12/15 ans

Sexualité : ces stéréotypes
qui encombrent encore nos ados

Les stéréotypes, au panier ! Hé, pas si vite ! Les stéréotypes ont mauvaise presse, certes, mais ils ont aussi leur utilité, particulièrement à l’âge de l’adolescence où ils jouent le rôle de balises… pourvu que le jeune ne reste pas enfermé dedans. Échanges avec Fabienne Bloc, psychologue, qui fait le tour des écoles pour déconstruire, avec les ados, ces idées toutes faites sur la sexualité.

Sexualité : ces stéréotypes qui encombrent encore nos ados

Dans un premier temps, les stéréotypes aident l’adolescent à se construire pourvu qu’il puisse rapidement s’en débarrasser, ce qui n’est pas chose aisé à son âge. Le jeune pris dans le grand bouleversement adolescent tient à ses repères, surtout ceux partagés par ses pairs.
Chacun calque alors son attitude sur celle du copain et tombe vite dans le tout est blanc ou noir, particulièrement pour tout ce qui concerne la sexualité - la fille fonctionne comme ci, le garçon fonctionne comme ça. Et quand les adultes véhiculent à leur tour des clichés, pas sûr que les jeunes soient prêts à s’en sortir.

Contraception : l’affaire des filles

Pour Fabienne Bloc, ces jeunes restent d’autant plus coincés dans les clichés qu’ils les ont rencontrés très jeunes et qu’ils les ont petit à petit intégrés. « Que ce soit à la crèche, à la maison, en maternelle, on a encore tendance à refiler le bébé à la petite fille et le camion de pompiers au petit garçon. Il ne faut donc pas s’étonner qu’à 16-17 ans, les filles viennent toutes seules au centre de planning familial pour poser une foule de questions sur la contraception tandis que les garçons, de leur côté, viennent chercher à la sauvette des préservatifs. Cette démarche ne se fait jamais à deux, en couple. »
Les garçons ne s’intéresseraient-ils pas à la pilule et aux effets secondaires éventuels pour leur compagne ? « Je rencontre de temps en temps des ados qui s’intéressent aux effets de la pilule, qui s’interrogent sur le stérilet, mais c’est excessivement rare. Pour la plupart, la contraception, c’est l’affaire des filles. Seul le préservatif semble être vraiment de leur ressort ! »
Et pourtant, l’amour, cela se fait à deux. Comment faire pour que filles et garçons partagent les préoccupations les plus élémentaires ? Comment faire pour que le monde de nos enfants ne soit pas aussi binaire ? Il faut décloisonner nos petits bouts le plus tôt possible.
« Aujourd’hui, explique Fabienne Bloc, on essaie de créer dans les maternelles des espaces de jeux où se mêlent camions, grues, voitures de police, dînettes, poupées, etc. Même effort du côté des cours de récré où les jeux de ballon prennent toute la place et les jeux à l’élastique sont relégués dans un coin. »

Orientation sexuelle : toujours taboue

Lutter contre les stéréotypes, c’est permettre aux filles comme aux garçons, sur le plan de la sexualité, de s’autodéterminer soi-même. Mais à l’âge de l’adolescence (et à tous les âges, d’ailleurs), c’est très dur de supporter d’être décalé par rapport aux autres, surtout quand il s’agit de l’orientation sexuelle.
Fabienne Bloc accompagne des jeunes qui choisissent de sortir avec des personnes du même sexe. « Certains se paient la double peine, observe-t-elle, quand la personne choisie est d’origine africaine ou maghrébine, par exemple. D’ailleurs, on note beaucoup de suicides, particulièrement du côté des garçons pour lesquels c’est toujours difficile de vivre en dehors des codes de la virilité classique, même si cela ne se voit pas toujours à l’œil nu. »

Respect : la grande confusion

Mais la sexualité de nos ados au quotidien trébuche encore souvent sur des gros clichés. Avec notamment cette difficulté rencontrée chez de nombreuses filles confrontées à une demande du garçon qui ne leur plairait qu’à moitié. Combien ne sont-elles pas à s’interroger : « Faut-il accepter ou refuser ? Et si, en disant non, le gars me laissait tomber ? Si j’interdis telle ou telle pratique, il allait voir ailleurs ? ». Tiraillées entre l’envie de garder leur conquête et la crainte de passer à l’acte, elles hésitent.
« Il y a encore trop de filles qui se forcent à faire des choses qu’elles ne souhaitent pas. Or, faire quelque chose qu’on n’aime pas, ce n’est pas offrir de l’amour et c’est surtout manquer de respect vis-à-vis de soi-même, nous explique la psychologue. Et c’est bien de ça qu’il s’agit quand elles viennent déposer leurs doutes au centre de planning familial, même si elles ne prononcent pas le mot respect en tant que tel. On essaie alors de les amener à verbaliser, à faire le lien entre leur bien-être et l’idée de se respecter. »
Curieusement, du côté des filles, il y a toujours une grosse confusion entre le respect de soi et l’égoïsme. « Le bien-être pour soi reste pour beaucoup de filles quelque chose d’égoïste. Il y a toujours cette idée ancrée dans leur tête que faire quelque chose pour soi, c’est un peu honteux, c’est ignorer l’autre », observe Fabienne Bloc.
Et le respect, côté garçons ? « Le respect serait de laisser la fille prendre son temps, tout son temps, mais la norme est encore pesante et si certains s’arment de patience, ils finissent toujours un moment donné à vouloir que la fille ‘arrive quand même à ça !’. Par contre, ils peuvent être très préoccupés de faire plaisir à leur compagne. Ce n’est peut-être pas toujours avec l’idée du reste, mais c’est déjà une attention portée à l’autre », conclut la psychologue.

