Vie de parent

Stages annulés à Pâques :
les précisions de l’ONEM

Comme nous vous l’annoncions la semaine dernière, si vous devez garder votre enfant suite à la non-tenue d’un « stage » durant les vacances de Pâques, vous pouvez recourir au chômage temporaire corona. À la veille de ce week-end, l’ONEM a publié des précisions à cet égard.

Stages annulés à Pâques : les précisions de l’ONEM

Voilà donc la procédure telle que décrite par l’ONEM dans une nouvelle fiche explicative. Avant de rentrer dans le détail, l’ONEM plante le décor. « Les activités de jeunes (pour les jeunes jusqu’à l’âge de 18 ans inclus) ne peuvent s’organiser que pour maximum 10 personnes, sans nuitée. Par conséquent, il se peut que les colonies de Pâques ou d’autres formes de gardes organisées pendant les vacances de Pâques soient annulés par l’organisateur ou ne puissent se dérouler que dans des groupes qui sont plus petits que ceux qui étaient prévus initialement. »

Un dispositif a donc été pensé pour les travailleurs salariés confrontés à un problème de garde. « À la suite de l’annulation complète ou partielle d’une colonie de vacances ou d’un accueil extrascolaire organisé, le travailleur qui doit assurer la garde d’un enfant mineur avec lequel il cohabite pendant les vacances de Pâques, peut avoir droit aux allocations de chômage temporaire pour force majeure corona pour les jours où il assure la garde de l’enfant. »

Valable pour les inscriptions faites avant le 18 mars

L’ONEM précise que par annulation partielle, on entend le fait que des enfants se retrouvent désinscrits d’un stage parce que l’organisateur de l’activité a dû se conformer aux nouvelles normes plus restrictives.

Précision, « le travailleur peut seulement prétendre à ce droit si l’enfant était déjà inscrit le 18 mars 2021 au plus tard pour la colonie ou l’accueil extrascolaire organisé. »  Seul un parent peut faire usage de ce droit à la fois.

Vis-à-vis de l’employeur

Le travailleur qui veut fait usage de la procédure doit immédiatement en informer son employeur.

Le travailleur doit fournir à l’employeur « une attestation de l’annulation de l’inscription de la colonie de vacances ou de l’accueil extrascolaire délivrée par l’organisateur de la colonie de vacances ou de l’accueil organisé. Cette attestation devrait être prochainement disponible, elle le sera ici.

L’attestation permettra à l’organisateur de confirmer la date d’inscription de l’enfant et la raison pour laquelle l’accueil ne peut pas avoir lieu.

Sur le même sujet

Chômage temporaire corona: l’employeur n’a pas le choix

En cette fin mars, il a été décidé de prolonger la possibilité de recourir, pour les salariés, au chômage temporaire si les parents sont confrontés à une fermeture d’école ou de crèche pour raisons sanitaires. Cette mesure a même été élargie. Elle est aussi de mise lorsque des stages de Pâques par exemple ont été annulés. Certains parents nous rapportent que leur employeur s’y opposent. Ce n’est pas légal

 

Le chômage temporaire corona pour les parents est prolongé jusqu’au 30 juin

Bonne nouvelle pour les parents : si la classe de votre enfant, la crèche ou le centre d’accueil doit fermer car un cas de coronavirus y a été détecté, vous pouvez continuer à bénéficier du chômage temporaire corona pour les parents. Initialement prévu jusqu’au 31 mars, la mesure va être prolongée jusqu’au 30 juin.