0/2 ans3/5 ans

Un deuxième enfant ? Oui,
mais quand ?

Donner un petit frère ou une petite sœur à son aîné, en voilà une belle idée ! Mais à quel moment faut-il le faire ? C’est une question que bien des parents ont eu à se poser ou se posent. A priori, le timing n'est jamais bon, la faute à tout un tas de paramètres… ou de prétextes.

Un deuxième enfant ? Oui, mais quand ?

Valse-hésitations

Karine, 28 ans, maman de Manon (3 ans et demi) et Théo (5 mois). « Au début quand on a évoqué l'idée de faire un deuxième bébé avec Jonas, on s'est pris une soirée pour peser le pour et le contre. Il y avait des arguments dans les deux sens. On s'est dit O.K., on en reparle dans un mois. Ce que nous avons fait. Il y avait toujours du négatif et du positif, mais les arguments n'étaient plus les mêmes. Ça a duré sept mois comme ça. Et puis, on a dit stop aux prises de tête. On en avait envie tous les deux, de ce deuxième enfant, c'était suffisant comme argument ! »

Prête dans sa tête... pas dans son corps

Maud, 32 ans. « La question du deuxième s'est posée six mois après la naissance de Paul. J'en avais très envie, tellement la grossesse avait été une période magnifique. Mon gynéco m'avait dit que tout allait bien, qu'il n'y avait aucune contre-indication médicale. Finalement, on a décidé d'attendre encore, parce que je sens bien que, physiquement, je suis vraiment dans une période creuse. La fatigue accumulée depuis la naissance est vraiment encore très présente. » 

Le manque de place

Stéphane, 38 ans. « Un deuxième bébé, oui. Mais pas maintenant ! On a acheté un appartement deux chambres juste avant la naissance de Clara, il y a deux ans. C'est un sacré investissement pour nous qui n'avons pas de gros salaires. À quatre, je crois qu'on ne serait pas à l'aise. C'est pour cela que je n'envisage pas un bébé dans les mois à venir. »

Luc, 34 ans. « Nous n'avions pas vraiment pensé à avoir un deuxième enfant si tôt. Antoine est arrivé quinze mois après son grand frère. La maison où nous vivons n'est pas supergrande, mais nous nous sommes adaptés. Nous avions la plus grande des deux chambres, alors nous l'avons coupée en deux pour en faire les chambres des garçons. La nôtre est un peu plus petite désormais, mais au moins tout le monde a son espace. »  

Sacro-sainte voiture

Adrien, 27 ans, papa de Lise (1 an). « On habite à Bruxelles et on peut aller au boulot en transports en commun. Notre petite voiture est suffisante pour nous trois. Avec un peu d'astuce, on arrive à tout faire rentrer dans le coffre, même quand nous partons plusieurs jours et qu'il y a plus de bagages. Faire un deuxième enfant, pour moi, ça veut aussi dire qu'il faut changer de voiture. Financièrement, ce n'est pas possible aujourd'hui. »

Lucie, 28 ans, maman de Zoé (4 ans) et Lucien (15 mois). « Pendant un moment, c'est vraiment cette histoire de voiture qui nous a freinés, on n'avait vraiment pas les moyens d'en acheter une nouvelle, plus grande. On a fini par se dire que c'était complètement idiot comme frein. Aujourd'hui, on a deux enfants… et toujours la même petite voiture. Notre solution ? Toute simple : on loue une familiale pour les vacances. »  

Le travail

Julie, 31 ans, maman de Louise (6 ans). « J'ai eu Louise alors que je venais juste de terminer mes études, ça a été une parenthèse magnifique avant de me lancer dans la vraie vie professionnelle. J'ai un métier très prenant, avec beaucoup de responsabilités et un patron qui compte beaucoup sur moi. Mon mari voudrait un deuxième enfant mais, de mon côté, c'est non pour le moment. J'ai déjà du mal à combiner vie personnelle et vie professionnelle, alors je n'imagine pas l'enfer que cela pourrait être avec un deuxième enfant. »

Anne, 42 ans, maman d'Ambre (18 ans) et Hugo (2 mois). « Il y a presque 18 ans d'écart entre mes deux enfants et c'est entièrement la faute à mon travail ! J'ai décidé très vite de faire passer ma carrière avant tout. À 40 ans, quand j'ai voulu faire un bilan de ma vie, je me suis aperçue que je n'avais réussi qu'une seule chose : ma vie professionnelle. Le reste, j'ai à peu près tout gâché. J'ai divorcé deux fois, et surtout, je n'ai pas été la mère que j'aurais voulu être pour Ambre. Quand mon nouveau compagnon a émis l'idée de faire un bébé, j'ai dit oui tout de suite. Et pour ne pas faire les mêmes erreurs, j'ai démissionné de mon boulot ! »   

