Vie de parent

« Venez assister au procès des migrants »

En novembre 2018 s’ouvrait le procès dit « de la solidarité », qui réunissait des migrants et leurs hébergeuses et hébergeurs, tous accusés de trafic d’êtres humains. Octobre 2018 : nouvelles arrestations et perquisitions chez des hébergeuses. Celles-ci ne sont pas inculpées mais les sept migrants qu’elles accueillaient sont depuis derrière les barreaux à la prison de Saint-Gilles, un huitième en détention préventive. « Soyez des témoins. Par votre présence, vous garantirez le respect de la démocratie », appelle Dounia Depoorter, cheffe de chœur, hébergeuse, solidaire - simplement citoyenne.

« Venez assister au procès des migrants »

Incarcération

« La justice n’a finalement pas inculpé les 12 personnes concernées par l’accueil, dont je fais partie, mais depuis 7 mois, nos invités sont en prison. »

Contexte

« Il est très important de comprendre le contexte : ils sont accusés de trafic d’êtres humains au sein d’une organisation criminelle. Ces trafics sont engendrés par la politique migratoire de notre pays, et j'aime faire référence à la carte blanche sur la question rédigée par les avocate et chercheuse Selma Benkhelifa et Diletta Tatti. »

Publicité des débats

« Le procès des 8 migrants est public, il se tiendra le vendredi 17 mai 2019 au Palais de justice de Bruxelles, à 8h45. »

Présence et soutien

« J’appelle les citoyens et les citoyennes à venir soutenir la démocratie par leur présence. En assistant au procès, nous rappelons que la justice se doit d’être impartiale et équitable. La Cour européenne des droits de l’homme indique que votre présence 'protège les justiciables contre une justice secrète échappant au contrôle du public'. Qu’elle constitue aussi l’un des moyens de  'préserver la confiance dans les cours et tribunaux'. »

Calme et dignité

« Demain, on ne manifeste pas : nous serons présents dans le calme et la dignité, sans banderoles, sans actions qui pourraient se retourner contre nos amis. Ils se retrouvent devant un juge après avoir effectivement violé la loi, même si c’est pour leur survie ou pour atteindre le but ultime de leur périlleux voyage. Ils pâtissent de la confusion entre victimes et auteurs d’une infraction : laissons les avocats faire leur travail. »

Aya Kasasa - ©Photo : Philippe Malemprée

+ d'infos

Devenir bénévole, faire un don ou héberger un réfugié ? La Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés continue à œuvrer au quotidien pour offrir aux candidats réfugiés, aux réfugiés ou aux exilés un ensemble de services indispensables répondant aux besoins qu’ils rencontrent tout au long de leur parcours, notamment une école pour enfants, l’école Maximilien 
► Adresse: Rue Washington 186, 1050 Ixelles, Bruxelles - info@bxlrefugees.be

Sur le même sujet

Migrants : les questions des parents qui accueillent

Une incroyable solidarité s’est organisée entre citoyens et réfugiés. D’ailleurs, dans ce contexte, on ne dit plus migrants mais « invité·e·s ». Nous sommes persuadés que ceux qui ouvrent leur porte, ceux qui partagent, ceux qui aident sans calcul, sans retour, sont forcément du bon côté de l’Histoire. Seulement, héberger une personne en situation illégale soulève forcément des questions. Nous allons donc tâcher d’y répondre. Voyons avec des juristes, des associations de terrain et des parents accueillants.

 

Migrants : en détention, enfants compris

Les premiers travaux des centres fermés proche de Zaventem voient le jour. Pour qui sont-ils prévus ? Pour les familles avec enfants mineurs. Les droits bafoués ? Ceux des enfants d'abord, ceux des femmes enceintes ensuite. Quant à la dignité humaine, on y réfléchira plus tard. À toute famille qui fuit la guerre, les camps et la misère humaine pour protéger ses enfants, la Belgique répond par la détention avant expulsion définitive dans leur pays… mineurs compris.

 

Rien ne peut justifier l’enfermement d’un enfant

Quatre enfants de moins de 6 ans, nés en Belgique, sont enfermés depuis ce 14 aout. La Belgique avait renoncé à l’emprisonnement des familles en attente d’expulsion depuis 2009, après plusieurs condamnations par la Cour européenne des droits de l’homme. Un retour en arrière inacceptable.

 

Des enfants reprennent la route des migrants

Fin avril, face au désespoir des migrants véhiculé par tous les médias, une vingtaine d’associations décide d’expliquer aux moins de 12 ans pourquoi ces hommes, ces femmes et ces enfants arrivent, épuisés, chez nous. Expo, dossier du Ligueur… Six mois plus tard, le projet reprend de plus belle avec la création d’une appli : Migratio. Et le secret espoir que les moins de 12 ans y prennent part via leur école.

 

Les réfugiés ont aussi droit à un peu d’humanité

Joël, 6 ans, est un enfant gravement malade que l’Office des étrangers veut renvoyer au Rwanda. Au-delà de son histoire que vous pouvez lire en détail ci-contre, n’oublions pas tous les autres enfants et leur famille qui sont expulsés dans le silence. D’autres enfants, des Roms, dorment aujourd’hui dans la rue à quelques mètres de l’Office des étrangers. Et il y en aura d’autres encore. La Ligue des familles demande des règles d’accueil et d’hospitalité des familles plus humaines et respectueuses.