0/2 ans

Sourire, gestes, pleurs... écoutez, votre petit vous dit des choses

Le développement du langage chez l’enfant commence durant la première année, déjà. Que ce soit avec des regards, des gestes, des sons ou plus tard des mots, les bébés communiquent avec leurs parents et se font comprendre comme ils peuvent. Témoignages.

Sourire, gestes, pleurs... écoutez, votre petit vous dit des choses - www.freedigitalphotos.net

1 jour à 5 mois : des regards et des pleurs

Étia est encore un petit bébé. Elle ne parle pas encore, ne babille pas encore… Mais ça ne l’empêche pas pour autant de se faire comprendre. À 3 mois, cette petite communique déjà très bien avec ses parents comme en témoigne son papa Jean-Marie : « On a rapidement compris que notre fille pleure pour trois raisons. Si elle a besoin de manger, d’être changée ou de dormir. J’avoue que je n’arrive pas toujours à la comprendre, mais sa maman arrive à reconnaître chaque façon de pleurer. »
Durant la période pré-linguistique qui correspond généralement à la première année, le bébé réalise très vite que ses cris et ses pleurs font apparaître papa ou maman pour s’occuper de lui. C’est sa façon de communiquer avec ses parents. À côté des pleurs et des cris, le bébé transmet également son émotion par des regards, des sourires ou des gestes.
Pour Mélissa, maman depuis neuf mois d’une petite Coralie, « dès la naissance, tout passe d’abord par le toucher et les regards. Elle pleure pour nous dire que quelque chose ne va pas. Ensuite, elle s’est mise à sourire et à rire quand elle était heureuse. »
Pourtant, ce n’est pas toujours simple de comprendre son tout-petit : « Parfois, quand Hugo montre un objet, on ne sait pas ce qu’il veut. Qu’on lui montre ? Qu’on lui donne ? Qu’on lui explique ? Au final, à ce stade, c’est l’intuition parentale et l’interprétation qui permettent de comprendre », explique Laura. Même plus tard, la communication non verbale reste importante.
Chez les Celli, si la communication non verbale n’est plus nécessaire, elle permet tout de même de partager des moments privilégiés parents-enfants. « Kezia a 4 ans et même si elle parle très bien et dit clairement ce qu’elle souhaite, on a tout de même conservé quelques gestes et attitudes pour des moments particuliers… Un geste avec le doudou pour dire qu’elle veut aller au lit, un cœur avec les mains pour dire : ‘Je t’aime’, un petit signe pour demander un bonbon… Tous ces moments n’ont pas besoin de mots pour être partagés avec elle », explique Valéry, le papa.

6 mois à 18 mois : ça babille

Après les pleurs et les cris, le bébé commence à faire des vocalises, mais ce n’est qu’après l’apparition des consonnes qu’on parlera de babillage. C’est donc vers 6 mois que le petit commence à parler en « bababa », « gueguegue ». Il faut savoir que le babillage est propre à chaque langue puisqu’il découle de celle parlée par les parents.
Dès 6 mois, les spécialistes peuvent donc reconnaître la langue maternelle d’un enfant rien qu’en écoutant les sons qu’il produit. C’est donc une étape très importante dans le développement du langage chez l’enfant qui lui permettra de prononcer son premier mot, comme en témoigne Christelle, maman de Noah, 16 mois : « Noah ne parle pas encore avec de ‘vrais’ mots mis à part ‘papa’ ou ‘maman’, mais il papote énormément. Depuis un mois, il met des intonations dans ses babillages et fait des gestes pour se faire comprendre. C’est donc de plus en plus facile d’échanger avec lui. »
Pour Estelle, c’est un jeu de devinettes permanent avec son petit Arthur de 15 mois : « Il baragouine quelques sons pour se faire comprendre mais ce n’est pas toujours évident. Par exemple, il dit souvent ‘yette’ en montrant le chat qui s’appelle Minette. On en déduit donc qu’il appelle le chat, mais ce n’est pas toujours simple d’identifier les sons et de les comprendre. »

18 mois à 36 mois : un mot par heure

Généralement, on considère qu’à partir de 1 an, un enfant apprend une cinquantaine de mots en six mois. Ce n’est que vers 1 an et demi qu’on observe une accélération du rythme d’apprentissage. Les professionnels parlent "d’explosion lexicale". À cet âge-là, les petits apprennent un nouveau mot par heure d’éveil. Ça a été le cas pour la petite Kezia : « À partir de 1 an et demi, tout est allé très vite et elle a beaucoup progressé. Elle comprenait pratiquement tout ce qu’on lui disait et se faisait très bien comprendre. À partir de 2 ans, on a pu commencer à avoir de réelles conversations avec elle. Elle posait beaucoup de questions, attendait les réponses, y réagissait... C’est vraiment agréable de savoir exactement ce qu’elle pense », explique Valéry.

3 ans et + : de vrais petits conteurs…

Vers 2 ans, les enfants commencent à combiner des phrases et à apprendre la grammaire. Mais, c’est réellement vers 4 ans qu’ils vont pouvoir organiser leurs paroles comme un récit. Enfin, à 5 ans, on considère qu’un enfant parle quasiment comme un adulte même s’il continuera à développer son vocabulaire tout au long de sa vie.

Sophie François

ACTU

Quand mon bébé commence-t-il à me comprendre ?

Une étude, publiée en février 2012 par des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, démontre qu’à partir de 6 mois, les enfants comprennent déjà la signification de nombreux noms communs au lieu de simplement reconnaître des sons. Auparavant, on pensait que la compréhension des mots arrivait plus tard, entre 9 et 15 mois, quand les bébés développaient la capacité d’interpréter les buts et les intentions des adultes. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont présenté des ensembles de photos à des bébés âgés de 6 à 9 mois. Ils ont constaté que lorsque les parents des bébés nommaient une de ces photos, les tout-petits dirigeaient leur regard vers la bonne image. Cette expérience indiquerait que, contrairement aux croyances, les bébés peuvent déjà saisir les intentions des adultes dès 6 mois ou qu’ils peuvent apprendre des mots bien plus tôt que ce qu’on l’on a cru.

Sur le même sujet

Votre bébé vous regarde-t-il quand vous lui parlez ?

Déjà tout-petits, nos enfants nous comprennent et veulent se faire comprendre. Pourtant, certains enfants éprouvent des difficultés à communiquer et, en tant que parents, nous ne savons pas toujours comment réagir. Christelle Maillart, docteur en logopédie à l’Université de Liège, nous donne quelques pistes pour détecter ces problèmes de langage chez les petits.

 

Le langage des pleurs

Les bébés nous disent beaucoup de choses sur ce qu'ils ressentent et ce qu'ils vivent tant à la crèche qu'à la maison. Ils ne peuvent évidemment pas encore le dire avec des mots. Alors, ils le manifestent dans leurs sourires, leurs pleurs, leurs comportements face à la nourriture, leur sommeil, leur agitation ou leur trop grand calme.

 

Bébé pleure… que me dit-il ?

La faim, la douleur, le stress, la frustration... Les motifs de pleurer ne manquent pas chez les tout-petits. Comment identifier les causes des pleurs ? Comment accueillir les larmes et apaiser bébé ? Rencontre avec le pédiatre Alain Bachy.