Les coups de cœur du Ligueur

 

9/11 ans12/15 ans Livres

Prix Versele 2017 - 5 chouettes

Prix Versele 2017 - 5 chouettes

OFF
Xavier Salomó - Seuil Jeunesse
Sur le dos d’un cerf, une petite fille revêtue d’un châle rouge chemine en silence dans un paysage dévasté, vide de toute trace humaine. À l’horizon, une énorme cheminée fumante semble dominer ce monde sans vie. Par une petite porte rouge, l’enfant et le cerf pénètrent au cœur de l’édifice. Une salle immense, un temple dédié à la technologie, exhibant en bonne place le fameux bouton rouge on/off. Après le off décidé par l’enfant, le sommeil s’empare des deux compagnons. Le temps passe. Surprise : le cerf a perdu ses bois. On ne peut s’empêcher de songer que, grâce à cette ramure qui tombe et se renouvelle, le cerf est un symbole de vie, de renouveau et de passage du temps. Et en effet, au réveil, la nature a reverdi, la vie repris possession du paysage. Quant aux deux compagnons, ils reprennent la route. Les bois du cerf repoussent. D’autres tours les attendent. Un album sans texte, certes complexe et riche de symboles, mais ouvert aux interprétations, aux suites et aux commentaires qu’apporteront les lecteurs 5 chouettes !

CARTON ROUGE. MATTHIAS SINDELAR. LE MOZART DU BALLON ROND
Carton rouge. Matthias Sindelar. Le Mozart du ballon rond
L’histoire se passe en Autriche, juste avant l’Anschluss. Le jeune Martin est impatient de voir jouer Matthias Sindelar, son idole, dans un dernier match Autriche-Allemagne… Nous sommes dans un album de fiction. Mais Matthias Sindelar a réellement vécu le destin qui est décrit ici. Considéré comme le meilleur joueur de l’histoire du football autrichien, il refusa, après l’annexion de son pays à l’Allemagne, de porter le maillot du Troisième Reich. Sa mort, en 1939, n’est probablement pas étrangère à cette attitude résistante. Fabrizio Silei est sociologue, spécialisé dans les questions d’identité et de mémoire. On retrouve ces préoccupations dans son œuvre pour la jeunesse. C’est lui qui a signé, avec le même illustrateur, Le bus de Rosa, sélectionné en son temps par le prix Bernard Versele.

UN OURS DANS LA BERGERIE
Quitterie Simon - Éditions Thierry Magnier

L’auteur est originaire des Pyrénées françaises et c’est là qu’elle installe ce récit, centré sur une famille d’éleveurs de moutons. Dans la région, une ourse vient d’être massacrée avec son petit et la gendarmerie enquête. Le jeune Elias est attentif à ce qui se vit et se dit autour de lui quant à la reproduction des ours dans le massif. Il comprend bien les deux logiques qui s’affrontent : la protection des espèces sauvages et la pérennité des activités économiques locales. Pourtant, lorsqu’il se trouve subitement confronté à un ourson blessé, son empathie naturelle l’emporte sur les discours et partis pris de son entourage. L’auteur aurait pu nous décrire un pur acte de résistance, voire nous entraîner dans un banal conflit de génération. Il n’en est rien et c’est heureux. Nous sommes dans un conflit de loyauté qui génère une tension palpable jusqu’à la dernière page.

L'AMOUR, C'EST N'IMPORTE QUOI !
Mathieu Pierloot* - l’école des loisirs (Neuf)

Ce matin, le professeur de français - mademoiselle Junon - a annoncé à toute la classe : « Cette nuit, j’ai rêvé que l’un de vous deviendrait un grand écrivain ». Et de distribuer ensuite à chaque élève un carnet à spirale, demandant d’y noter « tout ce qui lui passait par la tête ». Sacha - le narrateur, 11 ans - se met donc à observer le monde. Sa grande sœur, Lucie, vient d’être plaquée par son petit ami. Ses parents semblent toujours aussi amoureux que lors de leur première rencontre. Mademoiselle Junon et monsieur Humbert, le prof de gym, semblent éprouver l’un pour l’autre de tendres sentiments. Et lui-même, Sacha, n’arrive pas bien à définir le sentiment qui le lie à sa grande amie Juliette. C’est donc à propos d’amour qu’il s’interroge et qu’il va nourrir son fameux carnet. Et comme l’auteur a doté Sacha d’un solide sens de l’humour, ce qu’il nous est donné de lire est à la fois drôle et profond.

LE SEUL ET UNIQUE IVAN
Katherine Applegate et Patricia Castelao - Seuil
LAURÉAT 2017
L’auteur, Katherine Applegate, découvre un jour dans le New-York Times un récit qui la bouleverse. Il y est question d’Ivan, un gorille « dos argenté » qui, après une captivité de vingt-sept ans dans la cage de Circorama, un centre commercial minable, a rejoint le zoo d’Atlanta. Elle décide de donner voix à Ivan, l’imaginant narrateur d’une autobiographie, depuis l’enfance heureuse parmi les siens jusqu’à la cage. En peu de mots - « les hommes ont plus de mots que nécessaire » -, Ivan dialogue avec ses amis animaux. Grâce à l’aide d’une jeune humaine, il se met aussi à dessiner. Toujours calme et digne, il s’interroge sur son identité. Est-il humain ou gorille ? Ce n’est que lorsque débarque - pour être exhibée en public - une petite éléphante que sa révolte éclate !

Les infos pour participer, c'est ici.

Avec le soutien de :

vec l

soutien de