Intimité : à nu

La sexualité n’a plus rien d’intime aujourd’hui. Sans doute parce que ce monde exhibitionniste qui s’étale à longueur de journée sur tous les écrans au vu et su de tout le monde a contaminé la sexualité, dernière bulle de l’intime.
« Je l’observe dans les classes, décrit Fabienne Bloc : la sexualité est mise tout le temps sous le regard de l’autre. ‘Alors, tu l’a fait ?’, interrogeaient l’autre jour des ados, en accueillant l’un d’entre eux, curieux de savoir comment cela s’était passé. Les jeunes balancent entre l’intime tabou et l’intime totalement dévoilé. Les parents, sont eux aussi dans ce mouvement parfois un peu excessif : ou ils veulent tout savoir et sont alors dans le contrôle, ou ils ne veulent rien savoir parce qu’ils jugent que cela appartient à l’ado et le môme se sent esseulé ».
Comment trouver le juste milieu, comment montrer à l’ado qu’on est attentif à ce qu’il vit sans être indiscret ? Pour Fabienne Bloc, « les parents peuvent parler de sexualité sans parler de sa sexualité. Il faut créer un espace pour cela, au même titre que celui qu’on met en place pour échanger, par exemple, sur les grandes questions d’actualité. Et si le jeune commence à se laisser emporter par trop de confidences au risque de le regretter ensuite, le parent peut l’arrêter en lui disant qu’il ne veut pas faire d’intrusion dans son intimité mais qu’il est prêt à l’aider à trouver des réponses à ses questions si c’est nécessaire. »

Myriam Katz

Ils en parlent...

Pas de Spiderwoman

Ma fille Adla aimerait jouer à Spiderman ou à l’épée avec les garçons, mais ils la renvoient aussi sec en lui disant que ce sont des jeux de garçons et qu’elle n’a pas le droit de jouer avec eux. Pas sûr que les filles ont la même réaction avec leurs poupées et leur dînette !
Cédric, une fille 6 ans

Chacun son truc

Moi, j’ai beau donner des voitures à ma petite, elle préfère se raconter des histoires de maman avec ses bébés et ses peluches. Alors, quoi ? Peut-être que les filles ne sont quand même pas tout à fait comme les garçons, ce qui n’empêche pas l’égalité, hein ?
Samuel, une fille de 3 ans

Clichés

Vous pensez que les images machistes, c’est terminé ? Bien sûr que non. Ce matin encore, j’entendais une puéricultrice s’écrier devant une petite fille qui serrait très fort sa poupée contre elle : ’Oh, toi, tu vas être une bonne petite maman’. Peut-être qu’à l’heure de la piscine, ma fille aînée ne fera pas toutes ses longueurs et que le prof lui dira : 'C’est pas grave pour une fille !'.
Eva, deux filles de 3 et 6 ans

Même à l'école

J’ai l’impression qu’à l’école, on a tout fait pour maintenir mon aîné dans la filière scientifique quitte à le faire doubler alors que ma fille, on lui a conseillé de s’orienter vers la section sciences humaines. Le pire, c’est que tout cela se fait de manière inconsciente, pour le bien des jeunes.
Lisa, deux fils et une fille

Des adultes obtus

Les gosses sont souvent plus ouverts que les adultes. Quand mon plus jeune se déguise en princesse, les autres mômes ne disent rien, même pas les plus grands. Alors que les adultes s’étonnent pour les plus polis, ou ricanent, et j’entends la question qui court dans leur petite tête : 'Ton fils ne serait pas un peu pédé ?'.
Mathieu, deux fils de 8 et 10 ans

Prendre son temps

J’étais coincé entre deux mecs, je ne savais pas lequel choisir, alors j’ai pris mon temps en partant un an au Canada. C’était un peu : ‘Courage, fuyons !’,mais pour moi, c’était une expérience qui allait peut-être m’amener à savoir mieux ce que je voulais.
Barbara, 19 ans

 En savoir +

www.loveattitude.be propose la liste de tous les centres de planning familial près de chez vous.

Sur le même sujet

Sexualité : vers un retour à l’ordre moral ?

Jouissez sans entraves ?, un titre provocateur bien qu’accompagné d’un point d’interrogation pour cet ouvrage qui aborde l’histoire de l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Évras). Avec en toile de fond, cette interrogation : la résurgence des conservatismes ne risque-t-elle pas de remettre en question une certaine forme de libération sexuelle et ses droits acquis ? Réponse avec les auteurs, Fabienne Bloc, travailleuse psychosociale dans un planning familial laïque, et Valérie Piette, professeure d’histoire contemporaine à l’ULB.

 

Sexualité : laissez-lui le temps de la découverte

« De notre temps, on jouait au docteur. Aujourd’hui, on joue à la partouze ». Provoc ou réalité ? Le préado n’a-t-il pas toujours été attiré par les choses de la sexualité, même si les outils pour l’appréhender ont bien changé ? Jean-Pierre Lebrun, psychiatre, nous parle des conséquences de cette hypersexualisation de la société à portée de mains dans la vie quotidienne des enfants.