3/5 ans6/8 ans9/11 ans

Stages : comment faire
le bon choix ?

Les congés de Carnaval approchent à grands pas... et vous n'avez toujours pas de lieu de stage pour vos gamins. Dans ce mini-dossier, on vous donne des clés pour faire le bon choix, en fonction de l’âge de vos enfants. De quoi déjà aussi anticiper les congés de Pâques.

Stages : comment faire le bon choix ?

En guise d’introduction, rappelons les buts d’un stage - des adresses en cliquant ici -  : les découvertes et l’apprentissage de la vie en collectivité, mais aussi l’amusement et la détente. Après tout, ce sont les vacances !

2 ans et demi à 4 ans

Des stages pour les petits, ça existe ?

Votre petit vient de rentrer à l’école maternelle ou le fera d’ici à la fin de l’année scolaire. Fini, le confort de la crèche durant les grandes vacances : cet été, place au casse-tête pour garder votre petit à la maison ou le déposer chez les grands-parents. Et éventuellement, le mettre en stage l’une ou l’autre semaine. Vous êtes nombreux à vous poser cette question : existe-t-il des lieux qui accueillent les moins de 3 ans ? La réponse est oui, bien que ces stages ne soient pas légion : autant savoir et ne pas tarder pour les inscriptions. Dès 3 ans, par contre, l’offre devient plus importante.

Ce qui existe

► Grands classiques, pour les 2 ans et demi : les stages de psychomotricité, d’éveil musical ou artistique. Généralement organisés par de petites structures (association ou privé), spécialisées dans l’encadrement des tout-petits.
► Dès 3 ans, l’offre se diversifie : éveil à la motricité (voir www.adeps.be), initiation à la musique ou à l’art, multisports, découverte de la nature, bricolage… Des activités généralistes, souvent articulées autour d’un thème (pirates, cirque, petites bêtes…) et proposées par des asbl, les communes ou des structures privées. Des adresses, via notre site.
► Belle alternative : les plaines du Cemea, bien plus que de simples garderies, elles suivent les besoins et les envies des enfants, ces derniers étant partie prenante dans le choix des activités.
► Autre possibilité : les stages proposés par certaines écoles. Avantage : votre petit connaît déjà les lieux et même parfois les « dames » de la garderie. Et y retrouvera des copains.

NOS CONSEILS

► Renseignez-vous auprès des responsables du stage à propos de l’organisation de la journée, des objectifs pédagogiques, de l’encadrement, des lieux…
► Important à tout âge, mais encore plus avec de jeunes enfants : des stages agréés par l'ONE. Celui-ci indique que les organisateurs s’engagent à remplir certains critères (animateurs qualifiés, respect du rythme de chaque enfant, miser sur le plaisir et la détente sans chercher la performance et le résultat…).
► Bon à savoir : certains stages pour les petits se font à mi-temps (le matin ou l’après-midi). Tandis que d’autres sont intergénérationnels, les (grands-)parents accompagnant l’enfant.

 4 à 6 ans

Je le laisse choisir son stage ou je choisis pour lui (elle) ?

À cet âge, les goûts de votre enfant pour une activité plutôt qu’une autre s’affinent : il est capable de dire que, cet été, il préférerait faire du bricolage et non de la musique, des marionnettes ou de la natation. Des goûts qui peuvent - et qui vont - évidemment évoluer. Autant donc l’impliquer dans le choix du stage, pour autant que celui-ci soit réaliste.
Autre question : faut-il inscrire son enfant à un stage qui propose une activité qui colle directement à ses goûts et ses aptitudes ou, au contraire, qui en développe d’autres ? Peu importe, serait-on tenté de vous conseiller, pour autant que votre gamin(e) y prenne du plaisir : après tout, ce sont les vacances.

Ce qui existe

► À l’âge de la maternelle, les stages restent très généralistes, sans spécialisation dans une discipline. Une manière s’initier à la musique ou à l’art, au bricolage, aux sports de ballon ou d’autres activités sportives.
► Votre enfant aime tout particulièrement les animaux ? Certaines fermes pédagogiques proposent des stages pour les enfants durant les congés.
► Bon plan : certains stages pour les plus jeunes (via les associations ou les communes, notamment) mêlent plusieurs types d’activités. Du style piscine (le matin) et bricolage (l’après-midi).

