0/2 ans

Snifs... de 1 jour à 6 mois

C’est la période un peu dure où les nuits sont entrecoupées par les tétées ou les biberons. C’est la période des pleurs inexplicables, ou du moins ceux que vous ne parvenez pas à décrypter. C’est pas mal de petits tourments, mais vite oubliés, tant Bébé est craquant et vous épate, jour après jour, par ses nouvelles découvertes !

Snifs... de 1 jour à 6 mois

Snif, je crois que mon tout-petit confond les jours et les nuits ! Je suis vannée…

Au tout début, le nourrisson ne fait aucune différence entre le jour et la nuit.
On peut l’y aider en essayant, la nuit, de le nourrir dans le plus grand calme possible, c’est-à-dire sans lui parler, en le changeant avec délicatesse et en faisant en sorte que la lumière soit tamisée... Par contre, les siestes peuvent, les premières semaines, se faire en dehors de la chambre, au milieu des bruits de la maison et à la lumière. C’est vers 8 à 10 semaines que votre petit commence à distinguer la nuit du jour. Il peut alors réintégrer sa chambre et faire sa sieste dans son lit et dans la pénombre.

La solution de Sabrina
« Pour mon deuxième enfant, j’ai opté pour le lit « side-car », placé tout contre notre lit et ouvert sur le côté (ndlr : s’achète dans tous les magasins de puériculture). Le passage de l’un à l’autre est très facile tout en préservant l’espace de chacun. Je ne devais plus me lever pour allaiter et, après chaque tétée, je glissais mon petit à nouveau à sa place. Je sais, tout le monde n’est pas pour le cododo, mais moi, ça m’a sauvée. Au bout de cinq mois, chacun a rejoint sa chambre. »

À 3 mois, Adèle a déjà plein de doudous, mais on m’a conseillé de ne pas les mettre dans son lit. Snif !

Ils sont bien mignons, tous ces doudous et peluches. Mais pour prévenir tout risque d’étouffement, mieux vaut ne rien laisser dans le berceau du nourrisson. Même conseil pour la literie : ni oreiller, ni édredon, ni contour de lit. Et pour qu’il dorme vraiment dans le confort et en toute sécurité, couchez-le sur le dos, mettez-lui un pyjama chaud selon la saison avec une couverture légère et chauffez la chambre à 20°C les tout premiers mois, pour ensuite brancher le thermostat sur 18°C.

La solution d’Alice
« J’ai remisé les doudous dans un tiroir le temps que mon tout-petit grandisse et commence à pouvoir agripper des objets. On m’a dit qu’il pouvait agripper un hochet dès 4 mois. Chouette ! En attendant, pour le calmer et l’inviter à s’endormir, mon pédiatre m’a conseillé de recréer les sensations qu’il a vécues durant la grossesse : le porter, le bercer, lui parler doucement pour le rassurer… et ça marche ! »

Snif, ma mère me dit que je vais pourrir mon petit parce que je le prends dans les bras dès qu’il pleure. Il n’a que 2 mois !

Mais qu’a-t-il d’autre, ce petit bout d’homme, pour exprimer sa faim ou sa douleur ? Un bébé pleure en moyenne deux heures par jour (certains peuvent pousser la performance jusqu’à trois heures !) et c’est normal. Reste à tenter de décoder le cri pour le sein de celui pour le lit. Pour Brazelton, célèbre pédiatre américain, il y aurait six pleurs différents : celui de la faim, bien sûr, mais aussi l’ennui, l’inconfort, les coliques, le défoulement en fin de journée et la douleur. Munis d’une bonne dose de bon sens et d’intuition, vous aurez vite compris le langage des pleurs de votre tout-petit. Il continue à hurler alors que vous lui donnez à manger ? Peut-être a-t-il tout simplement envie de sucer sa tétine ou de se faire bercer, chouchouter. Un enfant de 3, 4 semaines peut attendre avant d’être nourri.

