0/2 ans

« Une écharpe pour retrouver mes mains »

Le portage en écharpe berce le bébé, le rassure et permet au parent d’avoir les mains libres. Les avantages sont nombreux, mais, concrètement, comment fait-on quand on se retrouve chez soi avec 5 mètres de tissu à enrouler et nouer autour d’un petit bébé ? Pour les moins dégourdis ou les plus curieux, Le Ligueur a franchi les portes d’un atelier d’initiation au portage.

« Une écharpe pour retrouver mes mains »

Dans un petit local jaune, des grosses poupées, des longs tissus colorés - sans doute les fameuses écharpes de portage - et des sièges en osier attendent les mamans inscrites à l’atelier de portage. Nous sommes à l’Espace Claire de Lune, à Ixelles. Un lieu entièrement consacré à la préparation à la naissance.
« L’atelier de portage est ouvert aux papas aussi mais, aujourd’hui, on sera entre nanas, nous annonce Véronique Huynen, conseillère en portage de Tout contre toi. On parlera surtout du portage en début de vie. Mais on peut porter un enfant sur le côté ou sur le dos jusqu’à ses 3 ans ou plus. C’est pratique en balade si l’enfant fatigue. On n’est pas encombré d’une poussette. »

Comme dans un cocon

La première maman arrive avec sa petite Liv, âgée de 2 semaines : « Je viens ici pour retrouver mes mains. Mon bébé pleure souvent avant de s’endormir, surtout le soir ». « C’est sûr que le portage avec les bras est excellent pour bercer un enfant, mais on a parfois besoin de nos mains pour d’autres choses », répond l’animatrice.
Un joli bedon franchit la porte, c’est Nathalie, la seconde participante, enceinte de 9 mois. « Je viens surtout par curiosité. On m’a prêté une écharpe de portage et j’aimerais savoir comment bien l’utiliser. J’ai des problèmes de dos, donc je ne veux pas risquer de me coincer quelque chose ». Elle est au bon endroit, la conseillère de portage du jour est au départ kinésithérapeute pédiatrique !
Pour elle, aucun doute, le portage en écharpe est l’idéal tant pour le porteur que pour le bébé porté : « Le portage en écharpe tente de replacer le bébé dans une position proche de celle qu’il avait dans le ventre de sa mère. Il est rassemblé dans un contenu serré pour se sentir sécurisé. Il est enroulé, le dos légèrement arrondi, en position assis-accroupi avec les épaules et le bassin dans le même axe. Soutenu sous les fesses, il peut s’agripper au porteur avec ses bras et ses jambes. Ce qui lui permet d’être actif dans son portage et plus léger pour le porteur. »
Et sans attendre, Véronique nous montre différents porte-bébés. Du long ruban de tissu au porte-bébé physiologique cousu en passant par le sling à anneaux et le mei-tai d’inspiration asiatique (voir notre encadré sur les différents porte-bébés), la diversité des modèles pourrait effrayer. « Le but de l’atelier n’est pas de vous apprendre à tout maîtriser, mais de vous permettre de trouver et d’utiliser au moins un outil qui vous convienne ». Ouf, nous voilà rassurés.
Premier test, l’écharpe traditionnelle de portage. Véronique pose la longue pièce de tissu sur son dos comme une cape de superhéros. Jusque-là, c’est facile. Elle fait ensuite glisser un côté de l’écharpe sous une aisselle avant de la passer devant son ventre, sous l’autre aisselle, et de la remonter dans le dos sur l’autre épaule. L’animatrice effectue les gestes lentement en expliquant bien chaque passage de tissu. Elle passe ensuite le pan de tissu sous la poche ventrale, ajuste l’écharpe avant de croiser devant elle les deux pans de tissu pour les nouer dans son dos. Ça se complique.
C’est au tour des mamans de s’y coller. Le nœud est fait à vide et on y glisse le bébé une fois l’écharpe fixée. Après quelques essais, Marine attrape sa petite Liv semi-endormie dans son berceau pour la glisser tout contre elle dans l’écharpe. Le bébé se blottit sans broncher contre sa maman. « Attention à ses petits pieds », prévient la kiné.
Et pendant que ce tendre duo mère-enfant apprivoise ce mode de portage, Nathalie galère un peu pour glisser une poupée lestée dans son écharpe au-dessus de son ventre rebondi. Évidemment, une femme enceinte ne doit pas porter un autre bébé : pour elle, c’est juste un entraînement en attendant l’arrivée imminente de son petiot.