NOS CONSEILS

► Certains lieux de stages proposent des garderies avant et après les activités, d’autres pas : il vous faudra alors récupérer vos enfants vers 16h30. Ces horaires ne sont pas compatibles avec ceux de votre boulot ? Une idée : dénicher un stage près de chez les grands-parents afin qu’ils reprennent votre enfant en fin de journée. Mieux encore : ils pourraient même passer la nuit chez eux.
► Même si votre enfant raffole des stages parce qu’il aime bouger, faire des découvertes et avoir de nouveaux copains, gardez ceci à l’esprit : une telle semaine est fatigante, voire stressante, même pour les enfants les plus sociables. En effet, il leur faut chaque fois s’adapter à d’autres règles, d’autres animateurs, d’autres lieux… À vous d’alterner, si possible, les semaines de stage et celles plus tranquilles à la maison.

6 à 9 ans

Et s’il (elle) ne veut plus aller en stage ?

Suite à une mauvaise expérience, votre gamin a décrété que jamais plus il ne voulait aller en stage. Avant de l’inscrire à nouveau à pareille activité, prenez son problème au sérieux en tentant de voir ce qui lui a déplu. Les activités n’étaient pas intéressantes pour lui, voire ennuyeuses ? Il ne s’est pas fait de copains ? Le courant n’est pas passé avec les animateurs ? Préfèrerait-il rester à la maison et être plus au calme ? Autant de questions qui vous permettront de cerner son malaise et de choisir, avec lui, un lieu de stage qui lui conviendra davantage.
Et si cette question surgit en cours de stage ? C’est vous qui connaissez le mieux votre enfant, donc la réaction la plus adéquate pour lui. Certains gamins ont besoin d’être poussés dans le dos le matin et reviennent toujours ravis, le soir. D’autres partent toujours le sourire aux lèvres le matin : si son attitude change subitement, c’est probablement que quelque chose le chipote. À vous de tenter d’y voir plus clair : touchez-en un mot au responsable du stage.

Ce qui existe

► Votre enfant grandit et ses goûts s’affinent encore : fini, les stages découvertes. Les thèmes se font plus précis et lui permettent de s’initier à de nouvelles disciplines, notamment artistiques. Pas mal pour tester une activité qu’il approfondira peut-être dès la rentrée, en extrascolaire.  
► Incontournable si votre enfant est sportif : les stages Adeps. Dès 6 ans, place à la découverte des grandes familles de sport, avant une éventuelle spécialisation au-delà de 9 ans.
Début des inscriptions : le 20 avril (internat) et le 27 avril (externat).

NOS CONSEILS

► Un piège à éviter : se servir des stages pour augmenter à tout prix les aptitudes et compétences de l’enfant en se disant, au passage, qu’avec ces activités, il sera mieux armé pour bien réussir à l’école. La tentation est d’autant plus grande que, aujourd’hui, certains stages sont très spécialisés, même pour les enfants de moins de 9 ans : initiation aux sciences, aux langues étrangères, à l’astronomie, à l’archéologie, à l’architecture…
Encore une fois, tapons sur le clou : les stages, c’est fait pour s’amuser ! Et tant mieux si des apprentissages en découlent.
► Parade pour les enfants timides ou pour ceux qui ne veulent plus aller en stage suite à une mauvaise expérience : proposez-leur de l’inscrire avec un(e) copain(e). Mieux encore : arrangez-vous entre parents pour les trajets afin qu’ils arrivent ensemble le matin.

9 à 12 ans

Et s’il (elle) prétend que les stages, c’est pour les bébés ?

Votre (pré)ado a décrété qu’il avait fait le tour des stages qu’il fréquente depuis la maternelle. Cet été, il l’a décidé : il préférerait rester à la maison, même tout seul. Ou alors, partir en stage de surf en France, comme son cousin. Un peu prématuré, selon vous. Même si vous savez que vos enfants ont besoin de souffler et même de s’ennuyer durant les congés (voir encadré), 9 semaines de vacances à la maison, c’est trop ! Pourquoi ne pas couper la poire en deux et passer un deal avec votre gamin ? Si vous sentez qu’il est prêt pour cela, vous le laissez seul à la maison durant une petite semaine, quitte à adapter un peu vos horaires de boulot ou à vous arranger avec les voisins ou les grands-parents pour qu’il aille dîner chez eux. Et vous cherchez avec lui un stage qui lui conviendra, voire l’épatera.