La solution de Félix
«On a tout essayé : lui donner à manger, changer son lange, lui mettre une douce musique, le porter tout contre soi… rien n’y changeait. Le pédiatre nous a expliqué que ces pleurs du soir aident le petit à se décharger des tensions accumulées au cours de la journée. Très bien, mais nous alors? Le pédiatre nous a suggéré de poser l’enfant doucement dans son lit, d’éviter toute source de stimulation (paroles, musique, etc.) et de le laisser chercher son propre réconfort. En rajoutant : ‘Aucun bébé n’est tombé malade de trop pleurer !’ Ces paroles simples m’ont définitivement apaisé.»

Je la chatouille, elle rit aux éclats, tend ses mains vers mon visage. J’en ai la larme à l’œil. Snif, c’est si bon !

Elle vous regarde droit dans les yeux, vous adresse des gazouillis et semble vous faire des signes pour vous inviter à vous rapprochez d’elle. C’est l’âge où elle prend plaisir avec les caresses, les massages tout en découvrant, petit bout par petit bout, son corps. Tantôt ses doigts, tantôt son pied et pour mieux le sentir encore, elle le porte à sa bouche pour en sucer les orteils. Bref, ellel fait tout pour attirer votre attention.

Le plaisir de Cédric
« Tout devient plus harmonieux vers 4-5 mois. J’aime cette période où ma petite découvre tout ce que peut faire ses mains. C’est son premier jouet en somme ! D’ailleurs, elle adore les jeux musicaux sur lesquels elle peut répéter un nombre incalculable de fois le geste qui fait ‘pouêt’. C’est sa manière de vérifier que ses mains lui obéissent bien. »

Myriam Katz

En pratique

SAUVEZ VOS NUITS !

  • Certains pédiatres proposent le berceau dans la chambre des parents pendant les six premiers mois de la vie. Une solution qui aurait un effet rassurant sur l’enfant et sur les parents.
  • Les bruits de votre nouveau-né vous empêchent de dormir ? N’hésitez pas à l’installer dans sa chambre : votre sommeil est aussi important que le sien !

Help !

Aide pour mamans indépendantes

Si vous travaillez comme indépendante, que vous attendez un enfant ou que vous venez d’accoucher, vous avez droit à 105 titres-services gratuits pour vous offrir une aide pour le ménage, la préparation de repas, les courses, etc. Ces chèques, valables huit mois, ne peuvent cependant pas être utilisés pour payer la garde des enfants. La demande doit être introduite auprès de votre caisse d’assurances sociales entre le 5e mois de la grossesse et la 6e semaine qui suit l’accouchement.

Sur le même sujet

De 1 jour à 36 mois, 13 snifs de plaisir... et de déplaisir

Il y a des hommes (et des femmes aussi !) qui vous font du bien. C’est le cas de Samuel Greenspan, professeur de psychiatrie et de psychologie du comportement aux États-Unis qui, s’adressant aux parents, a écrit dans un de ses nombreux ouvrages : « Ce n’est pas de votre faute, mais la solution est entre vos mains ».

 

Snifs... de 6 à 12 mois

Le bébé se nourrit de lait, mais aussi d’amour, d’émotions et est fait pour établir des liens. Mais plus il grandit, plus le monde qui l’entoure l’intéresse. D’autant plus qu’il devient de plus en plus habile de ses mains, qu’il commence à bien s’asseoir et que d’ici quelques semaines, il filera - à quatre pattes ou en glissant - à l’assaut du monde.

 

Snifs... de 12 à 18 mois

Comme votre petit a de plus en plus d’assurance, il se risque à de nouvelles expériences physiques dont la marche, ce qui n’est pas rien. Il s’intéresse aussi à la musique, aux albums illustrés, aux poissons qui nagent dans un aquarium. Et surtout, surtout, il vous donne plein de câlins et de bisous…

 

Snifs... de 18 à 36 mois

C’est l’âge des records visibles à l’œil nu. Les premières marches, la première course, les premières phrases… Ce n’est plus un bébé, et il nous le fait sentir. Encore un tout petit peu grandir - particulièrement entre 2 ans et demi et 3 ans - et il s’en ira à l’école.