Vie de parent

Une semaine sans tabac pour aider votre ado à arrêter de fumer

Votre ado souhaite arrêter de fumer mais ne sait pas comment s’y prendre ? À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac -qui aura lieu le 31 mai-, les membres du Plan wallon sans tabac et de l’Agence Wallonne pour une Vie de Qualité (AVIQ) organisent une « semaine sans tabac » durant laquelle des activités seront proposées pour aider les fumeurs à réduire leur consommation de tabac ou de vape.

Une semaine sans tabac pour aider votre ado à arrêter de fumer

Elle aura lieu du 17 au 23 mai. La semaine sans tabac s’adressera notamment aux adolescents qui, rappelons-le, représentent un public particulièrement vulnérable face à cigarette. Le Ligueur avait d’ailleurs traité ce sujet en novembre dernier dans son article « Mon ado fume, que dois-je faire ? ».

Selon les chiffres de Sciensano -l’institut de santé public belge-, en 2018, un peu moins d’un.e jeune belge sur six entre 15 et 24 ans déclarait fumer. En moyenne, les jeunes fument leur première cigarette en entier à 16 ans et demi et en font une habitude quotidienne un peu après 18 ans. Au total, près de 90% des fumeurs et fumeuses – tous âges confondus – ont commencé à fumer régulièrement avant d’atteindre l’âge de 22 ans.

Une semaine dans une dynamique positive

Cette semaine aura la particularité de se focaliser sur les perspectives positives liées à la réduction ou à l’arrêt du tabac. Sept d’entre elles (comme les sept jours de la semaine) seront mises en évidence : la récupération du goût et de l’odorat ; le retour à une certaine liberté (qui est mise à mal quand le fumeur doit toujours penser à avoir des cigarettes sur lui) ; l’économie financière ; l’amélioration du souffle ; l’amélioration du risque cardiaque ; l’amélioration de la vie sexuelle et de la fertilité ; et l’impact environnemental (qui ne comprend pas seulement les mégots, mais toute la production de cigarette qui a lieu en amont).

Chaque jour, des activités, mini-défis ou astuces seront organisés pour mettre en valeur un de ces bénéfices. « Par exemple, pour celui de l’économie financière, un petit calculateur sera mis à disposition et permettra aux fumeurs d’évaluer, selon leur propre consommation, la somme d’argent économisée au bout d’un an, de cinq ans ou de dix ans », explique Eloise Delforge, chargée de projets sevrage tabagique et promotion de la santé de l’ASBL Fonds des affections respiratoires (FARES), l'une des associations à l'initiative de cette semaine.

Au-delà de ces activités, comme il a été prouvé que les fumeurs ont trois fois plus de chances d’arrêter s’ils sont accompagnés, les organisateurs de cette semaine sans tabac offriront des consultations individuelles de vingt minutes avec un tabacologue tout au long de la semaine. 

Un jeu concours avec des cadeaux à la clé   

Enfin, parallèlement à tout cela, un jeu concours sera organisé à partir du 17 mai à minuit et se clôturera le 23 mai à minuit. « Chaque jour, un défi-indice, dont il faudra découvrir le sens, sera proposé sur notre site. À la fin de la semaine, le thème commun aux différents indices sera à découvrir pour tenter de remporter l’un des prix tels qu’une trottinette électrique, un smartphone éthique, une nuit pour deux personnes dans un lieu insolite, un lot de deux box méditation/sophrologie (pour adulte et jeune) ou une montre à énergie solaire. », précise Eloise Delforge.

 

► Intéressé.e.s ? Retrouvez toutes les informations sur semainesanstabac.be ainsi que sur Facebook et Instagram avec l’hashtag #semainesanstabac.

Alix Dehin

Sur le même sujet

Mon ado fume, que dois-je faire ?

Les jeunes sont particulièrement vulnérables face à la cigarette. Devant cet état de fait, de nombreux parents - qu’ils soient non-fumeurs, ex-fumeurs ou fumeurs - ne savent pas toujours comment réagir. Le Ligueur aborde la question avec Cédric Migard, chargé de projet au service prévention tabac du Fonds des affections respiratoires (Fares), une association qui se consacre notamment à la prévention et à la gestion du tabagisme.