6/8 ans

Une chambre en ordre de rentrée

Les vacances sont passées. L’été a été super. On se remet doucement dans le rythme qui prépare la rentrée. On se couche tôt, on mange comme il faut. On se met en mode rangement, pourquoi pas en commençant par les chambres ? Le Ligueur s’est tourné vers Sophie Bascour, home organiser, pour des conseils pratiques et peu onéreux.

Une chambre en ordre de rentrée

S’occuper des enfants d’abord, c’est aussi une bonne excuse : on peut ainsi repousser le rangement des pièces qui nous concernent ! Plus sérieusement, ce qui est important avant la rentrée des classes, c’est non seulement de ranger mais aussi d’aménager la chambre de l’enfant. La méthode de Sophie Bascour s’articule autour de ces deux axes, mais elle précise, seulement après avoir procédé à un tri sans concession.
« Avant de ranger, il faut désencombrer et trier, c’est la base. Cela permet de dégager de la place, dresser l’inventaire de ses possessions et éviter les achats inutiles. Ensuite, se pose la question de l’aménagement, en tenant compte de quatre paramètres importants : l’âge de l’enfant, ses besoins et ses envies, l’espace disponible et… le budget. L’idéal est que l’enfant puisse se ressourcer et avoir envie de travailler dans cet espace ». Faire des économies, gagner du temps et attaquer l’année scolaire du bon pied : un rêve de parents.

Alors, on commence par quoi ?

Avec les plus petits, on trie les vêtements ensemble, préconise Sophie Bascour : « Sont-ils toujours à leur taille ? Que faut-il pour l’école ? Je conseille aux parents d’impliquer les enfants, leur apprendre les bons gestes afin que cela devienne une habitude, un réflexe ». Le plus simple est de tout sortir des armoires et d’essayer : transformez l’expérience en un défilé amusant.
« Tout ce qui est trop petit ou abîmé, il faut s’en séparer. Vérifiez les pointures des chaussures, sans oublier les fameuses sandales de gym, ainsi que l’état du matériel pour le cours de natation. Accordez de l’importance aux manteaux, même si l’arrivée de l’automne vous paraît encore éloignée ».
Et dans les cas ou des frères et sœurs plus jeunes auront le privilège d’hériter des effets de leurs aîné·e·s, la spécialiste propose de les remiser dans des caisses labellisées (nature, taille), avant de les stocker bien au sec à la cave ou au grenier.
Après les habits, on s’attaque aux cours et aux livres scolaires. Ici, mieux vaut respecter la loi, qui indique que lors de la validation des diplômes du CEB ou du CESS, le service général de l'inspection scolaire peut demander à consulter les notes de cours, interros et journaux de classe : ils sont à remiser précieusement jusqu’à ce moment.
« Si vous le pouvez, ne les gardez pas dans la chambre : vous pouvez les entreposer dans une caisse, poursuit la spécialiste. Conservez les diplômes et autres brevets à part dans une farde, après les avoir scannés et enregistrés numériquement. Procédez au tri des livres scolaires : pensez aux bourses ! Si votre école ne les organise pas, passez dans une librairie de seconde main ».
Compas, gomme, crayons et équerres "aristo" sont-ils restés dans la trousse, celle-ci est-elle en bon état ? « Dans ce cas aussi, évitez de racheter du neuf : en prenant le temps de ranger, on retrouve souvent du matériel que l’on croyait perdu. Ici, sans remords ni regrets, on jette ce qui est cassé ».
Enfin, soyez drastiques avec les jeux et jouets, les bouts de trucs ou les morceaux de machins dont on ne connaît même plus l’origine, recyclez les plastiques et liquidez les irrécupérables. C’est fou comme ça dégage…

Ils sont plus grands ?

C’est pareil, on passe par la case tri, dans le même ordre que pour les plus jeunes. « À la différence que, pour les ados, c’est l’occasion de superviser, de leur demander de vérifier eux-mêmes, de gérer leurs listes. Ici, les maîtres-mots sont encouragement et motivation, il est question de les accompagner sur la voie de l’autonomie et de la responsabilité. Avoir une chambre en ordre permet de voir plus clair dans ses affaires, d’être mieux concentré pour les études ».
As du mandala, future rappeuse engagée, espoir du hockey ou crack du foot : le matériel de loisirs et les équipements divers encombrent l’espace. Vérifiez qu’ils sont complets ou à la bonne taille. Ce moment peut servir à mettre les choses au point, encourage Sophie Bascour.
« S’ils n’ont plus envie de poursuivre, entamez la discussion. Faut-il vraiment garder la guitare électrique qui ne quitte plus le mur ou les palmes sous le lit ? Pour tout ce auquel ils tiennent absolument et pour les activités de loisirs, prévoyez des bacs qui permettent de ranger par catégorie, qu’ils puissent voir directement où se trouvent leurs affaires ».

