Vie de parent

Vos questions - Nos réponses :
la santé

Vos questions - Nos réponses : la santé - Thinkstock

0-2 ans

Mon petit fait ses premières dents. La toute première montre le bout de son nez et j’en suis toute émue. Pour préserver ce capital dentaire, à quel âge faut-il amener son bébé pour sa première visite chez le dentiste ?

Les dents se soignent dès le berceau. Les premières dents commencent à pousser vers 6 à 10 mois. Leur hygiène doit être activée dès leur apparition.
L'utilisation de dentifrice fluoré contribue à la prévention des caries : on veillera cependant à ce que sa quantité soit limitée (le volume d'un petit pois sur la brosse) et que l'enfant le recrache et se rince la bouche.
La première visite chez le dentiste devrait être programmée vers 2 ans. Il est conseillé de s'y rendre ensuite tous les six mois. C'est d'ailleurs pour encourager cette démarche que, depuis 2005, les visites préventives sont intégralement remboursées par la mutuelle, deux fois par an.

En pratique

  1. Vers 6 mois et plus, il suffit de frotter ses premières dents avec un linge doux ou un gant de toilette bien propre.
  2. Une fois que l'enfant a quelques dents, vous pourrez utiliser une petite brosse à dents avec des poils souples.
  3. Dès que l'enfant commence à être capable de se brosser lui-même les dents, il faut l'encourager à le faire régulièrement, matin et soir.
  4. Plus tard, il faut continuer à veiller à un brossage régulier effectif après chaque repas et ne pas hésiter à vérifier si la technique de brossage de l'enfant est adéquate, en inspectant sa dentition à la recherche de résidus d'aliments autour et entre les dents.

Les puéricultrices se moquent souvent de moi parce que j’emmitoufle mon bambin en toutes saisons. J’angoisse à l’idée qu’il ait froid, et la rentrée pour moi est synonyme de « bientôt l’hiver ». Alors, comment protéger mon petit du froid quand il est dans sa poussette ?

  • Protégez ses mains avec des moufles chaudes (et imperméables) afin qu’elles restent bien au sec. N’oubliez pas la paire de chaussettes et des chaussures (confortables) qui protègent de l’humidité. Pour la tête, pensez à la bonne vieille cagoule ou au bonnet péruvien, toujours préférables au bonnet classique car ils protègent aussi les oreilles. Enfin, l’écharpe, qui permet de garder son petit nez au chaud.
  • Soyez attentif aux moindres gerçures : ces petites fissures qui nous montrent que la peau est humide et qu’elle est exposée au froid. Pour les éviter : avant de partir en balade, appliquez systématiquement une crème protectrice (ou simplement de la vaseline) sur les parties exposées.
  • Multipliez les couches de vêtements : elles vous permettront de découvrir bébé rapidement quand vous arriverez dans un endroit chauffé (ou surchauffé). Bon à rappeler : plusieurs épaisseurs valent mieux qu’un gros pull ou qu’un gros manteau. Elles sont aussi le meilleur atout contre le froid puisque l'air entre deux couches est, lui aussi, isolant. En hiver, avec trois couches, plus la veste polaire par-dessus, votre petit est paré pour sortir sans risquer d’avoir froid.

3-5 ans

Marguerite rentre à l’école dans quelques jours et fait toujours pipi la nuit. La journée, il lui arrive d’avoir des accidents, mais c’est plutôt rare. Dois-je m’inquiéter ?

La majorité des enfants sont effectivement propres à 3 ans le jour mais aussi la nuit. Mais tous les enfants n’ont pas les capacités physiologiques à se contrôler. Exiger de ces petits d’être propre relève pratiquement de la maltraitance.
Les enfants de 5 ans qui mouillent toujours leur lit la nuit ont souvent une vessie « désobéissante », pas tout à fait mature. Avec un peu de patience, les choses se remettent vite en place.
Les spécialistes ne parlent d’énurésie nocturne que chez des enfants qui ont plus de 5 à 6 ans. À cet âge, différents traitements sont possibles :

  • Une alarme qui se déclenche dès l’émission de la première goutte d’urine à utiliser pendant quatre à huit semaines. Le conditionnement créé par cette alarme s’avère efficace dans 80 à 85 % des cas.
  • Des médicaments contre le retard de maturation de la vessie.
  • En cas d’instabilité vésicale, le recours à un kinésithérapeute peut aider le petit à contrôler muscles et vessie.
     

Certains enfants, alors qu’ils étaient propres depuis plusieurs mois, peuvent recommencer à faire pipi au lit. On parle alors d’énurésie secondaire qui se manifeste souvent lors de l’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille, lors d’une séparation ou d’un décès…
Même si les raisons de l’énurésie sont rarement psychologiques, l’accompagnement d’un médecin est important pour aider l’enfant à vivre les conséquences de son problème. Vous pouvez consulter le service urologie d’un hôpital proche de chez vous. Le C.H.U de Charleroi a une équipe particulièrement réputée pour tout ce qui est problème d’énurésie.
Rendez-vous aussi sur nuitsseches.be

En cette veille d’automne et de rentrée des classes, faut-il donner un supplément devitamines à mon petit de 4 ans, même s’il mange de tout ?

