Vie de parent

Spécial jouets 2017 : des idées à moins 15 €

Ils éveillent les sens

Hochet éléphant (Tikiri) Dès 3 mois

Tout en rondeur et doux au toucher, ce petit éléphanteau en caoutchouc 100 % naturel (le fameux latex issu de l’hévéa) nous a tapé dans l’œil. Nous l’avons déniché au salon Maison et Objet qui se tenait à Paris, ce mois de septembre. Un petit hochet avec un grelot discret à mettre entre les mains (et les quenottes) de votre tout-petit qui s’en servira pour développer sa préhension et ses sens. D’autres animaux de la savane complètent la gamme et se vendent séparément. 12 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

Ces jouets, faits de matériaux écologiques, sont fabriqués au Sri Lanka, dans des usines qui s’engagent à respecter les travailleurs. Preuve que les jouets Made in Asia ont toute leur place dans la hotte d’un saint Nicolas soucieux du jouet durable. À découvrir sur tikiry-toys.com

Balle Georges (Lilliputiens) Dès 6 mois

Impossible de résister à ce lémurien qui tient lieu de balle et qui nous fait les yeux doux : son côté rigolo et ses belles matières en tissu souple l’ont fait rouler jusque dans les pages de ce dossier. Jolie (parents et enfants devraient l’aimer, ce qui n’est pas toujours le cas), cette nouveauté est aussi bien pensée. La balle est facile à attraper grâce aux petits éléments (bras et queue touffue) qui dépassent. 12 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

La balle souple, ce grand classique pour nos petits, est souvent peu coûteuse. Petit plus, ici : oreilles, étiquettes et autres éléments cousus éveilleront d’abord les sens de votre bébé avant de l’inviter à ramper derrière la balle pour la rattraper, et ainsi développer sa motricité.

Pour faire comme maman et papa…

Poupon Mini bain orange (Corolle) Dès 2 ans

La famille des poupons faits sur mesure pour le bain s’agrandit et on s’en réjouit tant ce jouet permet aux jeunes enfants de faire comme si. Aujourd’hui, la gamme propose des mini-poupons de 20 cm plutôt que 30 cm encore plus faciles à emporter dans l’eau, qu’elle du bain, de la piscine ou de la mer, et qui sèchent tout aussi rapidement que ses aînés, pour le plus grand bonheur des parents. 15 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

Les vêtements et les palmes de ce mini-poupon ne sont pas amovibles, contrairement aux poupons plus grands. Normal : avant 2 ans et demi, on s’invente déjà des histoires, mais on ne s’amuse pas encore à habiller et déshabiller la poupée… Mais attention, ce jeu d’imitation va quand même très vite faire irruption dans l’univers de l’enfant dès l’âge de la maternelle. Signe des temps : ce mini-poupon est proposé en rose, bien sûr, mais aussi en rouge, en orange ou en bleu.

Tommy Tug Boat (WOW) Dès 2 ans

Nous avons un petit faible pour cette marque anglaise qui propose des véhicules totalement mécaniques et en plastique robuste. Cette année, nous nous sommes mis à quatre pattes dans le bureau pour tester ce petit bateau qui roule sur le sol (il faut faire tourner le bonhomme sur lui-même pour enclencher le mécanisme) et flotte aussi sur l’eau. Garanti anti-moisissures ! 15 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

Faut-il crier au loup face aux jouets en plastique ? Ils vieillissent pourtant souvent mieux que les jouets en bois quand il s’agit d’un plastique robuste et de qualité. Autre atout : les enfants ont un petit faible pour les jouets de ce type car ils sont plus réalistes.

Set petit déjeuner (Lidl) Dès 3 ans

Un grand classique du jeu d’imitation qui fait toujours mouche : cette mini-dînette en bois pour faire semblant de prendre son petit déjeuner. Avec un œuf, des croissants faits de différentes parties qui tiennent ensemble avec des velcros et qui sont faciles à séparer avec un couteau… en bois. Il refuse de manger sa tartine du matin ? Ce jeu peut vous aider à le sensibiliser à l’importance du premier repas de la journée. D’autres sets sont aussi disponibles avec fruits et légumes, viandes et poissons. 6 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

Une tendance, cette année : les grandes surfaces non spécialisées dans le jouet proposent désormais, elles aussi, leurs propres produits, en déclinant certains grands classiques comme ces aliments à couper. Que faut-il penser de ces jeux à tout petit budget ? Leur look et leur qualité égalent pratiquement ceux des originaux, vendus plus chers en boutiques. Mais ils épargnent votre portefeuille pour un jeu sympa limité dans le temps.