Ce qui existe

► Fini, le temps où les stages proposaient aux gamins du sport, de la musique, de la danse, de l’informatique ou du dessin. Les associations, les communes et autres structures privées rivalisent désormais d’originalité : zumba, skateboard, archéologie, photo numérique, hip-hop, spéléo, impro, sculpture… De quoi permettre à votre (pré)ado de découvrir de nouveaux horizons et sensations.
► Autre créneau : les musées et les centres culturels sont de plus en plus nombreux à proposer des stages en lien avec leurs collections, leurs expos ou leurs projets. Des activités qui allient souvent découvertes et expression artistique. Avantages : les gamins sont encadrés par des spécialistes, fins connaisseurs de la thématique, et peuvent profiter de l’infrastructure et des œuvres des lieux. Et parfois en visiter les coulisses.

NOS CONSEILS

► Votre (pré)ado rêve d’un stage d’équitation, de chinois ou de voile, mais son coût est trop important pour votre budget. Et si vous lui offriez enfin cette semaine en lui précisant que c’est aussi son cadeau d’anniversaire ?
► Sympa, surtout si votre enfant apprécie la vie en collectivité : les stages en externat, en Belgique.

Anouck Thibaut

Les parents en parlent...

De l’ennui au rêve

« Je croyais que Maya s’ennuyait à son stage parce que je la retrouvais très souvent affalée sur des grands coussins qui avaient été déposés dans un coin du local. J’ai dit mon inquiétude à l’animateur. Il m’a rassuré en disant qu’elle avait sans doute besoin de se poser et de laisser filer ses rêves. Et il a rajouté, à ma grande surprise, que l’ennui était bienvenu parce qu’il était un stimulant pour son imagination et un enrichissement pour son monde intérieur. À retenir ! »
Sandrine, maman de Maya, 4 ans

Bons plans pour le portefeuille

Des stages, il y en a pour tous les prix : de 40 à 150 euros (et plus) la semaine. Un chiffre qui grimpe encore pour les stages en internat. Un fameux budget, surtout si vous avez plusieurs enfants à inscrire durant plusieurs semaines.
À savoir, pour épargner votre compte en banque :

  • Le prix ne va pas de pair avec la qualité : un stage onéreux n’est pas nécessairement celui où votre enfant s’amusera le mieux.
  • Les stages proposés par les écoles et les communes sont souvent les plus économiques. Viennent ensuite les activités proposées par les associations, les musées ou les centres culturels et puis, enfin, par les particuliers ou les structures privées.
  • Les stages font partie des frais de garde qui peuvent être déductibles fiscalement.
  • Via son service My Kids&Holidays, La Ligue des familles négocie pour ses membres des réductions sur certains séjours et stages.

En pratique

  • Dans nos bons plans, on épingle pour vous des dizaines d’endroits de stages, pour tous les âges, à Bruxelles et en Wallonie. Vous voulez nous renseigner d’autres lieux ? Envoyez-nous un mail à redaction@leligueur.be
  • En plus du bouche à oreille, voici d’autres lieux encore pour dénicher un stage près de chez vous : l’école de vos enfants, votre administration communale, votre centre culturel ou votre mutuelle.
Sur le même sujet

Faut-il faire réviser mon enfant durant l'été ?

Les carnets de vacances ont la cote cet été. Faut-il vraiment faire réviser son enfant durant les grandes vacances afin qu'il ne perde pas ses bonnes habitudes ou qu'il se mette à niveau dans une matière qu'il maîtrise mal ? Des parents répondent.

 

Les grands-parents, disponibles à n’importe quel prix ?

« Louison est malade et, vendredi, il y a journée pédagogique à l'école des enfants.
- Téléphone à Mamy et profites-en pour lui dire qu'on aimerait prendre un petit week-end à deux les 25 et 26.
- Je ne sais pas si elle sera libre…
- Elle ne travaille pas, elle peut toujours s'arranger. Et puis, cela lui fait plaisir qu’on fasse appel à elle… »

 

My Kids& holidays : des stages pour tous les enfants

Quand les examens approchent, les grandes vacances ne sont plus bien loin. La Ligue des familles a pensé aux parents qui cherchent un lieu de stage pour leurs enfants cet été, avec My Kids&holidays.

 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus