Vie de parent

Tourisme de mémoire : quelles visites avec les enfants ?

Deux anniversaires, en 2014 : le centenaire de la Guerre 14-18 et les 50 ans des accords d'immigration que la Belgique a signé avec le Maroc et la Turquie. Deux commémorations qui se déclinent en une foule d'expos et d'animations. Des idées à glisser - pourquoi pas ? - à l'oreille des grands-parents, s'ils s'occupent de leurs petits-enfants durant les congés de Pâques.

Tourisme de mémoire : quelles visites avec les enfants ? - @ In Flanders Fileds Museum

La Grande Guerre : le centenaire

Pourquoi ne pas profiter des congés de carnaval - et de ceux de Pâques, dans la foulée -, pour déjà visiter ces lieux avec vos enfants, que ce soit chez nous ou dans le nord de la France ? Un événement trop sérieux, trop tragique ou trop lointain dans le temps pour être abordé en famille, pensez-vous peut-être ? Oui, mais combien instructif si vous accompagnez l’enfant de vos commentaires. Un conseil pour rendre ces événements du passé plus proches de vos jeunes : faites le lien, si c’est possible, avec votre histoire familiale et celui d’un aïeul concerné par la Grande Guerre…

Des visites sur les lieux de mémoire

Le dossier de l’Actu jeunes nous le rappelle : le Front ouest et ses fameuses tranchées traversaient la Belgique et le nord de la France. Des lieux qui, 100 ans plus tard, sont toujours chargés d’histoire… et qui se visitent !

En Belgique…

● Ypres : le Musée In Flanders Fields retrace l’histoire du conflit, mais aussi celle de cette ville à deux pas des tranchées, qui fut incendiée, bombardée et presque entièrement détruite durant la guerre. Avec une foule d’objets, de documents, de témoignages... Du haut du beffroi, on peut jeter un coup d’œil sur les lieux qui, jadis, n’étaient que champs de bataille. Dès 8 ans.

● Ploegsteert (Comines-Warneton) : le centre d’interprétation de la Première Guerre mondiale permet d’en savoir davantage sur la guerre de position dans les tranchées ainsi que le quotidien des soldats. Une visite à combiner avec une balade dans les environs à la recherche des nombreuses traces du conflit, encore bien visibles aujourd’hui. Dès 8 ans.

● Mons : avant le lancement officiel des commémorations cet été (le 23 août, date de la bataille entre les armées britanniques et allemandes), deux propositions :

  • Une promenade sur les traces des lieux de mémoire à Mons et dans les environs. Avec, pour vous accompagner, un guide du champ de bataille, à télécharger.

… et en France

● Péronne (à environ 1 heure de Mons) : on a retenu pour vous l’Historial de la Grande Guerre, particulièrement adapté à une visite avec les enfants (carnets, animation et matériel pédagogique.). Avec, depuis le musée, Le circuit du souvenir, qui permet de découvrir les champs de bataille de la Somme. Dès 4 ans.

● Visite avec MP3 : un principe génial pour vos ados qui traîneraient (un peu) les pieds, le téléchargement gratuit via le site web Zevisit des fichiers MP3 de lieux de mémoire liés à 14-18. Avec, chaque fois, des cartes et des bons plans pour loger dans les environs.

● Un autre site web encore : débordant d’adresses, d’infos, de documents historiques… sur les lieux de mémoire liés à 14-18 en France et partout dans le monde.
De quoi s’en aller explorer le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Champagne-Ardenne, la Lorraine et l’Alsace, les cinq régions de France les plus proches de chez nous. Et pour trouver un hébergement dans ces régions, surfez sur www.gites-de-france.com

Immigration en Belgique : 50 ans de présence marocaine et turque

Autre anniversaire. Il y a 50 ans, la Belgique signait des conventions bilatérales avec le Maroc et la Turquie. Plusieurs expos et lieux pour comprendre et revisiter l’histoire de l’immigration chez nous. Repères historiques pour ceux qui voudraient s’y retrouver par rapport à ces différents accords autour du « recrutement de main-d’œuvre » : les conventions avec l’Italie (1946), l’Espagne (56), la Grèce (57) ont précédé celles de la Turquie et du Maroc ; celles avec la Tunisie (69) les ont suivies.
La cantine des Italiens : ce lieu à La Louvière est un des derniers témoins de l’immigration italienne à partir de 1946. Dès 8 ans.
Red Star Line Museum : cet espace situé à Anvers se penche sur un autre pan de notre histoire. En effet, on oublie souvent que si la Belgique est une terre d’immigration, de nombreux Belges ont aussi quitté notre pays pour émigrer. Dès 8 ans.