Vie de parent

Vacances à la maison : des petits jeux
sans matériel à faire en famille

Pour nombre d'enfants et leurs parents, les vacances scolaires se passent à la maison. Si le temps ne se prête pas aux balades et aux jeux extérieurs, on vous donne quelques idées d'activités qui ne nécessitent ni matériel, ni grande préparation à faire tous ensemble.

Vacances à la maison : des petits jeux sans matériel à faire en famille

Avec juste de l'imagination

► Le concours de grimaces. Un jeu simplissime qui n’a pas son pareil pour mettre de l’ambiance, surtout avec les plus jeunes.  À faire sans aucune règle, pour le pur plaisir de faire le pitre et de déclencher des fous rires.
Si vous voulez rajouter un degré de difficulté : concours de la grimace la plus laide ou la plus rigolote ou encore, sous forme de devinette où il faudra trouver l’animal (ou la personne) à qui la grimace fait référence… Dès 2 ans.

► Le jeu de mimes. Le principe ? Un adulte (ou l’aîné·e) glisse un mot ou une action à l’oreille du jeune joueur. Ce dernier devra alors le mimer devant toute l’assemblée, jusqu’au moment où la bonne réponse est trouvée. Astuce avec les plus jeunes : privilégiez les actions du quotidien (rouler à vélo, dormir, faire ses devoirs, se disputer…), plus faciles à mimer que les objets ou les personnages, par exemple. Variante qui peut être très amusante : imiter des animaux... cette fois non seulement avec des gestes, mais également en poussant son cri. Dès 3 ans.

Pierre-papier-ciseaux. Un jeu vieux comme le monde qui traverse les générations sans prendre une ride. Rafraîchissement de la mémoire côté règles : la pierre bat les ciseaux ; les ciseaux battent le papier ; le papier bat la pierre. Trop facile ? Corsez-le tout en ajoutant d’autres éléments ou de nouvelles règles. Dès 6 ans

Avec du papier et un crayon

Tic Tac Toc (alias le Morpion ou Oxo).  À jouer sur un coin de table… ou en griffonnant sur la nappe, pour autant qu’elle soit en papier évidemment.
Au cas où vous auriez oublié comment ça marche, tracez une grille, avec neuf cases. Un joueur choisit le O comme symbole tandis que l’autre prend le X. Chacun à son tour indique son symbole dans une des cases libres. Le premier qui parvient à aligner (horizontalement, verticalement ou en diagonale) trois de ces deux symboles a gagné. Pour les plus grands, on peut compliquer le jeu en augmentant le nombre de cases : pour l’emporter, il faudra alors aligner non plus trois, mais quatre, cinq, six, etc., symboles identiques. Bref, voilà un Puissance 4 sans matériel.  Dès 6 ans.

 Pays-Ville. Pour ceux qui préfèrent les jeux de lettres aux raisonnements logiques, pensez à cet autre jeu qui a toujours son petit succès. Retenons le principe de base à décliner à foison selon l’âge et les intérêts des enfants. Après avoir choisi une lettre, chaque joueur devra trouver et écrire un maximum de mots commençant par cette même lettre, dans diverses catégories : des pays, des villes… ou encore, des légumes, des personnalités, des titres de chanson… Dès 8 ans.

► Unanimo. Dans la même veine, un jeu aussi plaisant que subtil et qui rassemblera toutes les générations. Le meneur de jeu choisit un mot qui ne doit être ni trop précis, ni trop vague. Un exemple : vache. En un temps déterminé, les joueurs écriront sur un bout de papier huit mots qu’ils associeront au mot de départ. Dans ce cas-ci : lait, brouter, prairie, abattoir… Le but ici n’étant pas d’être original, mais de proposer des mots que l’on pense que les autres joueurs proposent aussi. Lorsque le temps est écoulé, chacun des joueurs lit ses huit mots : pour chacun d’entre eux, il récolte autant de points que le nombre de réponses communes donnés par les autres joueurs. Le gagnant étant celui qui aura empoché le plus de points. Version light d’Unanimo, un excellent jeu vendu dans le commerce, mais qui peut parfaitement se jouer sans matériel. Dès 10 ans.

