3/5 ans

Saint Nicolas, j’ai un cadeau pour toi !

La tutte, jadis si pratique pour rassurer notre petit loustic, aujourd’hui inesthétique dans la bouche de notre enfant qui tente de parler comme un grand. C’est sûr, il est temps de s’en débarrasser. Et pour ne pas jouer les grands méchants voleurs de tuttes, pourquoi ne pas suggérer à notre bambin de l’offrir lui-même en cadeau à saint Nicolas ?

Saint Nicolas, j’ai un cadeau pour toi !

Bien sûr, on ne va pas lui proposer un vilain chantage : ta tutte contre des jouets. On ne va pas non plus menacer notre téteur en lui parlant du père Fouettard, non. Même si, parfois, c’est tentant…
« Notre petite Lilou ne veut pas quitter sa tutte, même quand elle va à l’école. On essaye de la limiter un maximum : pour les moments durs, pour s’endormir… mais elle semble en avoir encore besoin. Le problème, c’est qu’elle donne envie à ses copines de classe de jouer au bébé et de reprendre une tutte… La honte pour nous vis-à-vis des autres parents. On a déjà demandé à Lilou d’abandonner sa tutte pour son 3e anniversaire, pour la naissance de sa petite sœur… Ça n’a pas marché. Peut-être que la venue du grand saint pourrait la motiver », espère Justine, sa maman. Et pourquoi pas ? Saint Nicolas a déjà aidé pas mal d’enfants à arrêter de tétouiller.

Encourager plutôt que menacer

« Si c’est l’enfant qui le décide, alors c’est une chouette idée de l’offrir à saint Nicolas. Mais il ne faut pas que ce soit un deal : la tutte contre des jeux. Parce que ce serait stressant pour un enfant », déclare Aurore Arnould, maman et psychologue pour enfants. Encourager plutôt que menacer, voilà la clé. Et donner à l’enfant la possibilité de décider lui-même de faire ce cadeau à saint Nicolas.
« C’est important que l’enfant contrôle ce geste, que la tutte ne lui soit pas enlevée. Si c’est trop difficile, on peut lui proposer de tester d’abord une nuit sans la tutte, avec la possibilité d’aller la rechercher le lendemain. Ça ne se fait pas en un jour », précise la psychologue. Petit à petit donc. L’enfant peut d’abord garder sa tutte uniquement dans son lit, puis uniquement la nuit… avant de s’en passer complètement.
Concrètement, quand l’enfant a choisi de donner sa tutte et qu’il l’a posée sous la cheminée, il faut quitter la pièce avec l’enfant ou mettre la tutte dans une boîte pour qu’elle ne soit pas trop visible. « L’année passée, mon petit Clovis a sucé une dizaine de fois sa tutte pendant la soirée avant de la reposer dans sa chaussure pour saint Nicolas. C’était dur à voir, chaque fois il disait au revoir à sa tutte chérie, la suçait un peu puis revenait à table… D’ailleurs, on n’y est pas arrivé du premier coup, on a fait revenir saint Nicolas quelques jours plus tard, quand notre bonhomme était prêt ! », témoigne Alba, maman de deux enfants de 2 et 5 ans.
« Si l’enfant n’est pas prêt à donner sa tutte à saint Nicolas cette année, il peut le faire l’année prochaine. Il peut également passer par l’intermédiaire du dentiste qui a des connections avec des petites souris et toute cette magie », complète Aurore Arnould. Une bonne idée car le dentiste a quelques arguments contre l’utilisation prolongée des tuttes. Deux photos de bouche (celle d’un téteur et d’un enfant sans tutte) en disent parfois plus qu’un long discours. C’est intéressant d’expliquer aux plus grands pourquoi ils doivent se séparer de leur tutte. Ce n’est pas par pur sadisme. D’ailleurs ils peuvent toujours garder leur doudou pour se rassurer car lui ne risque pas de leur abîmer les dents !
S’ils n’ont pas de doudou, peut-être que saint Nic’ peut leur en offrir un. Parce que, dans le fond, la tétine, c’est souvent un moyen de se rassurer. Si un enfant garde sa tutte, c’est juste par (mauvaise) habitude. Car il n’a plus ce besoin de succion depuis longtemps. Par contre, il peut faire plein d’autres choses avec sa bouche : parler de mieux en mieux, faire des super grimaces et même envoyer plein de bisous.

Estelle Watterman

En pratique

Comment le rassurer sans tétine ?

Si ce sont les moments de séparation qui posent problème, un bouquin à conseiller : Elle est où, maman ? d’Elisabeth Pantley. Ce livre explique la séparation pour un petit de 6 mois à 6 ans et donne des pistes pour s’en sortir. Notre préférée : le bracelet magique qu’on charge de bisous et d’amour pour toute la journée avant de se quitter. Mais un smiley dessiné sur la main de notre bambin peut aussi lui rappeler qu’on l’aime fort fort même si l’on n’est pas près de lui. Une photo de famille dans le sac à regarder en cas de coup de mou est un autre outil qui peut aider nos petits à surmonter la séparation.

À lire

Sujet apparemment très inspirant pour les auteurs jeunesse, la tutte accompagne (et quitte) Caillou, Tchoupi et la plupart des héros des tout-petits. Notre coup de cœur à lire avec son enfant : Nina et la tétinede Christine Naumann-Villemin. Un joli livre dessiné tout en douceur, avec un gros loup qui ne fait même pas peur. Tétine man de Christophe Nicolas et Guillaume Long est drôle et fort apprécié par les plus jeunes lecteurs mais ne donne aucune piste pour se sevrer du suçotage intempestif.

Sur le même sujet

Adieu, le pouce !

Comment faire perdre l’habitude du pouce à un enfant, alors qu’il n’en a absolument pas envie ? La tétine a l’avantage de pouvoir être rendue à saint Nicolas ou à la petite souris... mais votre enfant ne peut pas être amputé de son doigt ! Mission impossible, alors ?

 

Pour ou contre la tutte

Elles font partie du monde bleu et rose de nos poupons. En silicone et plastique coloré ou en caoutchouc naturel, elles se vendent en grande surface comme en pharmacie et sont parfois offertes à la maternité. Mais les tuttes sont-elles indispensables pour les bébés ? Les mamans ont des avis très divers.

 
 
 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus