Les coups de cœur du Ligueur

 

 Le chiffre

50-50

50-50

On pourrait présenter comme cela l’étude de la VUB et de l’Université de Liverpool sur les câlins avec les nouveau-nés parue récemment. De cette expérience scientifique menée sur 25 mères et 25 pères, il ressort que les contacts entre un papa et son bébé ont les mêmes effets positifs que ceux entre la maman et son tout-petit (baisse du rythme cardiaque et du rythme respiratoire, par exemple). Ces papouilles sont loin de n’être qu’un jeu, puisqu’elles permettent à l’enfant de déclencher des mécanismes positifs pour le développement de son cerveau et d’être aussi plus résistant au stress.

Donc, les papas, on n’hésite pas : on câline, on dorlote, on cajole le plus souvent possible. Et ce, dès la naissance, où les premiers contacts peau à peau resteront de fabuleux souvenirs de la complicité parent-enfant.
R. B.