Vie de parent

Tension entre télétravail
et garde d'enfant,
une maman témoigne

Parmi les nombreux messages reçus de parents qui sont coincés entre le télétravail et la garde de leurs enfants, pour cause de coronavirus, nous avons eu l’attention attirée par celui de Mariem. Elle explique de façon claire, précise, sans pathos, les choix et les dilemmes auxquels sont confrontés certains papas, certaines mamans qui attendent une position du fédéral quant à l'instauration d'une indemnité parentale. Celle-ci leur permettrait de s’écarter temporairement de leur boulot, afin de s’occuper de leurs enfants, sans stress financier.

Tension entre télétravail et garde d'enfant, une maman témoigne

« Maman en télétravail avec enfants en bas âge. Je voulais vous faire part de ma situation. De notre situation. Car je m’inquiète pour les prochaines semaines. Je suis employée dans une société qui soutient les indépendants. Depuis le 16 mars 2020, je suis donc en télétravail dû au confinement qui nous est imposé.

C’était évidemment la meilleure solution pour respecter les mesures mises en place par le gouvernement tout en continuant à réaliser notre travail quotidien. Mais j’ai deux enfants, 3 ans et 18 mois. Vu leur âge, ils ne peuvent s’occuper seuls. Ils demandent beaucoup d’attention, mais aussi beaucoup de surveillance. Ils ne peuvent comprendre que maman doit travailler à la maison. Ils ressentent tout et l’expriment par des comportements plus que par des mots.

« Je me sentais tendue, dépassée par mon travail, épuisée... »

Mon mari travaille dans le domaine de la santé, il a habituellement un horaire lourd et travaille encore plus que d’habitude dans le contexte actuel. Il rentre rarement avant 19h. Je savais que ça allait être difficile de gérer du télétravail avec mes deux enfants, mais je l’ai fait. J’ai essayé. J’ai pris des résolutions, mis en place une organisation, j’ai « essayé » de ne pas leur faire ressentir le climat de tension qui est de gérer un travail, en plus du quotidien familial. Malgré ça, je ne pouvais travailler plus de trois heures, voire quatre, par jour (en fonction de leur sieste qui peut aller de 40' à 3 heures).

J’ai tenu une semaine. Je me sentais tendue, dépassée par mon travail, épuisée. Et les enfants aussi… J’ai ensuite suivi les recommandations de notre employeur : les parents qui ne peuvent gérer correctement le télétravail peuvent prendre des congés. L’employeur nous garantit que ceux qui auront pris des congés imprévus durant cette période pourront ajouter à leur compteur des congés sans soldes. J’ai donc pris une semaine de congé. Le temps de voir comment évolue la situation et de prendre du temps avec mes enfants, sans pression extérieure.

« Et après, qu'est ce qu'on fait ? »

Oui, mais après ? Et si le confinement se prolonge ? Je m’inquiète sur les solutions auxquelles je pourrai recourir. - Prendre des congés ? J’en aurai besoin pour le reste de l’année afin d’être présente pendant les congés scolaires de mes enfants. - Des congés sans solde ? Si financièrement, je peux me le permettre quelques jours, je ne peux pas me le permettre un mois ou deux.

De plus, il y aura répercussion sur mes droits sociaux, mais aussi sur mes congés (précieux et utiles) de l’année prochaine. Être sous certificat médical en le justifiant par l’épuisement ? Éthiquement et socialement, je ne le veux pas. De plus, quel regard porteront mon employeur et mes collègues sur cette absence prolongée ? Comment serais-je accueillie à mon retour quand « tout ira mieux » ? Je ne suis certainement pas la seule dans ce cas de figure. Je souhaite avoir des réponses, des avis. Et après, qu’est-ce qu’on fait ? »

Sur le même sujet

Coronavirus : l’idée d’une indemnité parentale défendue aussi en Flandre

Le combat pour obtenir une indemnité parentale pour les parents qui sont dans l’impossibilité de concilier télétravail et garde d’enfants a désormais un relais de poids côté flamand. Le Gezinsbond, pendant flamand de la Ligue des Familles, a décidé de supporter la revendication que celle-ci porte depuis bientôt deux semaines. Les deux associations viennent de lancer un communiqué commun.

 

Coronavirus : congés spécifiques pour les parents forcés de se mettre en congé, la Ligue insiste

La Ligue des familles revient à la charge sur la situation des parents qui sont confrontés à des problèmes de garde et sont obligés de se mettre en congé. À l’origine de sa réaction, la position du groupe des 10 qui rassemble patrons et syndicats. Une position où les parents, selon la Ligue des familles, sont oubliés.

 

Coronavirus : un revenu de remplacement assoupli pour les indépendants

Un peu d'oxygène pour les parents qui sont indépendants et sont frappés de plein fouet par la crise sanitaire. Ce mardi, en commission des Affaires sociales à la chambre, un assouplissement du revenu de remplacement les concernant a été voté. Ceux qui sont forcés d’arrêter leur activité pendant sept jours consécutifs pourront bénéficier de ce revenu. Normalement, il faut attendre un mois avant de profiter de celui-ci.

 

Confinement et congé spécifique des parents : une pétition est lancée

La Ligue des familles et le Gezinsbond passent la vitesse supérieure dans leur demande d’un congé spécifique pour les parents qui ne s'en sortent plus entre travail et garde des enfants pour cause de confinement. Les deux associations lancent une pétition.

 

Confinement et congé spécifique pour les parents : pétition cherche signataires

Un congé spécifique pour les parents par temps de confinement ? Les choses frémissent. La pétition de la Ligue des familles n’attend plus qu’un peu plus de 3 000 signatures pour remplir son objectif. Et une partie du monde politique semble de plus en plus réceptif à la chose. Le sujet devrait être sur la table ce week-end.

 

Congé parental spécial : des précisions

On s’est penché sur l’extension de la mesure annoncée, hier, par la ministre de l’emploi, Nathalie Muylle. Cette mesure « Covid-19 » d’abord réservée aux familles monoparentales va donc s’élargir à toute une série d’autres parents. Mais elle reste restrictive, notamment parce qu’elle se base sur « le congé parental classique » qui exclut déjà beaucoup de parents. Explications.