à face

Pantalon fluo, T-shirt à tête de mort, bracelets à clous… Pas toujours facile de comprendre ni d’apprécier les tenues vestimentaires de votre adolescent. Et pour couronner le tout, c’est un point sensible à aborder sans le braquer. Un dialogue doit pourtant être possible. Témoignages.