La jalousie de l'aîné

Charles, 39 ans. « Lucas a 3 ans, c'est un enfant difficile. Il est très jaloux, très possessif et se fâche facilement. Quand il fait des crises, il est vraiment compliqué à gérer. D'ailleurs, il n'y a qu'avec moi qu'il veut bien se calmer. Pour l'heure, je ne crois pas qu'il serait raisonnable qu'il ait un petit frère ou une petite sœur. Je pense qu'on va attendre encore un an ou deux pour que Lucas mûrisse un peu. »

Anaïs, 30 ans. « L'arrivée de Léane a été une source d'inquiétude pour nous. On se demandait comment Thibaut allait s'adapter. Pour que ça se passe bien, on a cherché des livres sur l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite sœur et on a essayé de répondre à ses questions le plus franchement possible. La naissance a été une vraie révélation pour Thibaut, il est devenu un grand frère très protecteur, très attentif à sa petite sœur. »

Romain Brindeau

POUR EN PARLER…

  • Le gynécologue et le médecin généraliste. Ce sont eux qui, normalement, vous connaissent le mieux. N'hésitez pas à leur poser toutes les questions qui vous passent par la tête.
  • Un architecte ou les copains bricoleurs. Parfois une idée simplissime résout à moindre frais un gros problème d'aménagement. Un peu plus à l'aise financièrement, vous pouvez également complètement repenser votre intérieur pour en faire le nid douillet de vos rêves.
  • La famille, les copains et les copines. Certains d'entre eux sont sans doute passés par là aussi. Discutez-en pour voir les trucs et astuces, les solutions que vous pourriez emprunter ou adapter à votre cas… et les erreurs à éviter.
  • Des livres. Pour les parents : Frères et sœurs, une maladie d'amour, Marcel Rufo, Librairie générale française / Le Livre de poche - 9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur, Catherine Dolto, Gallimard.
    Pour les enfantsBébé cadum, Stéphanie Blake, École des Loisirs - J'attends un petit frère, Marianne Vilcoq, École des Loisirs - L'arrivée de bébé, Flow Bassot, Les éditions d'à côté.
Sur le même sujet

Maison : comment l’aménager… pour la paix des ménages

Quelle place pour chacun dans une maison, un appartement ? Comment organiser l’espace pour qu’enfants et parents se sentent chez soi ? Entretiens croisés entre spécialistes de l’intérieur et psychologues.

 

Être l’aîné, pas si confortable !

Isabelle nous écrit : « Ma fille aînée qui a 6 ans et demi est persuadée que je préfère son frère âgé de 3 ans et demi. Depuis qu'il est né, sa vie semble être un enfer. Elle ne se lasse pas de lui dire qu'elle ne l'aime pas, voire qu'elle le déteste… ». L'aîné occupe une place de premier choix. L'arrivée d'un cadet ne va-t-elle pas mettre en péril cette place de choix ? Histoire d’une rivalité fraternelle vieille comme le monde…

 

Aîné performant et cadet rebelle

Existe-t-il des traits de caractères propres aux aînés et aux cadets ? « Oui ! » répond le pédiatre Marc Sznajder en se basant à la fois sur ses observations, sur des témoignages de parents et sur des études scientifiques. À découvrir dans l’ouvrage Les Aînés et les cadets aux Éditions Odile Jacob.

 

Un enfant de plus… et la maison se réinvente

Toute nouvelle famille est une invention en soi. Et à chaque nouvel enfant dans la famille, ce sont de nouveaux aménagements à penser, de nouveaux repères à installer. Surtout quand les enfants y deviennent majoritaires et que les adultes se retrouvent minoritaires.

 

Comment lui expliquer l’arrivée d’un bébé

L’arrivée d’un nouveau-né implique un jeu de chaises musicales pour chaque personne du foyer, un glissement de rôle et de statut qui s’accompagne de diverses émotions, tant positives que négatives, de la part des enfants de la fratrie. Comment les parents peuvent-ils les aider à vivre au mieux ce type de situation ? Décodage avec Nathalie Nader-Grosbois, professeur en psychologie de l'UCL. 

 

Un deuxième enfant réinvente la famille

Un deuxième enfant, c’est une suite logique ou un véritable cataclysme ? L’arrivée d’un deuxième petit chou bouleverse l’équilibre familial pour recréer une jolie nouvelle famille.

 

Bientôt grand frère !

Même si elle a parfois été réclamée à cor et à cri, l’arrivée d’un petit frère (ou d’une petite sœur) est toujours un grand bouleversement pour votre enfant. Quelques conseils pour passer le cap en douceur, sans frustration ni jalousie.