Vie de parent

Soutien scolaire :
Vous êtes 65% à souhaiter
du soutien scolaire gratuit à l’école

Il existe évidemment différents formules pour le soutien scolaire. A côté des cours de rattrapage organisés par l’école, vous trouvez aussi des écoles de devoirs ou des sociétés privées qui organisent des cours de remédiation. N’oublions pas non plus les cours de logopédies pour les plus jeunes compris souvent dans ce même budget. 

Soutien scolaire : Vous êtes 65% à souhaiter du soutien scolaire gratuit à l’école - Thinkstock

65% d’entre vous jugent que les écoles devraient être obligées de proposer des cours de soutien scolaire gratuit à l’école.

Seuls un tiers des personnes interrogées sont contraires à cette idée. Ça tombe bien : la Ligue, elle aussi, se bat à vos côtés pour l’intégration du soutien scolaire dans les missions de l’école. Mieux ! Pour que chaque enfant réussisse !
Notre dossier sur les coûts scolaires paru dans le Ligueur du 16 août 2012 révélait que le soutien scolaire pouvait coûter jusqu’à 650 € par an !
En attendant que l’école ait les moyens de remplir cette tâche essentielle, elle devrait au moins proposer un suivi individuel de l’élève, libre aux parents de choisir cette formule ou non. Avec quelques nuances, cette idée est soutenue, que vous soyez Luxembourgeois ou Bruxellois, jeune ou moins jeune, homme ou femme.

Au secours, mon enfant se noie

Vous êtes 1 sur 8 à faire appel à du soutien scolaire.

Selon notre enquête, 1 parent sur 8 fait appel à du soutien scolaire pour ses enfants.   On peut imaginer que plus on monte dans les classes, plus le besoin d’un soutien scolaire se fait sentir avec sans doute un point d’orgue dans les 3 premières années de secondaire

Pourquoi un soutien scolaire

Ce qui nous  interpelle, c’est la raison pour laquelle vous faites appel à du soutien scolaire. Plusieurs réponses nous ont été données. Normal puisque vous pouviez cocher plusieurs fois…

75 % d’entre vous ont recours à du soutien scolaire pour leur enfant suite au « bon » conseil d’un professeur et 38% parce que l’enseignant l’aurait imposé.

Ces chiffres démontrent combien notre système scolaire souffre de profonds dysfonctionnements et met les enseignants en difficulté : le manque de moyens, une formation pas suffisamment adéquate et une pression  trop forte sur leur travail les contraint à déléguer le soutien scolaire à un acteur extérieur, alors que beaucoup de professeurs aimeraient sans doute pouvoir réaliser cette tâche eux-mêmes.

31% d’entre vous espèrent rendre confiance à l’enfant.

La meilleure façon d’éviter l’échec scolaire est de développer la confiance en soi chez l’enfant. Si les derniers résultats sont médiocres et s’additionnent, quelques cours de rattrapage peut aider l’enfant à reprendre pied…

24% d’entre vous veulent faire réussir l’enfant.

Qu’entend-on par réussir ? Sauver son année ? Ou être en tête de classe ? Si c’est ce dernier choix, on pourrait additionner à ces 24%, les 12% qui cherchent à avoir un premier de classe. Cela ferait 36% de répondants qui exigeraient de leur enfant des prouesses…

17% d’entre vous souhaitent préparer l’année suivante.

12% veulent que leur enfant soit le meilleur.

Ouf ! La course à l’excellence n’est donc pas trop largement partagée. Une aubaine car nos enfants souffrent déjà suffisamment de notre stress du petit matin aussi bien que du soir. Alors, si on rajoute à tout ça la pression pour les faire gagner la course à l’échalote…

Celui ou celle qui peut le mieux aider…

Vous êtes près d’1 sur 2 à préférer que ce soit un enseignant qui aide prioritairement votre enfant.

On dit que la confiance ne règne pas entre les profs et les parents. Et pourtant…
Les résultats, vous vous en doutez peut-être, varient fortement si vous êtes une femme ou un homme. Les hommes, sans surprise, sont plus de 2 sur 3 à préférer majoritairement (70 %) que ce soit un enseignant à l’école qui aide leurs enfants en cas de difficulté. Alors que seuls près de 1 sur 6 estiment que c’est leur rôle (ainsi que celui de leur conjoint ou d’un proche).

Vous êtes 1 sur 3 à vouloir que ce soit un des (beaux-) parents, un grand frère ou une grande sœur qui accompagne l’enfant à domicile.

En revanche, Mesdames, vous vous positionnez inversement : près de 1 sur 2 d’entre vous estime que c’est prioritairement votre rôle (ainsi que celui de votre conjoint ou d’un proche) d’aider vos enfants en cas de difficulté. Et vous n’êtes qu’1 sur 4 à souhaiter que ce soit un enseignant à l’école qui dispense le soutien scolaire à vos enfants.

