Les coups de cœur du Ligueur

 

 Les archives du Ligueur

Mars 1991 : on a retrouvé les légumes oubliés

Mars 1991 : on a retrouvé les légumes oubliés

Bon, sans vouloir la ramener, en plusieurs points le Ligueur s’est souvent retrouvé avec une longueur d’avance sur son temps. Exemple : « les légumes oubliés ». Vous voyez ces topinambours, crosnes et autres rutabagas qui aujourd’hui font même la joie des étals dans les supermarchés ? Il y a presque trente ans, il suffisait d’ouvrir les pages de votre magazine pour les retrouver, ces légumes négligés.

Pourtant, à l’époque, il fallait être motivé pour se dégoter, par exemple, ne fut-ce que des panais. Jean Lowies le confesse dans un article potager de l’époque. « On ne le trouve plus dans les boutiques depuis belle lurette ! Il est proposé à la vente dans de rares magasins à Bruxelles. Nombre d’épiceries en vendent, mais c’est en Angleterre ».

Désolant, semble penser notre chroniqueur qui estime que « le panais gagne à être mieux connu et apprécié ». Conseils pour la cuisine ? Oui, bien sûr. « On peut consommer la racine frite, sautée ou en purée à tartiner sur une tranche de pain, comme en Allemagne. Elle aromatise les hochepots et les ragoûts. Elle assaisonne les potages ». Perdu, donc, mais pas pour tout le monde. Idem pour les crosnes « redevenus plante rare, inconnue du grand public ».

Trente ans plus tard, ces plantes vantées dans le Ligueur ont à nouveau droit de cité. Elles ont fait l’objet de campagne de promotion, s’offrent parfois même des marchés spécifiques, des publications dédicacées, profitant de l’explosion du bio, des circuits courts et du retour à la nature. Elles font aussi l’objet de toutes les attentions lors de repas un peu « trendy ». Le légume oublié est devenu un concept porteur et marketé.

Amusant, Jean Lowies classe, à l’époque, la roquette dans les légumes oubliés. Cette salade aux fines feuilles qui sent bon la Méditerranée est encensée par notre plume jardinière exposant toutes les qualités d’une plante que l’on dit aussi… aphrodisiaque. « À ce titre, sa culture aurait été interdite autrefois dans les couvents par Hildegarde, qui accéda à la sainteté par la suite. Les amateurs de salades diversifiées en savent désormais assez pour chercher à découvrir la roquette… ». Coquin, ce Ligueur.
T. D.