Vie de parent

Une jeune fille au pair à la maison ?
Et pourquoi pas !

« Voyager toute l’année en restant à la maison », c’est comme cela que Bruno Bernard, l’auteur de Jeune fille au pair, mode d’emploi, voit son expérience d’accueil de jeunes filles au pair. Si la formule n’est pas nouvelle, elle est parfois une solution oubliée.   

Une jeune fille au pair à la maison ? Et pourquoi pas !

Quand on travaille de nuit ou en horaires décalés, que l’on est régulièrement en déplacement à l’étranger ou qu’on est dans l’impossibilité de trouver une place en crèche, la solution pour faire garder ses enfants pourrait bien être d’accueillir une jeune fille au pair. Si vous l’envisagez sérieusement, c’est maintenant qu’il faut mettre en œuvre votre projet.
« Les mois de mai et juin sont les mois où les candidates (ou candidats, il y en a aussi !) se déclarent, explique Bruno Bernard, auteur de Jeune fille au pair, mode d’emploi (Éditions Je réussis). Simplement parce que ce sont souvent des étudiantes qui ont raté leurs examens de français et qui décident de passer une année à l’étranger pour se perfectionner. Cela permet aussi de bien préparer l’arrivée, début ou mi-août par exemple, afin que la jeune fille au pair ne se retrouve pas lancée du jour au lendemain dans le rush de la rentrée, sans forcément connaître les enfants. »

Bien se préparer

D’un point de vue pratique, il faut également prendre en compte quelques tracasseries administratives qui prennent parfois du temps : inscription au registre de la commune, à la mutuelle (si la jeune fille au pair est ressortissante européenne, la carte européenne d’assurance maladie suffit), assurance (la jeune fille au pair fait d’office partie du ménage et doit donc être couverte par une assurance familiale). Pour les non-ressortissants de l’UE (plus Monaco, l’Islande, la Norvège, le Lichtenstein et la Suisse), il faudra aussi penser au visa et au permis de travail, soit deux démarches longues à effectuer et qui représentent un coût certain.
Jeune fille au pair« On peut organiser cela tout seul, précise Bruno Bernard en homme d’expérience (quatorze jeunes filles au pair sont passées dans sa maison), mais on tombe vite dans un dédale administratif qui peut rendre fou ! Je conseille vivement de s’adresser à une agence. Elle prendra en charge la partie administrative et saura parfaitement vous conseiller (voir ci-dessous). »
Une fois la jeune fille au pair arrivée chez vous, à vous l’assurance d’avoir une chouette personne pour s’occuper de vos enfants, qui plus est avec des horaires flexibles ! « Au niveau de l’organisation de la vie familiale, c’est vraiment le gros avantage d’une jeune fille au pair, souligne Bruno Bernard, et ça n’a pas de prix. Mais attention, ce n’est pas de l’esclavage : les heures prestées le soir ou la nuit doivent être compensées par des jours de repos supplémentaires ». D’ailleurs, mieux vaut fixer par écrit tous les arrangements de la vie en commun (temps de travail, repos, vacances, argent de poche, etc.).

Une invitée 24 heures sur 24

S’il y a un gros avantage, il y a aussi un gros inconvénient qu’il faut connaître afin de s’y préparer. « Faire le choix d’une jeune fille au pair, c’est accepter de vivre en permanence avec quelqu’un à la maison. Au niveau intimité, c’est zéro ! Les câlins improvisés dans le canapé, les grosses engueulades, traîner le dimanche matin en vieux jogging ou sortir nu de la salle de bain pour aller dans sa chambre, on oublie tout ça, au risque de frôler l’incident diplomatique avec la jeune fille au pair. »
Vous êtes tentés ? La lecture de Jeune fille au pair, mode d’emploi vous permettra de bien préparer l’arrivée de votre jeune fille au pair et d’éviter bien des pièges au quotidien !

Romain Brindeau

Dans l’autre sens…

Partir au pair

Votre grande ado (il faut avoir plus de 17 ans) a un niveau de langue insuffisant et elle voudrait bien se perfectionner. Pourquoi ne pas envisager de partir une année comme jeune fille au pair ? Plusieurs avantages à cela : pas ou peu de coût financier, une immersion à la fois linguistique et culturelle et une vraie expérience enrichissante.
Plus d’infos : www.jeminforme.be

En pratique

Combien ça coûte ?

Dans son livre, Bruno Bernard estime que financièrement le coût d’une jeune fille au pair n’est pas avantageux de prime abord. Il l’estime à un total mensuel de 600 à 750 € (argent de poche - transports - repas, sorties familiales - charges supplémentaires en eau, électricité, chauffage - cotisations sociales éventuelles). Pour lui, le coût est largement compensé par le confort et la flexibilité !

Des liens utiles