« Elle a l'air d'aimer… »

Second test, le portage en « sling », ce petit bout de tissu cousu à deux anneaux porté sur une seule épaule. « Ça ne me dit rien du tout, lâche Nathalie. Vu mes problèmes de dos, je n’ai pas envie d’essayer ». Elle préfère retenter le nouage de sa longue écharpe. Cette fois, elle y arrive seule, assez fière du résultat.
Marine teste tout de même le sling. « C’est tout petit, par rapport à l’écharpe ». L’enfilage est ultrarapide. Une fois les boucles mises en place, il suffit de passer son bras dans le sling et d’y glisser le bébé. La petite Liv s’y love comme dans un cocon. « Elle a l’air d’aimer », dit sa maman. Elle déambule dans la pièce, caresse le dos de Liv, la berce… et garde cette mini-écharpe jusqu’à la fin de la séance. « Le plus dur, c’est de décider quel modèle adopter », déclare Marine. « Moi, je suis assez convaincue par l’écharpe de portage », répond Nathalie.
Et pendant que les mamans se rassoient, l’animatrice prend le temps de montrer comment enfiler un mei-tai ou un porte-bébé physiologique. « Si vous hésitez, ou que vous souhaitez tester chez vous différents modèles, je loue tous mes porte- bébés, annonce l’animatrice. D’ailleurs, pendant les vacances, il ne m’en reste presque plus. »

Estelle Watterman

En savoir +

Dans quelle position porter votre bébé ?

On peut porter son bébé contre soi, ventre contre ventre. On porte alors le bébé en position verticale, pas allongée « à hauteur de bisous ». Ses voies respiratoires doivent toujours être dégagées. Pour éviter un torticolis, veillez à ce que l’enfant ne tourne pas toujours sa tête du même côté. Évitez surtout de porter votre bébé face au monde. Cette position n’est pas idéale pour lui et il risque d’être sur-stimulé par l’environnement qui défile.Si votre bébé est curieux de tout, portez le plutôt sur votre dos ou sur la hanche.

Comment l’habiller ?

Veillez à ne pas trop habiller un bébé porté contre soi. Il profite déjà de la chaleur du corps du porteur. Pensez à l’hydrater souvent et suffisamment. Et prévoyez un bob si le soleil est fort.

Quelles précautions prendre ?

Bien sûr, on ne s’endort pas avec un bébé en écharpe. On ne fait pas de vélo non plus. Et dans une voiture, on attache son bébé dans un siège spécifique.

Trop cher, une écharpe ?

Une écharpe coûte près de 50 € et un porte-bébé parfois plus de 100 €. N’hésitez pas à faire appel à votre entourage pour un prêt ou cherchez une occasion. Le groupe Facebook « Porte-bébé physio d'occasion pour les Belges » vous aidera peut-être.

Si vous n’y arrivez pas seul(e)…

Pour 25 €, vous pouvez participer seul(e) ou en couple à un atelier de portage collectif (Sur www.toutcontretoi.com par exemple ou www.latetedanslesnouages.be). Et pour pas un rond, des vidéos tutos peuvent vous aider. Sur le site jeportemonbebe.com, elles sont assez complètes.

Sur le même sujet

Les différents porte-bébés physiologiques

De nombreux outils permettent de porter le bébé de manière physiologique contre soi sur le ventre, sur la hanche ou dans le dos, voici les plus connus.

 

On a testé pour vous les écharpes et porte-bébés

Finie, l’époque des porte-bébés préformés dans lesquels les enfants pendouillaient attachés par leur entrejambe et qui tiraillaient le dos des parents. Aujourd’hui, la grande mode c’est de porter bébé dans une position physiologique, le dos légèrement arrondi, les genoux plus hauts que les fesses pour qu’il puisse être actif et s’agripper au porteur.
Le Ligueur a testé différents modèles et vous présente ses chouchous.