6/8 ans

Se laver : quelle idée !

Pourquoi, tout d’un coup, certains enfants - des garçons mais aussi des filles, oui, oui ! - n’ont plus le goût de se laver ? Pour les parents, cela devient parfois la croix et la bannière de les tirer jusqu’à la baignoire. La saleté aurait-elle du bon ?

Se laver : quelle idée !

Alice a 7 ans et demi. Elle est belle comme un cœur : de grands yeux rieurs, une bouche adorable et des cheveux blonds qu'elle a décidé de laisser pousser. Mais voilà, elle est devenue allergique au peigne et à la brosse à cheveux. Ce n'est pas tout, elle n'a plus vraiment envie de passer du temps à se laver : elle a bien d'autres choses à faire ! Il y a quelques semaines, elle est allée en week-end louveteaux et en est revenue… comme tous les autres enfants : crottée de la tête aux pieds. Son sac était organisé par couches : des chaussettes mouillées tout au-dessus, puis son drap de bain en boule avec son essuie de cuisine et, dans le fond, son linge propre, bien plié et rangé par maman avant le départ. Celle-ci avait connu cela avec son frère de 10 ans : c’est une réalité propre aux week-ends et camps scouts, surtout vers 8-12 ans. Elle n'imaginait cependant pas que le scénario se représenterait avec sa fille.

Trop de choses à faire

C'est qu'à cet âge-là, les enfants ont des tas d'idées à concrétiser, de projets à réaliser, de choses à faire. Et ils ont toujours beaucoup de mal à quitter leur activité du moment. La baignoire a perdu de son intérêt. A priori, ce qu'ils sont en train de faire est bien plus intéressant que de plonger dans un bain et surtout de s'y laver. Bien sûr, quand ils y sont, dans le bain, ils retrouvent souvent toute leur créativité et la baignoire redevient un espace de jeux et d'expériences : ils y font des concours d'apnée ou des bagarres de gants de toilette, ou y tentent des descentes genre rivière sauvage. Mais le shampoing et le savon, ça pique les yeux et puis, ils se sont déjà lavés il y a trois jours. De toute façon, pour Alice, un bain par semaine, de préférence chez la grand-mère avec sa cousine, c'est beaucoup plus chouette et cela suffit !

Sous les jupes des filles…

Peut-être cette période Mimi Cracra est-elle liée à une nouvelle manière d'aborder la question toujours présente des différences entre filles et garçons. Il n'est pas rare d'entendre des filles refuser de mettre des jupes à l'école afin de ne pas attiser la curiosité des garçons qui voudraient tellement « voir sous les jupes des filles ». La séduction fait peur. C'est peut-être pour cela qu'Alice refuse de se coiffer. Elle est bien mignonne, on le lui a déjà dit et c'est bien qu'elle le sache, cela renforce sa confiance en elle. Mais que va-t-il se passer si les garçons la trouvent jolie ? Elle préfère probablement mettre la question de côté et consacrer toute son énergie à jouer avec eux au foot ou à la bataille, à faire du vélo ou à grimper dans les arbres. Partager des activités, c'est aussi une bonne manière de connaître l'autre.
Toutes les filles ne sont pas comme Alice. Elles ne passent pas toutes par cette période « cracra ». Certaines monopolisent très tôt la salle de bains. Même chose pour les garçons : ils ne sont pas tous ravis de se rouler par terre et de collectionner dans les poches mille trésors ramassés dans les bois. Mais que les parents des « cracras » se rassurent : cette période est passagère et, bientôt, ils devront réglementer le temps d'occupation de la salle de bains où leur petit devenu grand monopolisera le miroir de longues heures durant.

Une affaire de pudeur ?

Il n'y a pas que les activités pleines d’intérêts qui rivalisent avec un bon bain. Nos chers petits ont grandi. Ils ont de plus en plus envie qu'on respecte leur intimité. Même s'il leur arrive de se balader tout nus à la recherche de leur pyjama égaré, ils commencent à demander qu'on ferme la porte de la salle de bains. Le temps passe vite : il n'y a pas si longtemps, il fallait encore les laver. Les parents oublient parfois que ce temps-là est révolu : il n'est plus question de les laver systématiquement, ils le font seuls même si une inspection discrète et un rappel de la procédure à suivre sont souvent nécessaires.
La salle de bains est un lieu d'éducation et un bon endroit pour expliquer et rappeler aux enfants qu'ils ont droit à leur intimité et doivent la faire respecter. De nos jours, cette question du respect de l'intimité est d'autant plus cruciale que, dans la publicité et les médias, ce qui se passe dans la salle de bains ou la chambre à coucher ne semble plus privé : la nudité est banalisée.
Le moment du bain est, par ailleurs, un bon moment pour être à l'écoute des questions que les enfants se posent concernant leur corps et les changements à venir. Une présence discrète et disponible favorisera l'installation d'un climat de confiance entre votre enfant grandissant et vous. Que de belles connivences en perspective ! Petit à petit, d'ailleurs, les choses évoluent : maman va être là pour ses filles et papa pour ses fils.

Mireille Pauluis

AU QUOTIDIEN

  • Même si votre « Mimi Cracra » n'apprécie pas trop, rappelez-lui l'utilité d'un minimum d'hygiène.
  • Il grandit. Soutenez son besoin d'autonomie et d'intimité en le laissant se laver seul.
  • La salle de bains n’est pas qu’un lieu de jeux et de batailles éclaboussantes : profitez des moments de connivence possibles qu’elle offre.
Sur le même sujet

Hygiène intime des filles : attention, fragile !

Ça pique, ça brûle, ça chatouille… Chez les filles, ces plaintes intimes arrivent parfois plus vite qu’on ne le pense. Comment gérer ces irritations et les prévenir ? Quels sont les bons gestes d’hygiène intime et, surtout, à quel âge doit-on les laisser se débrouiller seules ? On vous explique tout.