Vie de parent

Un journal familial gratuit
pour les grands-parents isolés

L’opération a été lancée en début de ce mois et bénéficie déjà à 1 300 aînés isolés. Des Nouvelles de chez nous leur permet de recevoir un journal papier gratuit, chaque semaine, pour s’informer de ce qui se passe dans les branches de leur famille confinée.

Un journal familial gratuit pour les grands-parents isolés

« Parce que chaque contact fait du bien ». Voilà comment la Fondation Roi Baudouin a notamment justifié le lancement de cette opération destinée à permettre aux familles de conserver un lien avec les membres les plus âgés de la tribu. Surtout ceux qui ne sont pas au fait des nouvelles technologies et des réseaux sociaux.

► Comment ça marche ?

L’idée, c’est que enfants et petits-enfants participent à l’élaboration d’un journal en téléchargeant des photos et des textes sur une application ou un site. L’opérateur du site imprime le numéro et le livre au domicile du bénéficiaire. Aussi simple que ça.

► Comment on s’inscrit ?

 Il suffit de se rendre sur un formulaire disponible sur le site de la Fondation. Le rédacteur en chef du journal de la famille le remplit et la Fondation roi Baudouin lui fournit le code qui lui permet d’accéder gratuitement à l’application ou au site web de son choix jusqu’à la fin de l’opération, soit le 2 juin. Les sites sont gérés par des acteurs privés qui font un geste commercial et résilient l’abonnement après la phase gratuite co-financée par la Fondation.   

« Trois sites participent à l’action, précise Erika Racquet du service communication de la Fondation. De notre côté, nous finançons donc, mais nous intervenons aussi dans le choix des bénéficiaires sur base des motivations qui sont rédigées dans le formulaire par le rédacteur en chef du journal familial. »

► Et on peut s’inscrire jusqu'à quand ?

Les inscriptions pour cet appel se clôtureront le 23 avril prochain. Plus de 1 300 personnes, en profitent déjà. « Surtout du côté néerlandophone, nous glisse Erika Racquet. Dans le nord du pays, l’appel a été beaucoup relayé par des associations et même par des communes ». Une tendance confirmée par Tribu News, l'opérateur bilingue avec lequel travaille la Fondation.

Thierry Dupièreux

Zoom

Pour monter cela, la Fondation Roi Baudouin s’est donc mise en cheville avec trois opérateurs (Granniedays, Famileo et Tribu News). Granniedays est essentiellement néerlandophone, Famileo est francophone (cette startup a été lancée à Saint-Malo), Tribu News est bilingue.

D’autres start-up proposent le même type de produit, nous vous avions ainsi parlé de Neveo. Le confinement vécu pour l’instant donne à ce genre d'initiatives une visibilité qui ne sera pas sans retombées.

« De notre côté, l'essentiel, c'est de mettre en contact les personnes, assure Arnaud Cartier de Tribu News. Ce genre d'opération renforce le sens de ce qu'on a mis en place. On espère, à terme, que notre engagement soit connu, que le bouche-à-oreille fonctionne et que des gens recourent à nos services. Mais ce n'est pas l'élément moteur. »

Et Arnaud Cartier de partager un autre projet. « Pour l'instant, nous avons un système de 'parrainages' auprès de personnes isolées dans les homes. Des familles volontaires fabriquent un journal qui correspond à l'histoire, aux goûts de de cet aîné·e. Il y en a une trentaine pour l'instant. Clairement, là-dessus nous perdons de l'argent, nous y allons de notre poche. Mais nous tenons beaucoup à cette initiative inspirée par les témoignages de personnes, dans nos familles, qui travaillent dans des homes ».

Sur le même sujet

Confinement : papy et mamy en grand manque de leurs petits-enfants

Les grands-parents vivent mal l’éloignement. C’est une douloureuse évidence. Et s’ils vivent mal ce confinement, c’est surtout parce qu’ils ne peuvent pas retrouver la famille et, principalement, leurs petits-enfants. Un coup de sonde apporte son éclairage sur le sujet. Il met en avant « la détresse psychologique » que peuvent vivre ces papys et mamys victimes du confinement.

 

Nos aîné·e·s, entre Covid-19 et désespoir

On s’offusque, on verse des larmes, on a des idées noires, on se résigne… Autant d’émotions qui nous traversent en pensant à nos aînés cloîtrés depuis presque un mois dans leur chambre de leur maison de repos et de soins sans moyens de protection ! Retour sur une situation indigne que nous n’imaginions pas possible dans notre société.

 

Coude à coude : 8 initiatives solidaires

Elles bourgeonnent partout comme il se doit en ce début de printemps. Les initiatives positives et solidaires pour aider chacun à mieux vivre le confinement sont nombreuses et belles. Elles se construisent dans l’urgence. Pleines d’énergie stimulante, elles tentent de contrer solitude et tristesse. Elles créent du lien et donnent du sens. En voici quelques-unes, épinglées par les membres de la rédaction.  

 

Un journal solidaire pour les aîné·e·s isolé·e·s

Dorénavant, les résidents de certaines maisons de repos et les personnes isolées pourront recevoir la visite d’une personne. Pour les seniors qui disposent d’un réseau, c’est une excellente nouvelle. Pour tous les autres, l’isolement restera. Pour le rompre, Tribu News met en place un journal qui connecte une tribu volontaire et une personne isolée.