9/11 ans

Séparation : heureux chez l’autre parent

Un père et une mère se séparent. Peut-être tous deux se sont-ils rendu compte que leur couple était dans une impasse. Ou bien l’un a décidé seul une rupture que l’autre n’imaginait même pas. Blessures, amertume… tous les ingrédients sont là pour faire naître le conflit. Et faire de ses enfants, malgré soi, des objets de chantage. Un piège qu’il est possible d’éviter.

 Séparation : heureux chez l’autre parent

Qu’ils aient ou non voulu la séparation ou le divorce, les parents ressentent vraisemblablement des émotions confuses (se séparer peut être un soulagement…) et souvent négatives. Selon les situations, sentiment d’incompréhension, d’injustice, d’abandon, de rejet, déception, tristesse… Colère et agressivité aussi : blessé par ce qu’il vit comme un échec, un parent peut tout faire pour rendre l’autre responsable du rêve perdu. Plus ou moins consciemment, il aimerait lui faire payer la rupture et cherche une vengeance.
La douleur et la rancœur peuvent alors empêcher de penser aux enfants qui, de leur côté, souffrent sans avoir rien décidé ni demandé. Si le conflit entre le père et la mère prend toute la place, les enfants encaissent bien davantage que si les adultes, quoique séparés, restent parents ensemble, dans l’intérêt de leur progéniture. Ce qui, heureusement, existe aussi !
Quand des enfants sont, peut-être inconsciemment, "utilisés" pour faire payer l’autre, ils deviennent des objets de chantage, de jeunes otages, chacun des parents essayant de se les approprier, d’être le "bon parent" face à l’autre nécessairement "mauvais". Toutes les occasions sont bonnes pour juger l’autre et le dénigrer. Parfois l’injurier, voire le condamner. Impossible d’accepter que l’enfant puisse être heureux ailleurs.

Conflit de loyauté

Ces enfants peuvent avoir l’impression qu’on les oublie, qu’on les ignore. Où est leur place ? Ils ne comprennent pas ce qui se passe, sont en plein désarroi. Retour du pipi au lit pour les plus jeunes, problèmes scolaires, repli sur soi ou au contraire l’agressivité, autant de signes avec également des maux de tête, de ventre qui montrent que les mômes sont en souffrance.
Pris dans un réel conflit de loyauté, ils ne peuvent aimer l’un sans faire de la peine à l’autre, être content d’un séjour chez l’un sans trahir l’autre… Comment peuvent-ils être heureux dans une telle situation? Comment n’avoir pas toujours l’impression d’être en tort, d’être coupable ? "Je suis une balle de ping-pong", raconte Damien, 10 ans, qui explique qu’il dit à chacun de ses parents qu’il vit mal chez l’autre, pour faire plaisir à tous les deux, pour être aimé de tous les deux.

Et s’il perdait l’autre parent ?

Autre crainte : perdre un parent, ce qui peut, effectivement, se passer dans les situations les plus graves. Le dénigrement de l’autre est tel que l’enfant finit par ne plus avoir de contact avec lui. Ou encore l’un des parents, opposé à ce que l’enfant garde d’importants liens avec l’autre, accumule tellement d’obstacles qu’il réussit… à l’évincer. Pourtant, un enfant a besoin de bien connaître un père et une mère pour avoir toutes les chances de bien grandir.

Thérèse Jeunejean

Coups de pouce de la Ligue des familles

Découvrez  le nouveau service de la Ligue des familles qui facilite l'organisation des parents séparés. Disponible à partir du 1er octobre.

