Tribu curieuse : les bons plans du Ligueur

 

Namur Balade

Le Ligueur en balade : le fort de Malonne

Le Ligueur en balade : le fort de Malonne

Toute l’année

C’est une balade testée avec les enfants sur une période de… vingt-cinq ans. C’est vous dire si on la maîtrise ! Ce coin de forêt situé sur le territoire de la commune de Namur se cache non loin de la citadelle. On y accède via l’avenue de la Vecquée, en direction de Malonne. Au bout d’une longue ligne droite, on se gare à l’entrée du bois. Puis, on se promène et on découvre. Ce sont des vestiges militaires qui donnent à cette promenade une certaine originalité.
Au détour des chemins boisés, on se retrouve confronté à un bunker, une muraille, une tour d’aération haute comme un château d’eau. Point d’orgue, le fort de Malonne. Cette construction fait partie d’un dispositif de neuf forts qui encerclaient et défendaient Namur. Manque de bol, pensé sur un mode XIXe siècle, ce fort n’a pas servi à grand-chose durant les deux grands conflits du XXe, il fut déserté rapidement durant la guerre 1914-18 et se rendit, après bombardements, dès mai 1940. Aujourd’hui, loin de sa fonction militaire initiale, l’endroit s’est transformé en repaire protégé pour les chauves-souris. Voilà pour l’Histoire.
Un des avantages de ce bois, c’est qu’il est traversé par une route interdite à la circulation qui vous mène de l’entrée jusqu’au fort. Il est donc parfait pour les poussettes ou les apprenti·e·s cyclistes. Celles et ceux qui préfèrent une nature plus préservée opteront pour les chemins qui partent à droite et qui vous font traverser des massifs de feuillus et de résineux. On s’y perd aisément, mais pas trop. Pour une promenade familiale, on conseillera de ne pas trop descendre vers la Sambre en contrebas. Autant rester sur le dessus, en contournant le fort, en admirant ces murs luttant contre la nature qui reprend ses droits.
Entre sortie pour s’oxygéner et curiosité historique, voilà une chouette escapade qui peut se terminer par une déambulation dans les vieux quartiers de la corbeille namuroise, en bord de Meuse ou dans les entrailles souterraines de la citadelle.