Vie de parent

Vos questions - Nos réponses :
l'alimentation

Vos questions - Nos réponses : l'alimentation - Thinkstock

0-2 ans

En attendant d’avoir de la place chez la gardienne, Louis qui a 4 mois, reste chez sa mamy. J’aurais aimé donner un coup de pouce à ma mère en préparant les biberons à l’avance. Mais cela se conserve-t-il ?

 Il est déconseillé de préparer les biberons à l’avance afin d’éviter les germes pathogènes. Mieux vaut donc laisser votre maman les préparer un à un. Apportez-lui, tous les jours, une eau en bouteille portant la mention « Convient pour l’alimentation du nourrisson ».
Les maternités mettent à la disposition des parents de l’information sur la préparation et la conservation des biberons. Quelques rappels, malgré tout :

  • les laits en poudre 1er âge (pour les moins de 6 mois) se trouvent exclusivement en pharmacie : choisissez, avec votre pédiatre, celui qui convient à votre bébé ;
  • pour éviter que des germes pathogènes ne se forment dans le lait, préparez les biberons un à un au moment des repas ;
  • optez pour une eau en bouteille portant la mention « Convient pour l’alimentation du nourrisson » et prenez une nouvelle bouteille chaque jour ;
  • jetez systématiquement le lait non bu ;
  • si vous devez emporter des biberons, ajoutez-y la poudre de lait seulement au dernier moment.
     

Je dois reprendre le boulot et ça me fend le cœur de ne plus pouvoir donner le sein à ma petite puce. Ces moments sont si magiques… Une amie m’a dit qu’il était possible de poursuivre l’allaitement après la reprise du travail. Pouvez-vous m’en dire plus ?

Si vous avez vraiment envie (et votre bébé aussi) de prolonger l’allaitement, c’est tout à fait possible. Concrètement, la loi prévoit des pauses d’allaitement pour donner le sein à son enfant s’il est gardé à proximité de votre lieu de travail. Vous pouvez aussi profiter de ces moments au boulot pour tirer votre lait. Si vous travaillez à mi-temps, vous bénéficiez d’une demi-heure d’allaitement par jour, si vous travaillez à temps plein, vous pouvez prendre deux fois trente minutes de pause allaitement.
Ces pauses sont autorisées jusqu’aux 9 mois du bébé. C’est la mutualité qui vous rémunère durant ces pauses en vous versant une indemnité égale à 82 % de votre salaire brut. Petite contrainte, cependant : l’employeur doit être averti deux mois à l’avance pour prévoir un local chauffé afin que vous vous y sentiez bien.
Besoin de soutien ? Trois associations soutiennent, écoutent et encouragent les mamans allaitantes :

3-5 ans

J’ai beau réveiller mon gamin le plus tard possible le matin, il s’endort une fois sur deux sur sa tartine et ça me fait mal au cœur. Que faire ? L’école reprend demain et je n’aimerais pas qu’il s’en aille le ventre vide.

On a parfois envie de faire plaisir à son petit (surtout, s’il fait des siennes pour aller dormir !), de se faire plaisir aussi et on le garde près de soi, le temps du feuilleton ou du Jardin extraordinaire à la télé. Mais pour un enfant de maternelle qui n’a pas plus de 5 ans, aller dormir à 22h est trop tardif. D’autant plus qu’il est resté devant un écran qui le stimule plutôt qu’il ne l’apaise. Résultat : votre petit a cherché son sommeil pendant peut-être près d’une heure. Normal, donc, que le matin, il soit comme un zombie devant sa tartine. Une tartine que vous pouvez mettre dans son cartable et qu’il mangera avec plaisir à l’heure de la collation.

Mon petit revient régulièrement de l’école avec sa boîte à tartines pleine. Je suis inquiète et ne sais pas comment le faire manger. Les surveillantes du repas « froid » ne sont pas très disponibles pour s’occuper particulièrement de lui. Que faire ?

La plupart du temps, la boîte à tartines revient pleine pour des raisons très pratiques. À midi, l’école ne laisse guère de temps aux enfants et votre petit doit manger vite (30 minutes à peine quand il y a plusieurs services). Peut-être passe-t-il un quart d’heure avant de réussir à ouvrir sa boîte sous les yeux de surveillantes qui, parfois, se disent : « Tant pis, il faut qu’il se débrouille ! ». Pensez donc à tester l’ouverture de la boîte avant de l’acheter, il vous en remerciera.
Autre possibilité : peut-être a-t-il mangé la tartine du copain ou de la copine parce que, c’est bien connu, elle est bien meilleure que la sienne ? Ou encore s’est-il glissé dans la file du repas chaud, parce qu’au menu, il y avait des pâtes ?
Il grandit, grossit bien et a bonne mine ? Ne vous tracassez pas trop, mais essayez d’en savoir un peu plus auprès des enseignants.

6-8 ans

J’aime faire des surprises à Manon en lui glissant l’une ou l’autre bonne petite chose pour son 10-heures. L’autre jour, son enseignante m’a conseillé de ne plus lui en donner. Elle avait suivi une formation où on lui avait expliqué que la collation était superflue. Je ne sais plus quoi en penser…

Le 10-heures, aujourd’hui, ne se justifie plus… sauf si votre gamine mange la tartine qu’elle refusait le matin même. Si c’est le cas, la bonne idée serait de faire comme dans certaines écoles en France : autoriser les enfants qui n’ont pas pu prendre leur petit déjeuner tôt le matin à le prendre avant de rentrer en classe. Une proposition à faire à la direction de votre école…
Par contre, ce dont votre petite a besoin en milieu de matinée, c’est de boire de l’eau. Or, beaucoup d’enfants rechignent à le faire parce qu’ils ont peur de devoir aller aux toilettes. Résultat : ils souffrent souvent de constipation. L’idéal serait une petite fontaine… à ne pas mettre au milieu de la cour de l’école pour qu’elle ne gèle pas durant les mois d’hiver ! Une idée à glisser dans l’oreille de la direction !