Vous êtes moins d’1 sur 10 à préférer les écoles de devoirs et professeurs privés.

Michaël Verbauwhede

Sur le même sujet

Voyages scolaires et excursions :

Les voyages scolaires, excursions et classes vertes (ou de neige) sont souvent des opportunités en or  pour les enfants de s’ouvrir au monde. Pour certains, c’est parfois l’occasion unique d’aller à la mer ou au ski. Mais, parfois, l’addition est salée et certains s’inquiètent du risque de dérives, surtout en secondaire. Nous avons voulu en avoir le cœur net : quel est pour vous l’objectif des voyages scolaires ? 

 

Fournitures scolaires - Voyages scolaires - Soutien scolaire - Alimentation à l’école

Rappelez-vous : le 16 août 2012, nous avons publié dans le Ligueur une enquête sur les frais payés par les parents pour l’école de leurs enfants. Dans la foulée, nous vous annoncions le lancement d’une campagne Réduire les frais de l’école qui avait notamment pour but de sonder votre avis sur les frais demandés par votre établissement scolaire. La liste des fournitures est-elle exagérée ? Les voyages scolaires sont-ils trop chers ? Le prix de l’alimentation à l’école vous préoccupe-t-il ? Vous avez été 1 792 personnes à donner votre avis. Place à vos réponses !

 

Les fournitures scolaires : vous êtes 54 % à refuser de payer les manuels scolaires

Les fournitures scolaires regroupent le petit matériel (des crayons aux cahiers en passant par la calculatrice), les revues et manuels scolaires, bref, les outils pour suivre les cours. Différentes questions vous étaient posées, pour sonder à la fois votre avis sur la liste des fournitures scolaires (exagérée ou non ?) et ce qu’il faudrait mettre en place, selon vous, pour améliorer le système.

 

Hyper-parents... enfants super : l'école

La crise économique n’a fait qu’amplifier un sentiment partagé par beaucoup de parents : pas toujours simple pour nos jeunes de trouver leur place dans la société. Cela signifie-t-il que l’on doive toujours être dans les meilleurs, écraser les autres pour faire son trou ? Faut-il être à cran comme parent ? Pratiquer le lâcher prise ? Rester observateur attentif ? Chacun a sa réponse à ces questions. Ses convictions. Mais l’école ? Doit-elle être le reflet de cette compétition, parfois acharnée, de ce « struggle for life » ou, au contraire, doit-elle aller à l’encontre d’une tendance générale à la compétition ou en appeler à d’autres moteurs comme la solidarité entre élèves ? Un débat sans cesse remis sur la table, à chaque nouvelle génération d’élèves.

 

Les points, source de stress

Pour le sociologue de l’éducation Pierre Merle (auteur de l’ouvrage Les notes. Secrets de fabrication, PUF), la notation, loin de représenter une simple question technique, est située au cœur de la pratique pédagogique. En Belgique comme en France, soutient-il, les notes sont trop souvent une source de stress et de démotivation.

 

Alimentation à l’école : plus de sodas à l’école : vous êtes 67% à être d’accord

La qualité de l’alimentation des enfants et des jeunes est un enjeu de santé publique. Près d’un adolescent sur cinq est en surcharge pondérale ou est obèse. L’école a un rôle à jouer à ce niveau. Les enfants y passent au moins la moitié de leur journée et y prennent des repas. Une nourriture de qualité à l’école les aide donc à être en bonne santé et à apprendre les bases d’une alimentation saine.

 

Réduire les frais de l’école, ça vaut le coût

Réduire les frais scolaires : nous avions promis de ne pas lâcher le morceau.  Engagement tenu !  Nous maintenons le cap vers un seul objectif : faire bouger concrètement les choses à l’échelle de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour diminuer les coûts scolaires dans toutes les écoles. L’enquête citoyenne que la Ligue des familles a menée, avec l’appui de l’institut Dedicated, donne une indication claire : 6 personnes sur 10 pensent que les frais de fournitures scolaires sont excessifs.

 

Les devoirs : à la maison ou à l’école ?

Nos enfants ont repris le chemin de l’école pour leur dernier trimestre de cours et vont, bientôt, être confrontés à des contrôles de fin d’année. Où vont-ils s’entraîner à réviser ? À la maison ? À l’école ? Ou dans une école de devoirs ? La question se pose pour tous même si, selon le niveau d’études, les exigences et les difficultés, les règlementations sont différentes. Petit état de la question.

 

Remédiation privée ou privés de remédiation ?

À Pâques ou en été, c'est la même question qui se pose : « Mon enfant doit-il suivre des cours de soutien ? » Des offres qui carburent à la publicité, il y en a pléthore. Pour tenter de s'y retrouver, le Ligueur s'est immergé l'été dernier au sein d'une initiative plutôt sympathique : Échec à l'échec. Proposée par l'association des Jeunesses scientifiques de Belgique, elle offre des cours à des prix abordables et met en avant sa vocation « sociale ».