Avec des bouchons ou autres ustensiles

► Le football de table. Pour ceux qui préfèrent les petits jeux d’adresse, pourquoi ne pas détourner l’usage premier des ustensiles présents habituellement dans une cuisine ? Des exemples. Quatre bouchons de liège serviront de goals pour improviser un football de table. Et pour la balle, prenez une pièce de monnaie, à envoyer dans le camp adverse en donnant une pichenette avec le bout de son doigt. Une variante, pour les allergiques du ballon rond : conservez ce même matériel et mettez le bouchon au centre de la table. Le premier à le toucher avec sa pièce de monnaie l’emporte. Dès 4 ans

Le Mikado. Autre idée pour mettre sa dextérité, mais aussi sa patience à l’épreuve : servez-vous des petites cuillères - évitez cependant de prendre celles du service en argent de la Tata - pour organiser la partie. Petit rappel des règles : disposez les cuillères en tas, de manière aléatoire, mais en faisant en sorte qu’elles se juxtaposent. À son tour, chacun des joueurs va tenter de retirer une des cuillères du tas, tout en évitant que les autres ne bougent. Dès 6 ans.

Avec des bougies

La bougie. Placez une petite bougie (style bougie chauffe-plat) devant chacun des enfants. Première consigne pour les jeunes convives : ne pas toucher à la bougie, sous peine d’être éliminé du jeu ! Lorsque la flamme de l’une des bougies s’éteint, de sa belle mort, l’enfant installé en face de celle-ci a la parole : il racontera sa blague ou sa devinette, pendant que l’assemblée sera tout ouïe. Astuce pour que ce jeu d’ado ou d’adultes (ici, vous pouvez dépasser le cadre de la blague et raconter un souvenir de famille, une anecdote, un coup de gueule…) soit encore plus adapté aux plus jeunes : utiliser des bougies qui ne sont pas neuves… donc qui s’éteindront plus rapidement. Dès 6 ans.   

Le jardin éclairé. Autre idée pour exploiter le côté magique des bougies : si le temps le permet, à la nuit tombée, installez discrètement une série de bougies (style chauffe-plat, mais posées à l’intérieur d’un récipient en verre, pour éviter qu’elles ne s’éteignent trop vite), dans le jardin ou même sur la terrasse. Invitez ensuite vos petits à aller faire un tour à l’extérieur, dans le noir et sans lampe de poche, évidemment. Pour les mettre dans l’ambiance et éviter les cris et l’excitation, racontez-leur un conte ou une histoire de votre cru ou simplement puisez dans un livre pour enfants. Dès 3 ans.     

 Avec un GSM

► Cache-cache photo. Un des enfants part se balader avec l’appareil et revient avec un cliché. À son retour, les autres devront deviner où la photo en question a été prise. Corsez les règles, en fonction de l’âge et de la perspicacité de vos gamins opu gamines : limitez le terrain de jeu à certaines pièces seulement, autorisez (ou non) l’ouverture des armoires, décidez ensemble d’un thème (classique comme les objets avec du bois ou plus imagé comme les souvenirs) ou encore une couleur… À faire dès 6 ans.   

Chaud-froid. Un prolongement du cache-cache photo. Après avoir observé le cliché, ils doivent non seulement retrouver la pièce où il a été pris, mais aussi s’y rendre et pointer du doigt la zone photographiée. Pour les aider et les guider, l’air de rien, n’hésitez pas à avoir recours aux traditionnels indices : froid, tiède, chaud ou brûlant selon qu’ils s’approchent ou non du but. Dès 3 ans.

Un Blind Test.  Terminons par ce jeu d’ambiance qui fera mouche auprès des (pré)ados. On lance un morceau de musique : le premier à retrouver le titre et l’interprète l’emporte. Un jeu particulièrement sympa si on le joue en équipe, avec les aprents, mais aussi les grands-parents. Chaque génération y trouvera son compte et pourra faire découvrir ses goûts musicaux à ses aînés ou ses cadets. Et tant mieux si ce jeu débouche sur un karaoké endiablé, voire sur une soirée improvisée dans le salon…

A. T.