Pour rester parent à deux…

… et se sentir bien en partageant ce rôle avec l’autre :

  • utilisez un cahier de communication accompagnant l’enfant chez l’un et chez l’autre. Vous pourrez y noter tout ce qui le concerne : visite des parents à l’école, chute ou rhume, rendez-vous chez la logopède, horaire du sport…
  • convenez des affaires qui restent chez vous ou chez l’autre parent
  • quand c’est possible, doubler certains objets (nécessaire de toilette, bottes, pyjamas…)

… et éviter de mettre l’enfant en porte-à-faux :

  • en l’utilisant comme messager de choses peu agréables
  • en lui demandant d’espionner l’autre parent
  • en l’obligeant à prendre position pour vous
  • en critiquant devant lui la manière de vivre de l’autre parent 
  • en dénigrant la nouvelle compagne ou le nouveau compagnon (même si vous en mourez d’envie)
  • en refusant ou en interceptant ses communications téléphoniques
  • en niant le droit de visite de l’autre parent
  • en oubliant de prévenir l’autre parent de rendez-vous importants (médicaux, par exemple)
  • en empêchant l’autre parent d’avoir accès aux dossiers scolaire et/ou médical de l’enfant
  • en partant en vacances sans l’enfant placé chez les grands-parents alors que l’autre parent est disponible pour s’en occuper.

Plus d’infos sur www.familieschange.ca

S.O.S.

Pour les parents

  1. Une aide spécialisée individuelle (chez un privé, dans un centre de planning familial ou de consultations familiales et conjugales). Infos sur www.loveattitude.be et www.planningfamilial.be
  2. Une médiation qui aide à se parler, se mettre d’accord sur l’essentiel. Organisée dans certains centres de planning ou de consultations familiales et conjugales. Voir aussi www.mediationfamiliale.be ou www.mediation-justice.be
  3. Une brochure :Si c’était simple, ça se saurait ou comment se séparer en préservant nos enfants
  4. Comment aider les enfants à affronter la séparation ? Une brochure de l’Académie de psychologie d’Ottawa.

Pour les enfants

  1. Une aide spécialisée individuelle, en privé ou dans un centre de guidance si l’enfant vit vraiment très mal la situation.
  2. Des infos adaptées aux différents âges.
  3. des livres qui racontent des histoires proches de ce que les enfants vivent : Mes deux maisons, Claire Masurel, Bayard Jeunesse (tout-petits) - C’est un papa, Rascal et Louis Joos, Pastel (à partir de 5 ans) - Le jeu de cette famille, Annie Agopian, Claire Franek, Rouergue (à partir de 7 ans) - Petit Maboule, Charlotte Moundlic, Thierry Magnier, Petite poche (à partir de 7 ans) - On divorce. La vie continue, Véronique Corgibet, Milan, Essentiel Junior (documentaire à partir de 9 ans) - Le silence de Solveig, Françoise Grard, Actes sud Junior (à partir de 10 ans) - Ce n’est pas la fin du monde, Judy Blume, Ecole de loisirs, Medium (9-10 ans) - Le journal de Clara, Brigitte Peskine et Mireille d’Allancé, Hachette, poche cadet (à partir de 11 ans) - Le motard sans visage, Eric Sanvoisin et Marie Diaz, Magnard Jeunesse (à partir de 11 ans) - L’ombre bleue dans la classe, Nadine Brun-Cosme, Nathan Pleine lune (à partir de 12 ans) - A moitié vide, Frank Andriat, Grasset Jeunesse, Lampe de poche (à partir de 13 ans).

Pour ceux qui aiment creuser, approfondir, choisir un livre avec un maximum d’informations sur son contenu, l'université de Lille 3 propose une intéressante analyse fouillée du divorce dans la littérature de jeunesse.

Sur le même sujet

Séparation et impôts : qui prend l’enfant à charge ?

Au moment du divorce ou de la séparation, il faut partager les meubles, décider qui reste dans la maison, choisir le mode d’hébergement des enfants… mais également régler des questions d’ordre fiscal. Parmi celles-ci, une est souvent source de tension : qui prend l’enfant à sa charge fiscalement après le divorce ou la séparation ?

 

Séparation : 18 % des parents optent pour la garde alternée

A l'occasion de la sortie du livre de Yapaka "La garde alternée: les besoins de l'enfant", revenons sur l'étude de la Ligue des familles sur le sujet. En effet, depuis 2006, lorsqu'un couple avec enfant(s) passe par la justice pour organiser sa séparation, le juge doit proposer, en priorité, un hébergement égalitaire. L'esprit de la loi suggère ainsi que la garde alternée est la meilleure solution pour les enfants. Mais qu'en est-il dans les faits ? La loi de 2006 a-t-elle changé les habitudes ? Réponse avec l’enquête de la Ligue des familles réalisée avec la collaboration de l’institut Dedicated.

 

Parents séparés : quelle maison pour les jeunes enfants ?

Lors d'une séparation, fixer un mode d’hébergement des enfants devient souvent une question épineuse, voire une situation inextricable. Depuis 2006, la loi tend à privilégier l’hébergement égalitaire. Mais le législateur a-t-il pris soin d’envisager toutes les situations, notamment celles du tout petit enfant dont les besoins affectifs sont sensiblement différents de ceux des grands enfants ?

 

Séparation : l’école doit rester un terrain neutre

L'école est le territoire des enfants. Il devrait pouvoir le rester sans être envahi par les conflits familiaux. Lors de notre enquête sur la question des mauvais bulletins en primaire, des professeurs déploraient les règlements de comptes entre parents qui se déroulaient trop souvent dans la cour de l’école. Comment, pour les adultes pris dans le maelström de la séparation, éviter de trop perturber leurs enfants… et dans la foulée, leurs résultats scolaires ?

 

3/4 des séparations sont voulues par les femmes

Ce sont les femmes qui, le plus souvent, demandent le divorce. Dans Séparée. Vivre l’expérience de la rupture (Éd. Armand Colin, 2011), une petite centaine d’entre elles racontent au sociologue français François de Singly pourquoi et comment elles ont rompu. Leurs récits suggèrent à ce spécialiste du couple et de la famille qu’on se sépare comme on a vécu ensemble. Rencontre.

 

L'enfant et la séparation, un coup de tonnerre dans un ciel bleu

Quelle place donner aux enfants lors d’une séparation ? Faut-il les protéger ou tout leur expliquer, voire les impliquer dans les choix qui les concernent ? Une psychologue, une juge de la jeunesse, une avocate, une médiatrice et des parents partagent leurs expériences.

 

Claude Halmos : « Le divorce en tant que tel ne détruit pas »

De plus en plus d’enfants sont confrontés, jeunes, à la séparation de leurs parents. Comment aborder cette réalité avec eux ? Auteur de Dis-moi pourquoi. Parler à hauteur d’enfant (Éditions Fayard), Claude Halmos est particulièrement bien placée pour aborder cette question…

 

Séparation : comment faire changer une décision d’hébergement ?

Que les parents aient été mariés, cohabitants légaux ou en union libre, une séparation oblige les parents à organiser l’hébergement de leur(s) enfant(s) mineur(s). Il peut être organisé d’un commun accord par les parents ou être décidé par un juge. La vie de famille est une situation évolutive et il est possible de revenir sur ce qui a été décidé dès que des circonstances nouvelles apparaissent.

 

Papa (ou Maman), je ne veux pas te voir

La coparentalité ne va pas sans son lot de difficultés. Parmi elles, il y a les enfants, les grands, ceux à qui on n’impose plus rien, mais à qui on suggère : « Tu devrais voir ton père », « Tu pourrais donner des nouvelles à ta mère, non ? ». Et parfois, en dépit de tous les arguments, ils ne veulent plus, ils ne peuvent plus. Pour des raisons qui n’appartiennent qu’à eux. Comment faire ? Comment renouer le dialogue ? On ne prescrit rien, on propose.

 

Divorce : comment éviter à l’enfant de (trop) trinquer

Quand le couple vacille et finit par chavirer, le divorce est parfois la seule issue. Ce qu’on peut éviter en revanche, c’est de faire payer l’addition aux enfants, déjà fragilisés.

 

Séparation : peut-on tout régler à l’amiable ?

Lors d’une séparation, les ex-partenaires souhaitent souvent éviter des procédures judiciaires qui peuvent être longues et coûteuses. Si un dialogue entre eux est encore possible, ils peuvent être tentés de conclure des accords à l’amiable pour organiser les aspects de cette séparation. Est-ce possible, et est-ce conseillé ?