Vie de parent

… seul·e avec ses enfants, en famille recomposée ou tous ensemble avec mamy-papy

Vous y avez déjà rêvé à ses prochaines vacances et vos valises sont presque bouclées. Plus que quelques jours et vous voilà tous partis… Vous y avez déjà rêvé, mais les moyens financiers et surtout le temps vous manquent pour faire d’un morceau du rêve, une réalité. Pour vous encourager à mettre les choses en place, nous vous invitons à rencontrer sept familles qui racontent comment elles se sont organisées pour partir en vacances avec des petits, des plus grands, seul·e, en tribu, avec les enfants de l’autre… Plein d’idées à puiser.

… seul·e avec ses enfants, en famille recomposée ou tous ensemble avec mamy-papy

Maman (ou papa) solo

Difficile d’envisager les vacances comme une douce retraite quand on est seul·e avec ses enfants. À moins de rester calfeutré chez soi, tout départ avec la marmaille est source d’aventures… accompagnées d’angoisses pour beaucoup de parents seuls à la barre.
Il y a l’avant-départ, ce découragement déjà à devoir porter l’organisation pratico-pratique seul·e (Ne dit-on pas qu’il y a plus dans deux têtes que dans une ?). N’hésitez pas à mettre vos plus grands dans le coup en leur demandant d’écrire une liste des choses à ne pas oublier d’emporter, de vérifier et de fermer (avant la fermeture définitive de la porte de la maison !) et donc à jouer le rôle d’une deuxième mémoire. Ça, c’est pour l’organisation pratique. Pour ce qui est de vous donner la force de faire le grand saut dans l’inconnu (il peut ne pas être bien loin, cet inconnu), il y a les copains qui, comme Cathy, vous prennent par la main et vous entraînent vers les sommets. Il y a Cécile qui vous donne mille et un trucs pour ne pas vous retrouver bêtement face à votre ado, adotte qui vous suit avec un boulet au pied. Être monop’ et prendre son pied en vacances, c’est possible, nos témoins le prouvent.

Avec les enfants de l’autre

Si l’organisation du départ devrait se faire sans trop de mal, c’est surtout l’organisation sur place qui pourrait poser question si on ne s’en soucie pas avant. Pour éviter les tensions, les malentendus, établissez déjà avec votre compagnon, compagnonne, les règles qui feront que toute la petite tribu s’y retrouve. Prévoyez des plages pour que, l’un et l’autre, vous vous retrouviez à certains moments uniquement avec vos propres mômes. Les gosses ne veulent pas se séparer une fois les retrouvailles faites ? Tant mieux. Pensez alors aux activités où chacun peut s’y retrouver, surtout si les âges sont très échelonnés. L’expérience de Giulia peut vous être précieuse.

Ensemble avec les grands-parents

On imagine que si vous partez avec papy ou mamy, c’est que la vie ensemble n’est pas trop pesante. On a beau beaucoup s’aimer, le quotidien peut vite être lourd à supporter. C’est pour cela qu’il faut organiser dès maintenant des espaces-temps, des espaces-lieux, où chacun peut respirer un moment loin des uns et des autres. Partir avec papy-mamy, c’est aussi l’occasion de s’occuper davantage des grands (parfois un peu laissés-pour-compte) en confiant les plus petits aux grands-parents. Mieux, c’est une formule qui permet enfin de bichonner un peu son histoire de couple. Attention, ne nous faites pas dire ce que nous n’avons pas écrit. Non, mamy n’est pas corvéable à merci. Mais elle n’est pas là non plus pour seulement se faire promener ou briser sa solitude (Même chose pour les papys !). Elle peut être là aussi pour mille autres choses, comme le montre Giulia.

Et puis, il y a tous ces parents qui sont père et mère des mêmes enfants, autrement dit qui forment des familles dites classiques. Pour eux aussi, les vacances sont une expérience qui peut révéler plein de choses, bonnes et moins bonnes. Mais ça, c’est une autre histoire.
Plus que quelques jours… et ce sont les grandes vacances !

M. K.