Quand je vais chercher Kim à l’école, il est mort de faim à tel point que je lui réchauffe soit des restes de la veille, soit ce que j’ai déjà préparé pour le soir. Deux heures plus tard, au souper, il mange à nouveau. J’ai peur qu’il ne grossisse inutilement. Tout cela n’est pas très équilibré. Que faire ?

Avez-vous pensé lui donner un goûter ? Ce quatrième repas est un allié santé pour tous. À condition, bien sûr, de respecter quelques règles. Pas question d’avaler n’importe quoi, en quantité comme en qualité.
Ce mini-repas doit être composé :

  • d’un produit laitier pour le calcium
  • d’une boisson saine (eau, lait, jus de fruits frais non sucré) pour s’hydrater
  • d’un produit céréalier pour refaire le plein d’énergie
  • d’un fruit de saison pour les vitamines et les fibres.
     

Évitez les viennoiseries, les barres chocolatées et sodas, trop riches en graisses et sucres. Entre 6 et 8 ans, c’est l’âge où il est encore facile de donner à son enfant du lait et des petits-suisses. Rajoutez une tartine.
Profitez du mercredi ou du week-end pour faire avec lui des flans, des crêpes, des compotes ou des petits gâteaux à base de lait. Les enfants adorent cuisiner ! Une bonne habitude à instaurer pour apprendre à jouer la diversité.

9-11 ans

Juliette, 11 ans, a tendance à grossir et le médecin m’a mise en garde contre le risque de surpoids. Depuis, pour l’heure de midi à l’école, nous établissons ensemble des menus moins caloriques, ce qui ne se fait pas toujours dans la bonne humeur. Par exemple, elle hurle quand je lui propose une banane sous prétexte que ce fruit ferait grossir. Est-ce vrai ?

Non, la banane n’est pas plus calorique qu’une pomme.
Petite expérience. Lorsque vous regardez une table de composition et que vous comparez la pomme et la banane en termes de glucides, la pomme contient 14 % de sucre et la banane 20. Mais quand vous pesez les deux fruits, ça change tout. La banane sans la peau peut faire 80 à 100 g alors que la pomme peut faire 150 à 180 g. Multipliez par le poids le pourcentage de calories et vous verrez que la banane n’est pas plus calorique que la pomme. Au contraire, ses sucres lents (amidon) et ses fibres alimentaires font de ce fruit un excellent aliment. Vous pouvez donc rassurer votre fille…

Mon fils refuse de manger de la viande et se déclare curieusement végétarien alors qu’il n’a aucun exemple sous les yeux. Ce régime est-il dangereux pour sa santé ? Dois-je le forcer à redevenir « carnivore » ?

Votre enfant a des besoins en protéines, en fer, en vitamines B12 et en zinc qui sont plus importants que ceux de l’adulte, proportionnellement à la quantité qu’il mange pour bien grandir et grossir. La viande contient ces différentes substances. S’il n’en mange plus, il doit absolument ingérer la même quantité de ces précieuses substances via d’autres aliments. Or, pour remplacer 100 g de viande, il vous faudra au moins deux kilos d’épinards riches en fer (mais très mal absorbés) et plus de deux cuillères de lentilles.
Un enfant peut très bien grandir sans viande à condition qu’on veille à couvrir tous ses besoins nutritionnels également en vitamines et en lipides. En lui donnant tantôt un jaune d’œuf, tantôt du poisson, du fromage, etc.
Un conseil : faites-vous aider auprès d’un ou d’une nutritionniste pour arriver progressivement à compenser ce que la viande ne lui apportera plus. Vous pouvez aussi continuer à lui donner du lait de croissance ou du lait de soja qui contiennent du fer, du zinc, etc.

12-15 ans

Étienne revient de l’école bien avant nous. Seul, il se concocte un plateau et se colle devant le petit écran quand ce n’est pas devant celui de son ordi. L’autre jour, j’ai entendu à la radio que manger devant la télé serait dangereux. Un bobard ? Peut-on se fier à cette info ?

Des chercheurs ont démontré qu’un enfant qui mange devant la télé allumée ne capte pas le sentiment de satiété et continue à manger sans s’en rendre compte, trop accroché à l’image. Il y aurait donc une règle à laquelle il faudrait faire adhérer votre famille : celle de partager tous ensemble le souper… télévision éteinte. Un temps pas perdu pour l’ado qui apprend ainsi le vivre-ensemble et le « bien manger ». Sans trop de discipline bien sûr (il ne faudrait pas que la convivialité en pâtisse !), mais pas dans le chahut non plus, au risque d’avoir des enfants qui mangent de manière déséquilibrée, ce qui provoque des problèmes d’obésité.
Cette règle implique aussi que les repas soient pris à un rythme régulier et à heure fixe, même si tous les membres de la famille n’ont pas faim en même temps. Impossible en semaine ? Alors, tentez-la le week-end.

 

Toutes nos réponses à vos autres questions autour de l’éducation sur leligueur.be

Sur le même sujet
 
 
 
 
 
 
 

Pour maigrir, un ado doit manger plus…

Manger plus, mais mieux ! Tel est le secret qu’il faudrait révéler à tous les parents soucieux de la ligne de leur tête brûlée, qui a la capacité de vider le frigo en un temps record. Jean-Michel Philippart de Foy, docteur en médecine et licencié en nutrition humaine met en garde contre les fausses croyances en matière d’alimentation.