Vie de parent

Sur fond de Covid,
des droits de l’enfant en mode 2.0

Ce n’est pas parce que le coronavirus fait des siennes que les droits de l’enfant doivent en pâtir. Fin novembre, comme chaque année, ceux-ci seront encore à la fête. Mais ce sera différent, dans un contexte où il s’agit de ne pas laisser tomber les bras.

Sur fond de Covid, des droits de l’enfant en mode 2.0

L’année dernière, le Festival 0>18 avait changé de nom. Il était devenu En Avant !, une injonction volontariste pour imprimer un nouveau ton à ce moment festif destiné à mettre les droits de l’enfant à l’honneur. C’est d’ailleurs aux alentours du 20 novembre que se déroule traditionnellement l’événement, date anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Crise sanitaire oblige, les (chouettes) activités proposées d’habitude un peu partout en Fédération Wallonie-Bruxelles ne peuvent avoir lieu. Qu’à cela ne tienne, les organisateurs de l’événement ont décidé de mettre en pratique ce slogan qu’ils ont adopté : « En avant ! ». « Il n’était pas question qu’on subisse la situation, nous voulions garder notre rôle d’acteur », explique Marie Grailet, chargée de projet à l’asbl Badje qui co-organise ce rendez-vous.

Rendez-vous virtuel et tranches d’âge

En avant donc, mais de façon digitale. Et le festival d’être rebaptisé de façon temporaire En Avant 2.0. Sur l’objectif général, rien ne change, il s’agira de sensibiliser et d'informer les enfants et les jeunes sur leurs droits. Sur la forme, c’est autre chose. Pas de spectacle ou de concert en salle. Pas de rencontre en « live ». L’événement consistera notamment en un rendez-vous virtuel le dimanche 22 novembre sur enavant2020.be. Attention, ce site ne sera disponible que le jour J, en attendant les renseignements se trouvent à l’adresse enavant.cfwb.be/.

« Ça vaut le coup. Surtout en ces moment de crise où les droits des enfants ne sont pas toujours mis au cœur des décisions prises. »

En quoi consistera ce rendez-vous ? On nous promet des ateliers en ligne participatifs, des tutos, des cours de danse, des initiations sportives, des podcasts, des contes ou encore des concerts. Ce sera en direct ou pré-enregistré. Les activités auront l’avantage d’être réparties dans des catégories en fonction des tranches d’âge (0-3 ans, 3-6 ans, 6-10 ans, 10-14 ans, 14-18 ans), certaines seront tout public.

Des droits de l’enfant malmenés par le Covid

« On ne sait pas vraiment quel sera l’impact de cette manifestation virtuelle, concède Marie Grailet. Mais on se devait d’être là. On perd ce contact humain qu’on aime, mais trouver une alternative, ça vaut le coup. Surtout en ces moments de crise où les droits des enfants ne sont pas toujours mis au cœur des décisions prises. »

En Avant 2.0 propose aussi un volet interactif. Point de départ, une question, toute simple : « Quelle est ta représentation des droits de l’enfant ? ». Les réponses pourront se concrétiser par un selfie, une photo, un dessin, une image de bricolage. L’ensemble devrait nourrir une expo, une œuvre collective pour l’année prochaine.

N’hésitez pas à aller jeter un œil sur la page Facebook de l’événement. Si le gros de l’événement se déroulera le 22 novembre, il se prolongera néanmoins jusqu’au 29 novembre.

T. D.

Sur le même sujet

À l’école des droits de l’enfant

Alors que les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme approchent, la question de l’éducation aux droits humains se pose. Quel est le rôle de l’école ? Comment sensibiliser les enfants à leurs droits et à ceux de leurs pairs ? Des acteurs de la société civile se mobilisent.

 

 

Les droits de l’enfant ont 30 ans, mais, au fait, ça veut dire quoi ?

30 bougies de soufflées depuis la création des Droits de l’enfant. Mais à hauteur des parents, qu’est-ce que cela veut dire ? Que leurs enfants ont tous les droits ? Que la société précipite le mythe de l’enfant-roi ? Ou alors qu’il faut faire autorité autrement ? Profitons de cet anniversaire pour revenir sur tous ces changements qui avancent petit pas par petit pas.