Quand on n’a pas d’espace

Plusieurs enfants dans une même chambre ou une superficie limitée ? Relevez le défi, les solutions abondent, à commencer par le mobilier évolutif. Misez sur la hauteur.
« Les lits superposés ou surélevés permettent de gagner de la place, encourage Sophie Bascour. Faites en sorte que chaque enfant ait son espace dans la pièce. Utilisez les murs : disposez des étagères à hauteur de chacun, qu’ils accèdent facilement à leurs affaires. Au lieu d’un bureau, installez un plan de travail peu profond contre le mur qui sépare deux lits : ils pourront y travailler à plusieurs. Adoptez des chaises pliables, que l’on peut ranger derrière les lits ou suspendre à un crochet ».
Dans sa méthode, Sophie Bascour travaille par zones, car le proverbe a du bon, dit-elle : « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place, dans les quatre zones qui composent la chambre à coucher. La première est celle du repos, du lit et de la table de chevet. La deuxième est celle des vêtements : armoires et commodes. Utilisez des contenants pour compartimenter les tiroirs, de simples boîtes à chaussures suffisent, d’un coup d’œil on voit ce qu’elles contiennent, très utile pour les sous-vêtements et les chaussettes, par exemple ».
L’espace dévolu au travail est la troisième zone à considérer, avec tout le matériel scolaire, les accessoires et éventuellement les ordinateurs, là où le jeune va pouvoir se concentrer. Sophie Bascour poursuit avec la quatrième zone, favorite entre toutes, car elle sera dédiée à la détente. « Jouer, lire, écouter de la musique, rêver… Pour les petits, on disposera simplement une petite table ou un petit tapis, où ils seront à l’aise pour jouer. Poufs et coussins pour les ados, qui apprécieront de se poser par terre, dans un coin cosy où les copains seront les bienvenus ». Enfin, parents - le dira-t-on assez ? - montrez l’exemple, pour commencer…

Aya Kasasa

En pratique

Organisés, au fil des âges

Pour éviter le fameux « effet rebond », qui veut que, pernicieux, le désordre trouve toujours le moyen de réapparaître, aidons-les à adopter les bons gestes, installons des rituels. De la maternelle à l’université, apprendre à ranger ses jouets avant d’aller se coucher, faire une chose à la fois, classer ses cours par thèmes, rassembler le linge sale dans une panière : Sophie Bascour propose de procéder par étapes et recommande de bannir la télé de la chambre à coucher.

  • De 3 à 5 ans : bien dans son univers

L’enfant commence à évoluer dans son propre monde. Encouragez-le à exprimer ses envies, sans céder aux caprices ou aux modes passagères, comme du mobilier à thème représentant ses héros préférés, qui orneront plutôt les accessoires. Optez pour du mobilier classique et neutre, plus durable. Équipez-vous de bacs à roulettes, paniers en osier, etc., pour ranger les jouets sous le lit, faciles d’accès. Organisez un petit coin lecture avec une étagère à sa hauteur et une table grâce à laquelle il pourra laisser libre cours à sa créativité : coloriage, pâte à modeler, etc.

  • De 6 à 12 ans : entrée dans le monde des grands

Ils en sont fiers ou ils les redoutent, mais dans beaucoup d’écoles, c’est l’initiation aux devoirs et aux leçons. Choisissez déjà un « vrai » bureau, qu’ils pourront utiliser longtemps. Investissez dans le rangement : étagères murales à compartiments pour y poser cours, photos et gadgets, penderie à leur hauteur et coin détente agréable, avec des coussins et une petite lampe.

  • De 13 à 18 ans : chill et intimité avant tout

Pensez confort. L’adolescence, c’est l’âge de la tanière. Ils veulent recevoir leurs amis. Ils seront enchantés de pouvoir ranger (escamoter rapidement) leurs vêtements. Les étagères sont reines, avec ou sans bacs, d’où ils pourront extraire le matériel de sport, les instruments, les revues et les bouquins. Avec eux, donnez-vous pour mission de soigner tout particulièrement le coin détente : ils vont y passer des heures !
Idées et fiches pratiques : so-organised.be

Zoom

Ados : SA chambre, SON territoire

C’est fait, tout est rangé ? Profitez-en, prenez des photos si le cœur vous en dit : l’ordre qui règne dans le repaire de votre ado n’est pas fait pour durer. Très vite, ça va déborder, vêtements propres et sales mélangés sur le sol, table et étagères recouvertes de toute sorte d’items et d’éléments improbables. C’est l’esprit supérette, on y trouvera tout le nécessaire pour tenir un siège ! Du moins, si vous parvenez à ouvrir la porte. Soyez prévenus, vous n’y êtes pas les bienvenus, c’est une zone qui recrache les parents aussi vite qu’ils ont l’outrecuidance d’y pénétrer. Économisez votre salive : c’est tout à fait normal, confirme la psychologue Mireille Pauluis.

Il n’y a littéralement pas moyen de mettre un pied dans ta chambre. C’est exactement ce qu’ils recherchent. Ce désordre, c’est le meilleur moyen de spécifier qu’ils sont chez eux. Ils ne veulent pas que vous pénétriez sur leur territoire, ils le délimitent de leurs affaires, votre présence constitue une effraction dans leur intimité.

Range ta chambre, tu y verras plus clair… Pas si sûr… C’est le grand malentendu : vous parlez d’une chose, ils en expriment une autre. En ce qui les concerne, ils s’y retrouvent. T-shirts préférés, tenues qu’ils portaient à telle ou telle occasion, c’est plein de sens : ce désordre est vivant, c’est leur histoire en continu. Il remplit quelque part la fonction du doudou des petits.

Je veux au moins voir le sol ! Là, le parent est totalement dans son rôle. Comprendre n’empêche pas de poser des limites, d’exiger que la chambre soit nettoyée de temps en temps, d’aspirer et de prendre les poussières tous les quinze jours, par exemple. C’est une question d’hygiène et de respect pour la vie en commun.

Pistes pour donner une seconde vie à toutes leurs affaires : 

  • Pensez brocantes et bourses, notamment celles de la Ligue des familles, pour les vêtements et les équipements de loisirs.
  • Pensez au site de votre école et aux librairies de seconde main pour les livres scolaires, s’ils ne sont pas trop abîmés.
  • Pensez aux entreprises d’économie sociale qui accompagnent les personnes en difficulté et assurent leur réinsertion : Emmaüs, Petits Riens, RecréArt. Ils prennent tout et se déplacent chez vous.