À découvrir, dans notre dossier jouets : des idées "gros" budget

Détruire… pour mieux construire

Magic Cube - Animals Friends (Geomag) Dès 18 mois

On vous prévient, ils ont quelque chose d’addictif, qui donne envie de les manipuler sans cesse, ces cubes en plastique magnétique. Une belle innovation pour un jouet vieux comme le monde qui développe dextérité et observation : sur chaque face figure une partie d’animal que votre petit·e reconstituera fidèlement… ou pas, pour en faire des animaux rigolos. Pratique : ces petits cubes se collent aussi sur le frigo ! 15 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

La marque suisse spécialisée dans les jouets magnétiques étend sa gamme avec ce jeu de construction pour les plus jeunes. Attention ! Les jouets aimantés ont toujours un certain coût, mais la plus petite boîte de la gamme est un jouet qui se suffit à lui-même.

Mon premier oiseau (Duplo) Dès 2 ans

Un cadeau à petit budget qui compte six grosses briques Duplo, ce qui est suffisant pour faire ses tout premiers pas dans l’univers du jeu de construction, qui développe de concert fine motricité et imagination. De quoi construire - avec vous d’abord, seul ensuite - le perroquet qui figure sur la boîte et bien d’autres oiseaux rigolos. 5 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

On le répète chaque année, le prix du jouet n’est pas nécessairement proportionnel au plaisir du jeu que votre petit en retirera. Idée sympa, suggérée par certains parents voulant freiner la fièvre de la surconsommation qui nous gagne tous, notamment au moment des fêtes : glissez ce mini-cadeau dans la hotte de saint Nicolas et profitez-en pour sortir du grenier le bac bourré de Duplo des aînés.

Origami - Bateaux sur l’eau (Djeco) Dès 6 ans

Toujours difficile pour nous de sortir du lot une nouveauté de la gamme bricolage de cette marque française tant elle se démarque par la qualité de son matériel, de ses illustrations et de ses explications. Notre coup de cœur : ces petits bateaux (quinze au total) en papier à plier puis à décorer avec des stickers. De quoi exercer la fine motricité de votre gamin·e. Magique : leur coque extérieure résiste à l’eau et peut voguer sur l’eau. 10 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

Ils sont rares, les bricolages 2 en 1 qui, plutôt que de prendre la poussière sur une étagère, peuvent ensuite servir de petits jouets. Autre bon point : le look de ces petits bateaux séduira autant les fillettes que les gamins.

Pour faire travailler ses neurones

Kapla Défi (Kapla) Dès 10 ans

Nous aimons ces jouets qui se recyclent comme ces célèbres planchettes en bois. Ce jeu de construction, qui n’a pas son pareil pour faire travailler imagination et dextérité, se mue en jeu de réflexion. Dans ce coffret : seize Kapla et douze cartes défis. Le but ? Reproduire avec les planchettes la structure dessinée sur chaque carte. Idéal pour faire travailler en même temps - ce qui est plutôt rare ! - ses neurones, son adresse et sa patience. On l’a testé : ce jeu où il ne faut pas avoir les mains qui tremblent est plus complexe qu’il n’en a l’air ! 14 euros

Ce qu’en pense notre journaliste

Sympa, ce jeu petit budget qui peut se jouer seul ou à plusieurs. À offrir à votre gamin·e qui a jadis passé des journées entières au beau milieu de ses Kapla. Et qui aujourd’hui, grâce aux cartes défis qui accompagnent les planchettes, peut aller plus loin dans la complexité avec ce jeu évolutif. Les planchettes peuvent aussi servir pour faire des constructions géantes à découvrir sur kapla.com

Anouck Thibaut

En pratique

Nos 5 conseils pour bien choisir un jouet

Faites plaisir à votre enfant en tenant compte de ses goûts, de ses souhaits. Et si vos goûts rencontrent les siens, c’est encore mieux.
Respectez l’âge conseillé dans ce dossier, sur la boîte (attention cependant aux pièges) ou par le marchand. En faisant grandir trop vite votre enfant, le risque est grand qu’il délaisse ce jouet pour toujours.
Variez les plaisirs et les types de jouets (jeux d’imitation, de construction, d’adresse, de bricolage, de société…), surtout avant 6 ans. Passé cet âge, les goûts de votre enfant se précisent, il est davantage attiré par certains jeux plutôt que par d’autres.
Épargnez votre portefeuille : les jeux les plus chers ne sont pas nécessairement ceux qui procurent le plus de plaisir. Toujours côté budget, pensez aussi aux jouets de seconde main, à dénicher notamment dans les bourses de la Ligue des familles. Toutes les dates via liguedesfamilles.be
Oubliez les jouets dits pédagogiques : comme nous le rappelons dans ce dossier, les apprentissages (éveil des sens, adresse, observation, mémoire, vocabulaire, stratégie…) découlent naturellement de tout jeu.

Pour ou contre ? 

Saint Nicolas : y croire… ou pas ?

Comme chaque année, le débat resurgit peut-être autour de vous : faut-il ou non laisser croire nos enfants à saint Nicolas ? Vaste question que nous abordons dans deux articles, en ligne sur leligueur.be : Faut-il les laisser croire à saint Nicolas ? Et  Y croire ou ne pas y croire… Avec des avis de psychologues et des témoignages de parents. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur la question via redaction@leligueur.be ou encore via notre page Facebook.

Sur le même sujet