Inutile de donner à votre enfant des vitamines A (beurre et autres graisses), B (viandes et céréales) et C (fruits) s’il mange des repas variés. Par contre, il est important de lui donner de la vitamine D dont 2/3 des besoins sont apportés par le soleil… qui manque cruellement dans nos contrées. Ce supplément de vitamine est donc le bienvenu entre novembre et mars. L’enfant qui a suffisamment de vitamine D et de calcium élimine plus facilement les graisses et évite ainsi le surpoids. Il existe donc une relation entre ces substances organiques et l’obésité.

6-8 ans

Mon gamin a, à chaque rentrée des classes, des troubles respiratoires. Mon médecin me dit qu’il est allergique aux acariens et m’a conseillée toute une série de mesures assez draconiennes. Pouvez-vous m’en dire plus ? Y a-t-il une association qui peut m’aider ?

Les acariens sont des bêtes microscopiques qui colonisent la literie, les fauteuils, les moquettes... On peut en compter des millions dans un matelas. Ils affectionnent aussi la poussière et sont une des causes les plus importantes des allergies respiratoires.
Pour empêcher leur prolifération, il faut un matelas en matière synthétique, accompagné d'une housse anti-acariens efficace, éliminer les moquettes, les tapis, les tentures, avoir de préférence des sols et murs lavables, etc. Il faut aussi faire baisser la température et le taux d'humidité. Les chambres à coucher doivent être aérées tous les jours. On ne chauffera pas trop (pas plus de 19°C). Il est important de passer très régulièrement l'aspirateur, au moins une fois par semaine, sur les sols, mais aussi sur la literie et sur les fauteuils.
Aide et conseils : oasis-allergies.org. Permanence téléphonique tous les mardis et jeudis de 10h à 14h. Tél.: 02 511 67 61.

9-11 ans

J’ai entendu à la radio des choses inquiétantes concernant les tiques qui se trouvent en masse dans les sous-bois. Or, Sacha court tous les week-ends dans la campagne. Comment éviter ces hôtes indésirables ?

Protégez les épaules et bras de votre enfant avec un T-shirt et la base de son cou avec un petit foulard. Pour une balade en forêt, bermuda et socquettes sont de rigueur. La tique plante sa tête sous la peau : si votre fils se fait piquer, il faut la déloger en entier.

  1. Saisissez la tique à l’aide d’une pince (modèles en pharmacie). 
  2. Enlevez-la d’un coup sec sans exercer auparavant de mouvements de rotation (ne pas laisser la tête de la tique sous la peau).
  3. Désinfectez la plaie et la pince à l’alcool et lavez-vous correctement les mains.

Si la tique n’a pu être extraite entièrement, demandez à votre médecin de le faire car nos tiques (dites de l’ouest !) sont porteuses de bactéries et peuvent provoquer la maladie de Lyme et l’anaplasmose.
Nouveau ! Il existe, aujourd’hui, des petites boîtes - Tick-test chez Care Plus - qui vous permettent de vérifier si la « bête » est porteuse de la maladie de Lyme. En vente en pharmacie.

12-15 ans

Mon fils a 14 ans passés et a souvent l’air d’être endormi. On me dit que c’est l’adolescence et que ça passera, mais je reste quand même inquiète. Qu’en pensez-vous ?

La raison principale de cette propension à apprécier la position horizontale est sans doute le manque de sommeil, avec une particularité à l’adolescence : des changements hormonaux modifient la structure du sommeil.
En effet, l’adolescent perd près de 40 % de son temps de sommeil profond, remplacé par un sommeil moins réparateur. À cela s’ajoute le fait qu’il ne reconnaît pas ses besoins en sommeil et, donc, souvent, les néglige. Il apprécie de rester éveillé dans sa chambre, son domaine de liberté et prends plaisir à retarder le coucher pour marquer son opposition aux parents.
Enfin, ces dernières années, la présence d'écrans dans la chambre (télévision, ordinateur, console de jeu) favorise les sommeils tardifs. Non seulement en raison de la tentation qu'ils représentent, mais aussi parce que la lumière des écrans retarde la venue du sommeil. Beaucoup d'adolescents s'endorment en écoutant de la musique, parfois même avec la télévision allumée. Or, le bruit de la musique abaisse la qualité du sommeil en le fragmentant. Ces perturbations dans le sommeil des adolescents peuvent n'avoir que des effets temporaires, qu'il ne faudrait pas dramatiser. Mais il convient d'y être attentif, car elles peuvent être à l'origine de difficultés et de retards scolaires.

18 ans et +

C’est bientôt aussi la rentrée universitaire et, avec elle, les baptêmes et ses guindailles qui n’en finissent pas. Difficile d’interdire à notre fille qui est inscrite en Droit de ne pas y participer. Mais peut-être pouvez-vous nous donner quelques conseils à lui transmettre…

Vous pouvez mettre en garde votre jeune fille contre le binge drinking qui consiste à boire rapidement de grandes quantités d’alcool pour arriver aussi vite que possible à un état d’ébriété avancé. Même « modérée », l’absorption d’une dizaine de bières, une à deux fois par semaine, provoquerait déjà un ralentissement des activités du cerveau durant les tâches de mémoire sans pour autant, rassurez-vous quand même, perdre des neurones.
Rappelez-lui aussi que les effets de l’alcool ne s’arrêtent pas le lendemain au réveil. Ils persistent dans le temps même lorsqu’on n'en consomme plus. Si elle boit tout au long de l’année, ces effets néfastes demeureront pendant la période des examens.
Pour en savoir + : infor-drogues.be - prospective-jeunesse.be

 

Toutes nos réponses à vos autres questions autour de l’éducation sur leligueur.be

Sur le même sujet